fbpx
Lieux, Personnes, Politique, Topos

Un nouveau centre-ville pour Saint-Jérôme

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher.

Un peu plus d’un an après son élection au titre de maire de Saint-Jérôme, TopoLocal a rencontré Stéphane Maher pour faire le bilan de sa première année au pouvoir et regarder vers l’avenir.

Dans ce dossier en quatre parties, nous vous présentons:

Interrogé sur les faits marquants de 2014, Stéphane Maher ne cite pas un événement mais plutôt un constat:

«La plus belle constatation depuis notre arrivée au pouvoir, c’est d’avoir pris la mesure de tout le potentiel inexploité. L’opportunité de faire de Saint-Jérôme le plus important pôle de formation et de culture au nord de Montréal.

On est une ville universitaire, équipée d’un cégep, d’un musée et bientôt d’une salle de spectacles remarquable. En prime, on a une magnifique rivière qui traverse la ville, en plein centre. Un autre atout immense.

On a une richesse foncière de 6,2 milliards, mais on devrait être autour de 12! Quand on voit Terrebonne à 11, et même Blainville à 6,6, on réalise à quel point notre potentiel est énorme.»

TopoLocal: Le projet d’aréna est bel et bien remis sur les rails…

«On avait une régie des arénas qui n’allait nulle part et ça n’allait pas bien. Vraiment pas bien.

J’ai travaillé avec ma consoeur de Sainte-Sophie (la mairesse Louise Gallant) et notre confrère de Prévost (le maire Germain Richer) et ces gens-là ont dit: «On embarque!»

Aujourd’hui, ça monte et on va le livrer, le projet. Mais le modèle tel qu’il existait était complètement déficient. On s’en allait dans un mur de surplus, c’était épouvantable. On a mis les bonnes personnes, et on l’a monté. Aujourd’hui, on entend de plus en plus de gens dire que l’on y croit à Saint-Jérôme.»

TopoLocal: Et l’aréna Melançon?

«C’est confirmé, cet aréna-là peut et doit être rénové. On peut certainement aligner des chiffres qui justifieraient peut-être de raser l’aréna Melançon, mais c’est pas juste une question de colonnes de chiffres.

Je suis contre la tendance à raser des bâtiments, en construire des neufs et commémorer le tout par une plaque: sauvons plutôt le bâtiment. Melançon, ce n’est pas un bâtiment patrimonial, mais c’est un symbole important pour les jérômiens. Sans doute plus folklorique qu’historique, mais important. Ça, pour moi, ça représente une valeur.

Nous avons la confirmation que sur le plan technique, la rénovation est une hypothèse solide, il ne reste plus qu’à terminer le montage financier. Le coût est de l’ordre de 12 M$ et nous avons toujours dit que la condition pour réaliser le projet est d’obtenir du financement municipal-provincial et fédéral à hauteur de 33% de chaque partenaire.»

TopoLocal: L’année 2015 s’annonce riche en projets à Saint-Jérôme, mais l’un des plus visibles de ceux-ci, la nouvelle salle de spectacles, l’aurait apparemment échappé belle…

«La salle sera en construction en avril, mais je pense qu’on a passé très près de la perdre. Si Robert Lepage a perdu sa salle, Saint-Jérôme aurait pu perdre la sienne. (La nouvelle a paru en primeur sur TopoLocal le 11 décembre 2014.) Il faut avouer que le report du projet aurait permis au gouvernement de couper 15 M$ d’un seul coup de crayon. Ç’aurait été d’autant plus déplorable que la future salle est vraiment la pièce maîtresse du futur Quartier des Arts et du Savoir au centre-ville.

C’est une affirmation gratuite de ma part, mais probablement que la présence de Pierre Karl Péladeau a été un facteur, dans la mesure où le gouvernement ne voulait pas faire cadeau d’un ballon politique, mais je crois aussi que le ministre Arcand est convaincu de la validité du projet, particulièrement de ses qualités de moteur de développement économique pour tout le quartier, ça a toujours été très clair dans les propos du ministre.»

TopoLocal: Autour de la salle, la ville projette de créer son Quartier des Arts et du Savoir… qu’est-ce qui s’en vient?

«Certains projets sont déjà sur la table à dessin, et nous comptons faire des annonces au printemps. Quatre investissements majeurs sont prévus.

D’abord, le projet de la salle de spectacles, qui est déjà en marche. En second lieu, et ce n’est pas un secret, la relocalisation de l’Hôtel de ville fait partie de l’équation. Troisièmement, nous comptons sur un investissement privé important, soit un bâtiment administratif qui va s’y construire. Nous projetons aussi le développement de jardins urbains, pour lesquels nous avons déjà fait certaines acquisitions.

Enfin, il restera par la suite la méga-bibliothèque au centre-ville, un projet pour lequel les études sont déjà en cours.» 

TopoLocal: La méga-bibliothèque, ça signifie un seul édifice et la fin des bibliothèques à Bellefeuille et Saint-Antoine?

«Absolument oui. Mais peut-être conserverait-on un point de service à Bellefeuille parce que pour certains secteurs de Bellefeuille, ça peut prendre 30 minutes se rendre au centre-ville. On permettrait ainsi aux gens de réserver leurs livres en ligne et de les cueillir à un point de service quelconque près de chez eux.»

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend