fbpx
Affaires, Incidents, Personnes, Topos

Pierre Karl Péladeau regrette la fermeture de L’Écho du Nord

Pierre Karl Péladeau lors du 75e anniversaire de L'Écho du Nord. Il était alors à la tête de Québecor. Photo par André Bernier.

Nous reproduisons ici le texte que le député de Saint-Jérôme a publié aujourd’hui sur sa page Facebook. Il regrette la fermeture de L’Écho du Nord, que son père avait acquis en 1985 et qui représentait selon lui un fleuron de la presse régionale au Québec.

Une page vieille de près de 80 ans qui se tourne aujourd’hui tout autant qu’une triste journée. Le doyen des hebdos des Laurentides, l’Écho du Nord, vient de paraître pour une dernière fois.

C’est avec beaucoup de nostalgie et un pincement au cœur que j’ai appris cette nouvelle. L’histoire d’amour avec l’Écho du Nord, elle a débuté en 1985 quand mon père a acquis ce fleuron de la presse hebdomadaire alors que son propriétaire, Marc Fortin, avait souhaité lui procurer une nouvelle vie.

L’acquisition de l’Écho du Nord aura été en quelque sorte la naissance de ce vaste réseau des hebdos régionaux qui s’est étendu aux quatre coins du Québec. Mon père croyait à la force de l’information de proximité et l’Écho du Nord a rempli cette mission avec brio. J’y croyais tout autant, si bien que j’ai poursuivi l’expansion de ce réseau durant de nombreuses années.

Pendant près de 30 ans, Québecor aura été le gardien de ce journal ancré dans le cœur des Jérômiennes et des Jérômiens, mais aussi de la population des Laurentides. Son succès, l’Écho le doit à sa connaissance intime et au respect de ses lecteurs et de son milieu, à sa complicité avec ses partenaires et à la passion de ses journalistes, chroniqueurs et représentants.

L’Écho du Nord aura engagé un dialogue avec sa communauté. Il aura contribué à accroître le sentiment d’appartenance de ses lecteurs à la région. Il aura tantôt bâti des ponts, suscité des opinions et permis à d’autres de participer activement à la vie citoyenne. Il aura été partenaire d’événements, catalyseur de conscience, allumeur de réverbères, et propulseur de talents. Témoin incontestable du quotidien, il a su s’enraciner, s’adapter, prendre le virage technologique, mais toujours, il est demeuré ancré à ses valeurs.

Merci aux fidèles lecteurs de l’Écho du Nord. Merci aux nombreux collaborateurs qui ont porté haut et fort la voix des gens d’ici. Merci à l’Écho du Nord pour l’empreinte laissée dans l’histoire de Saint-Jérôme, notre histoire.

Plus de photos, prises lors du 75e anniversaire du journal en 2010 par André Bernier, sont disponibles sur la page Facebook du député.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend