Histoire, Lieux, Personnes

Il y a 125 ans mourait le curé Labelle

La première église de Saint-Jérôme, celle où le curé Labelle accueillait ses paroissiens, était située dans le parc Labelle. SHRN, Fonds famille Prévost, P020,S06,D02,P106; photographe inconnu, 12 février 1900.

La Société d’histoire de la Rivière-du-Nord publie ici une chronique de Mgr Paul Labelle (1906-1991), qui fut curé de Saint-Jérôme.

Publicité

Le 4 janvier 1891, la grosse cloche de l’église — la vraie première église de Saint-Jérôme — a tinté, longuement, lugubrement, puis les deux cloches ont sonné à toute volée. Et ce, par trois fois! C’était le glas funèbre annonçant la mort du curé Labelle.

Antoine Labelle avait été curé de la paroisse depuis 23 ans, sous-ministre de l’Agriculture dans le cabinet de Mercier depuis 1888 et, il y a deux ans, il avait été fait par Rome protonotaire apostolique. C’est en sa qualité de sous-ministre qu’il séjournait à Québec en ce début de janvier.

Il fut hospitalisé d’urgence, et le lendemain de son opération (dimanche vers 3 h du matin), la mort devait faire son œuvre. Il est mort — comme disaient les vieux — des suites d’une «opération pour hernie étranglée», avec grande résignation à la sainte-volonté de Dieu. Ce sacrifice de sa vie, il l’a fait avec cette générosité qui a toujours caractérisé Mgr Labelle.

Services locaux

Sa mort a jeté la consternation parmi tous les paroissiens. Sa mère, qui demeurait chez lui, en fut très peinée. Si elle avait pu se rendre à son chevet et recevoir son dernier adieu, tout comme l’avait fait Isidore Martin, le fidèle compagnon du colonisateur. À son fidèle ami, il avait d’ailleurs dit, en parlant de sa vieille mère: «Prends-en bien soin, hein, Isidore!»

Ce n’est pas le lieu ici de rappeler toute la vie du curé Labelle. Disons simplement qu’il a été un curé dans le vrai sens du mot! Un pasteur d’âmes qui savait mettre l’Évangile à la portée de tous, avec ses mots à lui, ses comparaisons, ses considérations… Ce qui n’excluait pas de temps à autre des allusions à ses randonnées dans le Nord. Car il fut aussi, parallèlement à sa charge de pasteur, un colonisateur.

Ses funérailles ont eu lieu le 8 janvier. Son corps repose encore aujourd’hui dans la crypte, sous la chapelle du cimetière de Saint-Jérôme.

La chapelle du cimetière, d’un siècle à un autre

La chapelle du cimetière a été construite à la demande du curé Labelle pour y enterrer les prêtres de la paroisse.  Sa dépouille mortelle y repose depuis 1891. La photo prise vers 1900 est à la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, l’image en couleur a été prise le 13 févirer 2016. (SHRN, Fonds famille Prévost, P020,S06,D01,P026; photographe inconnu, vers 1900.)

Publicité

La Société d’histoire invite la population à suivre les traces du célèbre curé dans un parcours étonnant en compagnie de l’artiste fabuliste Dominique Beauregard et Suzanne Marcotte, présidente de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, ce dimanche 21 février, à 13h30 à Saint-Jérôme et plus au nord au cours de l’année 2016. Les détails.

Une application mobile est disponible depuis l’automne 2015 pour mieux connaître le cimetière de Saint-Jérôme.

Le Jardin des souvenirs est disponible pour iOS et Android.

Société d'histoire de la Rivière-du-Nord
La Société d’histoire de la Rivière-du-Nord a pour mission de conserver, protéger et mettre en valeur le patrimoine archivistique provenant principalement du territoire de la MRC de la Rivière-du-Nord.
  • Yves-Robert dit :

    Son histoire m’a toujours touché. Le téléroman Les pays d’en haut l’a bien rendue.

  • Leroux Loyola dit :

    Un homme qui aimait son peuple avant tout.

  • Yvon Robert dit :

    Le NORD aurait bien besoin d’un autre curé Labelle, il souffre d’un manque de leadership, Saint-Jérôme, la capitale régionale n’a plus les moyens de ses ambitions.

  • Yves marquis dit :

    Et pour finir nous avons dementeler le train du Nord!

    Quel beau gâchis !

  • Mario Major dit :

    Le curé Labelle, un homme qui a tout donné pour le Nord, même sa vie. Nous les hommes avons détruit son oeuvre : “le train du Nord”. Mario Major Rouyn-Noranda

  • >

    Send this to a friend