fbpx
Lieux, Politique, Topos

Votez vert, disent les Verts

Alexandre Raymond-Desjardins fait visiter la terre familiale de la côte St-Pierre, à Mirabel, où le pipeline Énergie Est devrait passer d'ici 2017.

Sept jours avant le vote du 19 octobre, trois candidats du Parti vert des environs étaient réunis mardi matin à Mirabel, sur une terre où passera le pipeline Énergie Est.

Menés par Joey Leckman, le candidat de Rivière-du-Nord, ils tenaient à rappeler l’importance d’un vote pour leur parti dans l’éventualité d’un gouvernement minoritaire.

wpid6229-20151013-parti-vert-pipeline-4.jpg«Peu importe qui formera le gouvernement, le pouvoir sera dans les mains de l’opposition. J’invite les gens à respecter leurs convictions et à voter en faveur de la qualité de l’air et de l’eau», dit Joey Leckman.

À propos du pipeline Énergie Est

En ce qui a trait au tracé actuel, il faudra déboiser sur 35 mètres de largeur pour installer le tuyau dans le sol, ce qui représente 50 hectares de couvert forestier, seulement à Mirabel.

«J’ai peur. J’ai peur. J’ai très très peur, dit M. Leckman. C’est comme si on assumait notre dépendance au pétrole, partout au Canada. Le pétrole qu’on transportera sera raffiné à l’extérieur du pays», ajoute-t-il en précisant qu’il y a plus d’emplois en ce moment au Canada dans les énergies renouvelables que dans les combustibles fossiles.

«On dit partout qu’on ne peut pas se passer des revenus du pétrole, mais combien coûte un désastre? On ne le sait pas», termine-t-il.

wpid6233-20151013-parti-vert-pipeline-6.jpg
En rouge, le tracé prévu de l’oléoduc Énergie Est. En bleu, celui d’Enbridge, déjà installé.

Déçu du NPD

Le candidat se dit déçu de la position du NPD sur la question. «Ils se basent sur l’acceptabilité sociale, sur les répercussions possibles sur l’environnement et sur les retombés économiques pour donner ou non leur accord à Énergie Est.»

Le candidat se questionne à savoir si le fait de signer un chèque aux propriétaires des terres sur lesquelles le pipeline sera construit est un critère d’acceptabilité sociale. «Le problème, c’est qu’un déversement toucherait tout le monde, pas seulement ceux qui ont reçu de l’argent.»

Alec Ware, José Núñez-Melo et Joey Leckman, candidats du Parti vert dans les circonscriptions de Rivière-des-Mille-Îles, Vimy et Rivière-du-Nord.
Alec Ware, José Núñez-Melo et Joey Leckman, candidats du Parti vert dans les circonscriptions de Rivière-des-Mille-Îles, Vimy et Rivière-du-Nord.

La part verte du Québec

wpid6227-20151013-parti-vert-pipeline-3.jpgJosé Núñez-Melo, député sortant du NPD, écarté lors de l’investiture en vue des élections actuelles, se présente désormais dans la circonscription de Vimy à Laval pour les Verts.

Il a tenu à souligner que son nouveau parti avait «une position ferme contre le pipeline» et que son camp tenait à élire au moins 4 députés au Québec. Ainsi, la province ferait sa part dans l’atteinte par le Parti vert du seuil de 12 députés pour devenir un parti politique reconnu et bénéficier d’un financement plus important.

Il y avait des poules en liberté devant la maison des Raymond-Desjardins.
Il y avait des poules en liberté devant la maison des Raymond-Desjardins.
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend