fbpx
Culture, Lieux, Musique, Personnes, Topos

Un premier album pour Tonic

Tonic, lors d'une prestation sur la scène d'ICI par les Arts, le 31 janvier 2015.

Tonic, dans la vraie vie, c’est Julien Carrier. Même s’il écrit des chansons et en produit pour d’autres depuis au moins cinq ans, c’était samedi le 7 mars que son album devenait disponible.

L’album de 14 chansons, qui s’appelle Influence, a été officiellement lancé lors d’un 5 à 7 à la boutique Night-Vibe du centre-ville de Saint-Jérôme, où Julien est gérant, dans les heures d’affaires habituelles.

Plusieurs titres de l’album sont des collaborations avec Milord, un autre produit local, et SDRNR, une bande de six qui sont aussi des environs.

On a présenté ce soir-là, en primeur, le vidéoclip Matière grise, le single de l’album. L’action du vidéoclip se passe dans les années 1920-1930. Un contraste important avec la musique rap. «C’était vraiment une expérience pour nous, de tourner un vidéoclip d’époque. Tous les figurants étaient habillés dans le style du temps. On a tourné à La Prohibition, à Sainte-Thérèse, et dans un chalet du Fiddler Lake Resort, à Mille-Isles», dit Julien.

Le lancement officiel de l’album a lieu le 28 mars, dans le cadre plus officiel d’un spectacle, à La Galère, à Saint-Jérôme.

Autoproduit

«Depuis le début, mon rêve c’est de me faire produire par une maison de disques, parce que j’ai grandi avec cette culture-là. Tu vas chez HMV et t’achètes un CD qui vient de sortir», raconte Julien. Même si les producteurs ne se bousculaient pas à sa porte pour lui faire signer un contrat, il n’a pas renoncé à la musique.

«On dirait que c’est plus facile d’être underground dans le hip-hop que dans la pop. On a tout un réseau. Je donne des entrevues aux radios universitaires, je me fais connaître directement auprès des gens qui aiment ce que je fais. Je ne refuserais jamais une offre qui a du sens, si une maison de disques s’intéressait à moi, mais je réussis à montrer ce que je fais quand même», dit-il.

Entretemps, son album est déjà disponible sur iTunes et le sera sur d’autres plateformes de vente bientôt.

Il est même question de Saint-Jérôme, un peu, sur son album dont la majorité des textes sont en français. Dans la chanson My Life, il y a une référence à Chez B, un restaurant ouvert 24h. Toute personne qui a déjà passé une longue soirée à Saint-Jérôme y a certainement mis les pieds, une nuit ou un jour dans sa vie.

Des images de Tonic, Milord et SDRNR à ICI par les Arts le 31 janvier

L’été dans nos quartiers, il y a cinq ans

On retrouve aussi pas mal de Saint-Jérôme dans une des premières collaborations entre Tonic et Milord, L’été dans nos quartiers, paru en 2010, qu’on vous présente ici à titre de «succès souvenir». Vous y verrez, entre autres lieux, l’amphithéâtre Rolland et la rue de la Gare.

Les détails pour l’événement qui a lieu ce samedi:

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend