fbpx
Culture, Films, Personnes, Reportages, Topos

Karine à Saint-Jérôme pour Paul à Québec

Karine Vanasse était de passage aux Cinémas Carrefour du Nord à Saint-Jérôme, le 16 septembre 2015.

Karine Vanasse était de passage à Saint-Jérôme mercredi soir pour présenter Paul à Québec, le film adapté de la bande dessinée à succès qu’elle coproduit et qui sort en salles ce vendredi.

Fidèle à l’album de Michel Rabagliati, le film présente des petits plaisirs de la vie tout comme des moments plus difficiles à surmonter. Cela permet notamment aux spectateurs d’y voir le reflet de leur propre existence. «Les gens se voient eux, avec leur propre famille et c’est ce qui fait le succès du film, il donne envie d’être près des siens», dit Karine Vanasse.

En ce qui a trait aux épreuves que vivent les personnages, elle explique «qu’il n’y a pas de façon idéale de vivre ces situations, il faut juste les vivre.»

Malgré ces moments intenses, le film est «une célébration de la vie, d’après Karine Vanasse. La beauté de la vie est justement dans les liens que l’on a avec les gens, dans ce qu’on favorise, dans les petits moments, dans les échanges, dans les gestes qu’on choisit de poser envers les autres.»

De la BD au grand écran

Mme Vanasse avoue d’emblée que l’adaptation d’une bande dessinée n’était pas une tâche simple à réaliser, même si c’est l’auteur lui-même qui signait le scénario du film.

Il fallait «trouver un lien entre chaque case, ce qui a compliqué le travail de scénarisation, garder les aller-retour entre les moments où on est plus touché et les moments où on se laisse aller à un rire.»

«Il fallait aussi convaincre ceux qui le verront que les gens ordinaires – qui sont les personnages de Paul à Québec – peuvent être intéressants à l’écran.»

Une tempête d’émotions

Le film réalisé par François Bouvier met de l’avant plusieurs acteurs connus dont François Létourneau, Julie Le Breton et Gilbert Sicotte.

Gorge nouée, yeux remplis d’eau et sanglots, voilà quelques symptômes que ces comédiens vous feront vivre lors du visionnement de Paul à Québec. L’oeuvre est en effet une tempête d’émotions. Karine Vanasse explique que ce sont «des larmes d’humanité» et non de tristesse que l’on ressent à la sortie du film.

Questionnée à savoir si elle aimerait voir d’autres œuvres québécoises portées à l’écran, l’actrice et productrice a eu une sage réponse: «C’est lorsqu’un projet se termine qu’un autre peut commencer… et il y en a un qui commence à prendre forme.»

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend