fbpx
Affaires, Éducation, Politique, Réflexions, Topos

Joyeux équilibre et bonne économie!

Le temps des Fêtes est terminé, il est temps de faire le post mortem sur cette saison.

Les gouvernements et les économistes de ce monde nous rappellent constamment que la croissance optimale d’une économie est de 2% ou 3%. Le temps des Fêtes, du moins en Occident, joue un rôle capital dans la croissance économique; les marchands vont souvent faire le même chiffre d’affaires en décembre que pendant tout le reste de l’année!

On donne plein de cadeaux, l’économie augmente jusqu’à son 3% et tout le monde est content, n’est-ce-pas?

Prenons un instant pour faire le point.

J’ai pris connaissance d’une publication sur le blogue de Tom Murphy, un physicien de l’Université de Californie, Do the Math. Murphy nous fait remarquer qu’une croissance économique de 3% à chaque année est en fait un phénomène exponentiel. En effet, une croissance de 3% surimposée à une croissance de 3% de l’année précédente fait en sorte que l’économie double donc en grosseur à chaque 23 ans!

À court terme, cela peut paraître bien, mais le physicien extrapole et nous fait remarquer que dans 2500 ans, nous devrons utiliser l’énergie produite par toutes les étoiles de la Voie lactée pour faire rouler l’économie! Évidemment, nous ne nous rendrons pas là…

Toutefois, si l’on continue à doubler la croissance économique et l’énergie que l’on consomme sur la planète à chaque 23 ans, l’eau des océans bouillira dans moins de 400 ans, non pas à cause du réchauffement climatique, mais à cause de la chaleur produite par toute cette utilisation d’énergie. Physique de base: chaque utilisation de joule d’énergie engendre de la chaleur.

Il va sans dire que c’est impossible de se rendre à ce point, nous n’aurons pas d’autre choix que d’effectuer certains changements.

Pas un bon projet à long terme

Il ne faut pas être un génie pour se rendre compte qu’une croissance exponentielle de notre économie est farfelue, voire idiote! Il est grand temps que l’on vise non pas une croissance, croissance et croissance comme le veut le mot d’ordre, mais plutôt un état de stabilité, voire de symbiose.

Mon temps passé dans la forêt m’a enseigné que la nature ne produit jamais de déchets! Tout devient plutôt engrais pour le prochain. Il est temps que notre système économique apprenne lui aussi de la nature.

Alors pour Noël, j’ai souhaité avoir du temps passé avec famille et amis, à déguster de bons repas concoctés avec des aliments locaux et biologiques, du temps à chanter des chansons et à jouer dehors.

On peut laisser faire les bébelles cette année, et l’année prochaine aussi, quitte à ne plus jamais avoir de croissance de 3%!

>

Send this to a friend