fbpx
Politique, Topos

Le député veut une enquête publique sur les meurtres des femmes autochtones

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes le 8 mars, le député Pierre Dionne Labelle joint sa voix à celles des dirigeants autochtones, de la société civile et de l’organisme Human Rights Watch et réclame la tenue d’une enquête publique sur les meurtres et disparitions de femmes autochtones au Canada.

Le député néo-démocrate rappelle que près de 1200 femmes autochtones ont été assassinées ou portées disparues au pays depuis 30 ans. Il a aussi rappelé que si les femmes des Premières Nations ne constituent que 4 % de la population féminine, elles représentent 16 % des femmes assassinées au pays.

Pierre Dionne Labelle qualifie la situation de «tragédie» et de «honte nationale». «Une enquête publique transparente est la seule façon de rendre justice à ces femmes qui ont été assassinées, à leurs familles et à leurs communautés, affirme le député. Les gouvernements qui se sont succédé ont tous laissé tomber les femmes autochtones. Continuer d’ignorer cette tragédie n’est pas acceptable.»

Jusqu’ici, le gouvernement Harper a toujours refusé la tenue d’une enquête publique sur les assassinats et disparitions de femmes autochtones.

Pierre Dionne Labelle rappelle que le Nouveau Parti démocratique s’est engagé à tenir une enquête publique dans les premiers 100 jours d’un gouvernement néodémocrate.

Si le sujet vous intéresse: Canada : Le comité parlementaire faillit à sa tâche de protéger les femmes autochtones sur le site de Human Rights Watch

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend