fbpx
Culture, Lieux, Personnes

Avant-après: Où est passé le Rex?

L'édifice qui était la façade du Rex a été démolie. On y construira des locaux pour accueillir un café, une église et une salle de conférence.

La façade de l’ancien Théâtre Rex, qu’on ne remarquait plus depuis quelques années déjà, ne sera plus qu’un souvenir.

L’église évangélique qui s’est installée là depuis bientôt trois ans a pu lancer son projet de rénovation de l’édifice, en grande partie grâce à des dons. Il y en a pour un million de dollars en travaux de toutes sortes.

L’édifice qui constituait l’entrée du cinéma a été démoli les 19 et 20 octobre. Toute l’enceinte de ce qui était la salle de cinéma, puis la piste de danse du défunt Rex Night Club, est encore là.

«On utilise la salle tous les dimanches. Il y a à peu près 200 personnes. Tout le monde est bienvenu d’ailleurs, on a du café», dit le pasteur. La semaine, on y accueille aussi des réunions ou des groupes de soutien.

Le Rex était une grande salle de cinéma avec un balcon, ouvert dès les années 1920 au centre-ville. C’est d’ailleurs là qu’on y aurait projeté à Saint-Jérôme le premier film parlant de l’histoire du cinéma, The Jazz Singer, dans les années 1930.

Dans les années 1950, les représentations d’après-midi coûtaient 35 sous et 55 sous pour les soirées.

Photo fournie par la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, Fonds Mgr Paul Labelle. Photographe: Gonzague Allaire, 1953. Cote: P012,S04,D04,P37
Photo fournie par la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, Fonds Mgr Paul Labelle. Photographe: Gonzague Allaire, 1953. Cote: P012,S04,D04,P37

Un vide comblé par un nouvel édifice

La perspective n’est pas exactement la même, mais on constate le trou qu’un tel édifice occupait au centre-ville de Saint-Jérôme.

Vue de la rue Saint-Georges à partir de la cabine du projectionniste

wpid6595-20151021-Rex-Ecclesia-05.jpg

L’après-cinéma

Le Rex n’est plus un cinéma depuis 1995. Il a été converti en boîte de nuit, en magasin de matelas puis de vêtements, avant d’être racheté par la communauté évangélique.

Quand on demande au pasteur si cela représentait un problème qu’il y ait eu un cinéma et une boîte de nuit là où il y a maintenant une église, il nous répond: «On a consacré l’endroit à Jésus. C’est ce qu’on y fait maintenant qui compte.»

Il ajoute que la décoration à thématique égyptienne penchant sur le style pharaonique a vite été couverte par de la peinture à leur arrivée. Mais il importe aux gens de sa communauté de conserver le cachet du cadre de scène, entre autres, qui a survécu à l’âge de la boîte de nuit.

wpid6591-20151021-Rex-Ecclesia-03.jpg

wpid6589-20151021-Rex-Ecclesia-02.jpg

wpid6598-20151021-Rex-Ecclesia-06.jpg

Pas là pour se cacher

Pour le pasteur Jacob Mathieu, ce renouveau de l’édifice est une bénédiction pour la communauté religieuse qu’il représente, mais il l’espère aussi pour l’ensemble de la collectivité. «On ne peut pas occuper un espace aussi visible et rester entre nous», dit-il.

Le pasteur veut pousser le concept d’église urbaine, comme il la désigne, pour être un partenaire des organismes communautaires. «C’est important pour nous de discuter avec tout le monde pour que les services qu’on rend servent au plus grand nombre», ajoute-t-il.

À l’étage, plusieurs locaux ont été aménagés dans ce qui était le balcon à l’époque du cinéma et des lounges VIP, à l’époque de la boîte de nuit. On s’y rend encore par un des deux escaliers qui sont de chaque côté de la salle.

wpid6593-20151021-Rex-Ecclesia-04.jpg

Quand les travaux seront terminés, il y aura un café au rez-de-chaussée, des locaux réservés aux activités de l’église au premier et une salle de conférence qu’on pourra louer en haut.

Les détails sur le projet sont disponibles sur le site consacré à la construction aucoeurdelaville.ca.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend