fbpx
Affaires, Culture, Personnes, Photo, Topos

Francis B. Bélisle, photographe de club et plus

Francis B. Bélisle en pleine prise de vues lors de la soirée I'm a superstar, qu'il organisait au Vieux Shack, le 1er mai 2015.

Francis B. Bélisle, qui a fait de la photo son métier depuis 2012, lançait vendredi son nouveau site Internet dans un environnement qu’il connaît bien, le Vieux Shack.

Il doit son revenu principal à la volonté des boîtes de nuit d’avoir une présence assidue sur les réseaux sociaux, surtout Facebook, qui est le lieu de partage par excellence de ses images.

Actuellement, il passe ses soirs de fin de semaine à photographier des gens dans les clubs, contents de poser avec leurs acolytes d’une soirée ou d’une vie au Vieux Shack, mais aussi au Circus et au Beach Club, selon les saisons.

Une question d’approche

«Je ne cours pas après les gens pour les prendre en photo. Juste le fait qu’ils sachent que je suis là, ils finissent par m’aborder ou m’envoyer un signal pour que je les prenne en photo», dit Francis, qui dit passer près de la moitié de ses soirées à socialiser et l’autre moitié à photographier.

Résultat net de chaque soirée, une centaine d’images qui partent ensuite en circulation sur Facebook. «Mon record, c’est 265 photos livrées en un seul soir. C’était une grosse soirée», dit-il.

20150501-Francis-Belisle-3

Tout a commencé à la Polyvalente de Saint-JérômeFrancis-Belisle-Canon-AE1

Il y a 10 ans, Francis a pris goût à la photo grâce à un cours au secondaire, donné par Luc Beauséjour à l’École polyvalente de Saint-Jérôme. «Les photos que je faisais dans le cours, je ne les trouve plus très bonnes aujourd’hui, mais j’avais eu 100%. Je pense que Luc a reconnu que j’avais l’oeil et ça m’a donné le goût de continuer. À l’époque, on faisait tout avec des films et j’empruntais l’appareil de mon père, un Canon AE-1. Je passais 4 ou 5 rouleaux de films par semaine. C’était cher.»

Les photos qu’il aime le plus faire, c’est lors de spectacles. Mais il compte bien développer le marché des clubs et des soirées dans les prochains mois. «Je vise autant celles de Montréal que l’Ontario que Dubaï… Mon nouveau site Internet, qui est bien intégré avec Facebook, est une bonne carte de visite pour montrer ce que je peux faire et je compte l’utiliser en français autant qu’en anglais», ajoute Francis.

Il tente aussi une formule plus légère pour les portraits. «Au lieu de passer deux heures, j’offre maintenant des séances de 45 minutes. La première demi-heure sert à mettre mon modèle à l’aise et je prends une dizaine de bonnes photos dans les 15 minutes qui restent. C’est là que la magie opère. Ça me permet d’offrir un meilleur prix et le résultat est le même.»

Pour mieux connaître Francis, qui affirme ne jamais faire les choses à moitié, on vous présente quelques-une de ses photos.

La Place de la Gare de Saint-Jérôme

Fontaine-Place-de-la-Gare

Une voiture de course

Drift

Un portrait tout en nuances de gris

Portrait-noir-blanc

Une boîte qui contient des diodes

Produit

Une soir de fête, l’hiver

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend