fbpx
Affaires, Personnes, Politique, Topos

Saint-Jérôme, la ville des câbles

La Ville de Saint-Jérôme et le député Pierre Karl Péladeau appuient publiquement les travailleurs et les propriétaires de la General Cable dans la course à la fourniture des câbles électriques utilisés par Hydro-Québec.

La société d’état a reporté la date limite du dépôt des soumissions du 4 août au 8 septembre, provoquant beaucoup d’inquiétude.

Acheter au Québec

Saint-Jérôme a adressé une requête à Hydro pour qu’elle renonce à inviter des entreprises de l’extérieur du Québec à concurrencer la compagnie jérômienne General Cable, seule usine de câbles isolés encore en opération dans la province. Une pétition en ligne lancée par M. Péladeau en mai comptait près de 2300 signatures.

Pour sa part, Péladeau a fait une intervention semblable. Le député est allé plus loin en affirmant que Hydro a prolongé l’appel d’offres à la demande de concurrents américains l’été dernier. Dans un communiqué émis vendredi matin, Hydro affirme qu’il est inexact qu’elle aurait voulu ainsi favoriser les fournisseurs américains. Elle affirme plutôt que c’est à la demande d’une majorité des fournisseurs que la date a été reportée.

À la veille de l’échéance des appels d’offres, aucune décision n’a été prise du côté d’Hydro.

M. Péladeau était de la manifestation organisée par les employés de la General Cable, devant les bureaux d’Hydro-Québec à Montréal, vendredi.

Il a aussi visité l’usine avec la direction de l’usine et le président du syndicat le matin du 8 septembre.

«Chaque emploi est important»

Face au monopole dont profite General Cable au Québec, le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, affirme qu’il comprend que la société d’état veuille s’approvisionner au meilleur coût possible, mais pas au point de «fragiliser l’économie du Québec et des régions».

Le maire a fait remarquer que près de cent familles seraient touchées par les pertes d’emplois à Saint-Jérôme. «Dans l’économie d’aujourd’hui, il faut veiller avec attention sur l’économie locale, dit-il. Chaque emploi est important. C’est pourquoi une société d’état a le devoir de contribuer au renforcement de l’économie et non à son affaiblissement.»

Fermeture appréhendée

Si la relation de fournisseur de General Cable avec Hydro-Québec devait être rompue, l’entreprise pourrait fermer les portes de son usine jérômienne à la fin de l’année, comme l’ont confirmé les propriétaires, au Kentucky. Selon le syndicat Unifor, même le partage du contrat en plusieurs fournisseurs pourrait causer la fermeture. General Cable a déjà fermé une usine québéoise, à La Malbaie, en 2014, engendrant la perte de 60 emplois.

Selon la ville de Saint-Jérôme, il existe des précédents où Hydro se serait approvisionnée hors du Québec. Entre autres, la société d’état avait augmenté ses achats annuels auprès d’autres fournisseurs, notamment aux États-Unis, quand le nombre de fabricants québécois de câbles a diminué en 2008.

Toujours selon les affirmations de la Ville, Hydro-Québec a également agi de cette façon dans le dossier des pylônes, dont elle a confié la fabrication à une entreprise étrangère.

Pour sa part, Hydro affirme que 94% de ses achats de biens et services sont faits auprès d’entreprises établies au Québec.

Dans le paysage depuis près de 50 ans

L’usine de la General Cable installée au 800 chemin de la Rivière du Nord a été bâtie en 1968 et a porté plusieurs noms au fil des années. General Cable verse près de 70 000$ en taxes foncières à la Ville de Saint-Jérôme cette année.

Ci-bas, une photo qui date du début des années 1980, tirée de l’album souvenir Saint-Jérôme, en mots et en images, publié à l’occasion du 150e anniversaire de la villen en 1984, alors que l’usine portait l’emblême de l’entreprise Philips.

cables-Philips

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend