Culture, Histoire, Lieux, Personnes, Politique, Topos

Une grosse année pour le curé Labelle

Une statue de l'ours qui représente le curé Labelle dans les toiles de Dominique Beauregard.

Ce sera une bien grosse année pour le célèbre curé Antoine Labelle (qui était lui-même assez dodu)…

Alors que 2016 marque le 125e anniversaire de sa mort, le gouvernement du Québec vient de le désigner officiellement comme personnage historique.

Au même moment, une exposition baptisée Les stations du curé Labelle, inspirée par le Roi du Nord et réalisée par l’artiste-peintre fabuliste Dominique Beauregard, prend son envol à Saint-Jérôme.

Et cela, la même semaine où une nouvelle mouture des Belles histoires des Pays-d’en-Haut a fait une entrée remarquée à la télé de ICI Radio-Canada, avec un curé Labelle interprété par un populaire comédien portant le même prénom et affichant la même imposante carrure, Antoine Bertrand.

Services locaux

À ces témoignages du rôle important joué par le célèbre colonisateur des Laurentides, ajoutons aussi l’espace muséal qui lui est consacré depuis quelques mois dans la cathédrale jérômienne.

«C’est un personnage d’envergure comme on en voit seulement un par siècle et une des figures historiques préférées des Québécois», selon la ministre des Communications et de la Culture Hélène David, présente à Saint-Jérôme vendredi matin pour confirmer la désignation d’Antoine Labelle en vertu de la Loi sur la patrimoine culturel.

Évoquant l’esprit visionnaire et la détermination du personnage, qui fut curé de Saint-Jérôme de 1868 jusqu’à sa mort en 1891, Mme David a souligné qu’à titre de sous-ministre de la Colonisation, «il fut l’un des rares hommes d’église à occuper une importante charge gouvernementale».

20160115-cure-labelle.jpg

Publicité

Il y avait quatre députés, dont deux ministres et un chef de parti, en plus des élus de la Ville de Saint-Jérôme sur scène pour la photo de groupe officielle.

20160115-cure-labelle-4.jpg

Dans la courte liste avec Champlain et Jeanne Mance

Sa collègue Christine St-Pierre, ministre responsable des Laurentides, en a profité pour souligner que la Loi sur le patrimoine a récemment été remodelée pour permettre d’étendre à des personnes, et non seulement à des bâtiments ou autres biens matériels, cette importante reconnaissance historique.

C’est ainsi qu’Antoine Labelle s’ajoute désormais à une courte mais prestigieuse liste de personnages qui ont marqué l’histoire du Québec, dont Samuel de Champlain, Paul Chomedey de Maisonneuve, Jeanne Mance et Louis Cyr.

Un honneur qui réjouit bien sûr le maire Stéphane Maher, dont la Ville avait elle-même officiellement désigné le curé Labelle comme personnage historique, en 2014.

Publicité

M. Maher n’a pas manqué de rappeler que des travaux d’envergure seront réalisés cette année pour mettre en valeur la Place du Curé-Labelle (l’ancien parc Labelle) au centre-ville, en cette année du 125e anniversaire de son décès.

Le maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher, la ministre de la Culture et des Communications Hélène David, la peintre Dominique Beauregard, Suzanne Marcotte, présidente de la Société d'histoire de la Rivière-du-Nord et Christine St-Pierre, ministre responsable de la région des Laurentides.
Le maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher, la ministre de la Culture et des Communications Hélène David, la peintre Dominique Beauregard, Suzanne Marcotte, présidente de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord et Christine St-Pierre, ministre responsable de la région des Laurentides.

Le Roi du Nord en dix colorés tableaux

20160115-cure-labelle-7.jpg

Vendredi, l’annonce gouvernementale s’est faite à l’occasion du dévoilement de l’exposition Les stations du curé Labelle, présentée jusqu’au 9 avril à la Maison de la culture Claude-Henri-Grignon.

Passionnée par le personnage et son œuvre, l’artiste Dominique Beauregard, de Sainte-Adèle, s’est consacrée depuis cinq ans à ce projet très original, avec la collaboration de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord et l’appui financier de plusieurs partenaires, dont le ministère de la Culture, ainsi que plusieurs villes et MRC de la région.

Services locaux

L’exposition consiste en dix tableaux aux couleurs éclatantes, illustrant différentes scènes de la vie d’Antoine Labelle et accompagnés de panneaux d’information situant le contexte ou relatant de savoureuses anecdotes.

Dans un style que Dominique Beauregard qualifie de «naïf sophistiqué», les personnages sont représentés avec des têtes d’animaux, un ours dans le cas du célèbre curé.

«L’ours est le roi de la forêt», a souligné l’artiste pour expliquer son choix. Cet «ours en soutane» plutôt sympathique a aussi servi de modèle pour une petite statue, réalisée avec la sculpteure Martine Gagnon (à qui l’on doit déjà le buste de l’écrivain et auteur des Belles histoires, Claude-Henri Grignon, à la Maison de la culture).

«Merci d’avoir mis votre talent au service de l’histoire!», a lancé Suzanne Marcotte, présidente de la Société d’histoire. Incidemment, l’organisme a ajouté à l’exposition quelques photographies et artéfacts reliés au curé Labelle. La ministre Hélène David a elle-même constaté «l’heureuse formule» de cette exposition où s’allient la culture, le patrimoine et la muséologie.

Publicité

Le curé Labelle sous sa forme ours, une statue créée par Dominique Beauregard et Martine Gagnon #stjerome #paysdenhaut

Une vidéo publiée par TopoLocal Saint-Jérôme (@stjerometopo) le

Exposition et causeries le long du chemin de fer

Après Saint-Jérôme, l’exposition se déplacera d’ici la fin de l’année successivement à Piedmont, Labelle et Mont-Laurier, tout le long du tracé de l’ancien chemin de fer si cher au curé Labelle. Dans chacune des villes, une conférence-causerie avec l’artiste-peintre et la présidente de la société d’histoire sera offerte.

À Saint-Jérôme, celle-ci aura lieu le 21 février à 13h30 à la Maison de la culture.

La ministre David dans le comté de son grand-père

20160115-cure-labelle-5.jpg

Publicité

Le monde de la politique est parfois bien petit… De passage à Saint-Jérôme vendredi, la ministre et députée d’Outremont Hélène David se retrouvait au cœur de l’ancien comté que représentait son grand-père, au début du siècle dernier.

Athanase David fut en effet député libéral provincial de Terrebonne (une circonscription qui couvrait l’ensemble des Laurentides et une partie du sud de Lanaudière) de 1916 à 1936, puis de 1939 à 1940, avant de terminer sa carrière politique comme sénateur à Ottawa.

Si elle n’a pas connu ce grand-père, mort quelques mois avant sa naissance, Mme David admet que la fibre politique familiale a sans doute contribué à son propre engagement, qui a abouti à son élection sous la bannière libérale en 2014.

D’ailleurs son arrière-grand-père, Louis-Olivier David, fut lui aussi député libéral de Montréal-Est à l’Assemblée législative… à l’époque où Antoine Labelle était curé de Saint-Jérôme!

Par un juste retour des choses, Hélène David occupe aujourd’hui le poste de ministre de la Culture, alors qu’Athanase David, Secrétaire de la province, portait un grand intérêt à ce domaine. On considère d’ailleurs qu’il fut le précurseur d’une politique culturelle québécoise.

Soulignons que l’épouse d’Athanase David, et donc la grand-mère d’Hélène David, était Antonia Nantel, fille de Guillaume-Alphonse Nantel, membre d’une famille jérômienne bien connue pour son militantisme au sein du Parti conservateur.

Le rouge Athanase David avait donc marié la fille d’un bleu! Une cohabitation en apparence paradoxale mais finalement pas si rare en politique. Après tout, la sœur d’Hélène David, Françoise David, siège elle aussi au Parlement de Québec… mais sous la bannière de Québec Solidaire.

Pour la plupart des Jérômiens, Athanase David est d’abord et avant tout le nom de l’édifice de la rue de Martigny qui abrite plusieurs services gouvernementaux. Il faudra visiblement trouver une autre façon d’honorer la mémoire de l’ancien député de Terrebonne puisque cet imposant immeuble de sept étages sera démoli d’ici trois ans.

Henri Prévost
Journaliste d'expérience, Henri Prévost couvre Saint-Jérôme et les Laurentides depuis 40 ans.
>

Send this to a friend