La lutte au tabagisme ne remonte pas à hier.

Ce type d’intoxication déréglée provoquée par l’abus du tabac est rapidement identifié. Dès le XVIIe siècle dans l’Empire Ottoman comme dans celui de Chine, on l’interdit.

La même interdiction se répand graduellement dans l’ensemble de l’Occident. Certains gouvernements voient rapidement l’avantage pour les coffres de l’État de l’interdire. Par exemple, le cardinal de Richelieu impose une taxe sur le tabac.

Après lui, le grand Colbert établira un monopole d’État sur sa vente en 1674. À partir de 1825, en France, qu’on fume la pipe, la cigarette, ou le cigare, synonyme de réussite sociale, cette pratique demeure inconvenante en société.

On ne fera la relation entre l’usage du tabagisme et le cancer du poumon que plus tard, vers le milieu du XXe siècle.

Un jour, à Québec

En fin de XIXe siècle, un jour, un homme pesant, expression du  temps pour désigner un personnage important, se présente à l’édifice du gouvernement où on interdit désormais, très strictement, l’usage du tabac chez le personnel fonctionnaire.

L’homme est interloqué. Plus encore, il entre dans une colère volcanique. Comment peut-on le traiter ainsi? Lui, cet homme important dont on connaît l’amour sans concession de la pipe. N’est-ce pas comme interdire aux amoureux de s’aimer? Qu’en dira sa mère? Que fait-on de son chagrin de constater son enfant orphelin? Qui a eu l’audace d’imposer ce règlement infâme?

Dites plutôt à Mercier, dira finalement le géant, que je le remercie de toutes ses faveurs mais que, quant à moi, je liquide l’affaire, et me retire dans mon presbytère entre ma mère et ma pipe.

Le premier ministre, alerté, ne put résister à cette colère d’un homme aussi important pour ses projets, si bien que très vite, le curé Labelle, vous l’aurez reconnu, rallumait sa pipe dans son bureau, son permis spécial de le faire bien en vue sur sa table de travail.

Après tout, n’était-il pas sous ministre? Le roi du Nord? La noblesse procure des privilèges.

Article inspiré de Tabagisme  sur Wikipédia, pour le contexte historique.
Et d’un article tiré de L’Avenir du Nord du 10 juillet 1902, p. 1. citant un poème de Joseph-Jérôme Grignon lu le 7 juillet de cette même année au bénéfice du monument du curé Labelle.

close

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Quelque chose à ajouter?
Écrire un commentaire Cancel
Comments to: Le géant qui voulait fumer

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter une image - seuls les png, jpg, jpeg et gif sont admis.

Édition, révision et/ou contribution

Se connecter

Bienvenue sur TopoLocal
Notre site existe pour vous informer
Créer votre compte
Créer un compte sur TopoLocal est gratuit. Une fois votre compte créé, il vous sera parfois offert de vous abonner, pour moins de 2$ par semaine.