fbpx
Affaires, Lieux, Personnes, Topos

Plateau St-Georges, un centre-ville d’en haut à Saint-Jérôme

Claudio Vega, Linda Maurice et Michel Jolicoeur debout dans le secteur qu'on appellera désormais le Plateau St-Georges, à Saint-Jérôme le 5 avril 2016.

Tout le monde connaît le centre-ville de Saint-Jérôme, que les anciens appelaient le carré et qui, encore aujourd’hui, est le cœur de la ville. Mais il y a également de la vie un peu plus au nord, en haut de la côte de la rue St-Georges, où des commerçants sont en voie de se regrouper pour mieux se faire connaître.

Vous verrez bientôt apparaître l’appellation et un logo Plateau St- Georges pour identifier ce secteur commercial. Dans un premier temps, son territoire se limitera à la rue St-Georges, entre les rues De Martigny et Léopold-Nantel. On y trouve plus de 40 places d’affaires qui ne profitent pas vraiment du pouvoir d’attraction du vrai centre-ville, mais qui n’en ont pas moins beaucoup à offrir.

À cause des gros travaux

Comme cela arrive souvent, c’est l’adversité qui a amené ces commerçants à se concerter. Souvenons-nous des imposants travaux d’égout et d’aqueduc qui ont perturbé la circulation dans ce secteur l’été et l’automne derniers.

La rue St-Georges a même été complètement fermée durant un mois, à l’intersection de la rue Ouimet!

À l’initiative de Claudio Vega, du restaurant La Conquistadora, et de Michel Jolicoeur, propriétaire de Costumes Ja-Ga et de l’agence La Magie de l’événement, les gens d’affaires du secteur ont alors fait des représentations auprès de la Ville pour que la circulation soit rétablie.

20150713-travaux-aqueduc-saint-georges

Dans la foulée de cette démarche et face à l’ouverture manifeste de l’administration municipale, consciente des désagréments causés par les travaux, l’idée d’une association permanente a germé.

Une rencontre informelle, le 17 mars, n’a attiré que sept commerçants, mais les deux initiateurs y ont quand même vu un potentiel. «Plutôt qu’une campagne promotionnelle unique pour relancer le secteur après l’épreuve des travaux, nous souhaitions une initiative qui s’étendrait sur plus longtemps», explique Claudio Vega.

Le quartier du maire Maher

Les représentants de la Ville ont bien accueilli l’idée et se sont même engagé à y participer. «Ça a littéralement explosé!», raconte Michel Jolicoeur, particulièrement heureux de l’oreille attentive portée au projet par le maire Stéphane Maher. Il faut dire que ce secteur de la ville est le quartier d’enfance de M. Maher, qui se fait souvent un devoir de le rappeler!

Une première assemblée officielle a réuni pas moins de 32 commerçants à La Conquistadora lundi dernier, en présence du maire et de Michel Métivier, directeur de la Chambre de commerce et d’industrie, qui soutiendra elle aussi cette initiative.

D’ailleurs, plutôt qu’une association légalement constituée, le regroupement Plateau St-Georges prendra la forme d’un comité spécifique de la Chambre.

Dans ce sens, il n’y aura pas de membership formel ni de cotisation pour les commerçants concernés. «On les incitera par contre à adhérer à la Chambre de commerce», souligne Michel Jolicoeur.

20160405-plateau-st-georges-ouimet

Beaucoup d’idées

Chose certaine, les idées ne manquent pas pour favoriser le développement du Plateau St-Georges: fanions décoratifs arborant le logo, rénovation du petit stationnement municipal entre Labelle et St-Georges, installation de fleurs en été et de décorations hivernales, campagnes de promotion locales, sans oublier des efforts pour améliorer l’environnement visuel et la qualité de vie du quartier.

Claudio Vega admet que la réputation de ce secteur de la ville laisse à désirer. «Il y a trois ans, quand j’ai ouvert mon restaurant, il y avait des prostituées et des bagarres, mais la situation s’est déjà beaucoup améliorée», assure-t-il.

Les deux leaders du Plateau St-Georges se réjouissent d’ailleurs de l’implication d’organismes du quartier comme le Centre Sida-Amitié et Mesures Alternatives des Vallées du Nord, un partenariat important sur le plan social. Pour Claudio Vega, il n’est pas question d’expulser les personnes qui, pour une raison ou une autre, ont des problèmes de comportement. «Il faut au contraire les aider à s’intégrer», dit-il.

20160405-plateau-st-georges

«On veut faire quelque chose de beau»

Une ouverture officielle du Plateau St-Georges est à prévoir d’ici peu. «On a une entente commune entre les commerçants pour faire quelque chose de beau», conclut Claudio Vega. Michel Jolicoeur, pour sa part, est convaincu que ces efforts favoriseront l’amélioration des commerces, ainsi que l’occupation des espaces vacants.

L’initiative suscite déjà beaucoup d’intérêt, au point que d’autres commerçants établis au nord de la rue Léopold-Nantel souhaiteraient joindre le mouvement. Michel Jolicoeur n’exclut pas que, dans un deuxième temps, le territoire du Plateau St-Georges s’étende jusqu’à la Caisse Desjardins Ste-Paule, en incluant la rue Labelle.

20160405-plateau-st-georges-3

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend