fbpx
Lieux, Politique, Réflexions, Reportages, Topos

Autour des ruines de Mirabel en 9 photos

Je n’étais pas parti pour écrire sur un sujet aussi désolant. En fait, je suis allé à Mirabel samedi le 9 mai et j’ai eu l’occasion de vous montrer comment les gens de notre région sont généreux et qu’ils soutiennent la fondation de leur hôpital.

La désolation, rassurez-vous, ne provenait pas de la course qui est toujours un événement heureux et jovial. D’ailleurs, plus de 1000 personnes ont couru samedi pour recueillir 60 000$. Un geste généreux et symbolique.

Mais c’est une poignée de change comparativement à l’argent gaspillé pour construire Mirabel, et à l’argent que continue de gaspiller aujourd’hui Aéroports de Montréal(ADM) pour maintenir Dorval, ou plutôt l’Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Alors c’était plus fort que moi, je me suis mis à penser que ce serait drôlement plus intéressant de trouver des gens qui paieraient pour faire tomber à l’eau des dirigeants d’ADM. En fait, on pourrait les asseoir au-dessus de barils d’eau et viser une cible pour les faire tomber, comme des clowns de foire. J’ai pensé qu’on pourrait leur mettre des costumes, mais je crois qu’on leur laissera leurs beaux complets et leurs tailleurs.

09052015-CHM_8685

09052015-8681-Mirabel

Une aérogare fantôme

Il y avait quelque chose de profondément dérangeant par une si belle journée, avec des gens aussi enthousiastes, de voir l’arrière-plan de ruines et de poussière qui représente des millions de dollars engloutis en pure perte.

On démolit bien proprement aujourd’hui, mais on démolit quand même. On démolit parce qu’on est à court d’idées. Ou parce que les comptables disent que c’est amorti. Ou parce que ce ne serait pas rentable de ne pas démolir. Ou tiens, parce que malgré une profusion d’experts-conseil, de consultants, ou encore peut-être à cause d’eux, on a mal construit.

Ou bien on démolit parce qu’on s’est trompés. Dommage pour les expropriés, pour les protestataires. Dommage aussi pour ceux qui ont cru qu’il se trouverait, à quelques pas de notre région, un point de départ pour l’avenir. Dommage pour les plateformes de gare ensevelies sans jamais avoir vu passer un train. Tout cela s’explique quand on met les bons chiffres dans les bonnes colonnes.

Ah! J’oubliais… Dommage pour les millions. Les millions qui auraient pu servir à des fins durables. Les millions engloutis dans des demi-projets, par des hommes publics à demi-décidés, des projets d’ailleurs à demi-complétés avant d’être rasés et recommencés.

Comment ne pas décrier toute cette médiocrité? Comment accepter ce gaspillage?

09052015-CHM_8701

09052015-CHM_8683C’est arrivé comment?

Il se trouve toute une gamme de théories de complot pour expliquer le désastre de Mirabel. Des histoires de terres fédérales d’un ridicule consommé, auxquelles vous pouvez croire si ça vous fait du bien.

Mais si vous voulez vous en tenir aux faits, sachez que Montréal n’est plus la plaque tournante du transport aérien au Canada pour deux raisons principales. D’abord, parce que Toronto est aujourd’hui la ville la plus importante du pays. Mais surtout, parce que les avions d’aujourd’hui n’ont pas besoin d’escale après la traversée de l’Atlantique. Comme ce fut le cas pour Gander, à Terre-Neuve, dans les années 1950, Montréal n’était plus un arrêt obligatoire.

Voilà pour Toronto. C’était couru d’avance. Reste la dualité Mirabel-Dorval. Elle ne s’explique malheureusement que par l’indécision politique, et par des générations de grenouilles professionnelles.

En 1996, Aéroports de Montréal avait affirmé pouvoir rénover Dorval pour 200 millions. Le projet a dépassé rapidement le milliard. Selon certains, le total serait aujourd’hui de l’ordre de 2 milliards engloutis à Dorval, qui reste toujours enclavé, entouré d’habitants et qui n’est même pas facile d’accès!

Et ADM reste un organisme privé à l’abri de tout contrôle public.

On vous laisse avec ces images.

09052015-CHM_8706 09052015-CHM_8764 09052015-CHM_8776 09052015-CHM_8795

 

À lire aussi: Mirabel, faire briller l’espoir et le positivisme, un commentaire d’une lectrice, Marie-Soleil English.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend