fbpx
Politique, Sports, Topos

À la Chambre du hockey mineur de Saint-Jérôme

Il y aura assemblée générale annuelle de la Fédération des clubs de hockey mineur de Saint-Jérôme(FCHMSJ) ce mercredi 18 mai 19h, à l’aréna Melançon.

Dans les organisations du genre, ce qu’on appelle l’AGA est souvent une formalité. Cette année, l’AGA du hockey mineur de Saint-Jérôme promet d’être historique.

Le mot est peut-être fort mais c’est ce soir-là que sera rendu public le rapport de Michel Nadeau, un retraité de la Caisse de dépôt et placement du Québec aujourd’hui directeur général de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques. Il a été mandaté pour clarifier les règles de gouvernance de l’association qui existe depuis 40 ans et qui compte 21 personnes au sein de ses conseils exécutif et d’administration.

Le hockey mineur regroupe 980 jeunes qui jouent dans 60 équipes, des villes de Prévost, Sainte-Sophie et Saint-Jérôme.

C’est donc dire que chaque membre des conseils supérieurs pourrait s’occuper de trois équipes. Ou que chaque membre du conseil d’administration aurait 50 joueurs à sa charge. À titre de comparaison, un conseiller municipal à Saint-Jérôme représente de 5000 à 6000 citoyens environ.

C’est le parent d’un joueur aussi enseignant, Martin Labrosse, qui a sonné l’alerte au conseil municipal au cours de l’hiver. Le mandat a été donné à l’IGOPP par la Ville de Saint-Jérôme, qui a rappelé depuis toute la confiance qu’elle a envers l’organisation actuelle du hockey mineur.

M. Labrosse avait plusieurs informations, qui n’ont pas toutes été vérifiées mais tout de même rapportées par Martin Leclerc, sur son blogue hockey de Radio-Canada.

Un vote serré

Voici un résumé de la dernière assemblée générale spéciale de la FCHMSJ, qui a eu lieu le 9 mars à 19h, par notre journaliste Maxime Doyon Laliberté.

On avait alors voté sur la nouvelle structure du conseil exécutif, qui avait été préalablement approuvée par le conseil d’administration.

Au total, 70 personnes ont voté: 35 étaient contre, 34 étaient pour et une personne s’était abstenue.

Des superviseurs

À ce jour, le conseil exécutif est composé d’un président, d’un vice-président Hockey, d’un vice-président Administration, d’une trésorière, d’une secrétaire, d’un second vice-président Hockey et d’un vice-président Développement.

La proposition était de changer le mandat de ces deux derniers postes et de changer leur titre pour des superviseurs, qui auraient pris la charge des catégories pré-novice à atome et de pee-wee à midget. Ces deux postes actuellement vacants auraient été élus par les membres.

«Le but est de fournir un meilleur encadrement à notre monde au niveau hockey», disait Claude Léonard, le président de la fédération. La structure n’apportait aucune modification à la taille du conseil exécutif qui aurait toujours été de 7 membres. Le président a également souligné que la mise en place de la nouvelle structure n’apporterait aucun coût supplémentaire.

Une ambiance lourde

Certains membres avaient affirmé leurs craintes vis-à-vis la hiérarchisation des deux nouveaux postes dans le conseil, puisque ceux-ci relèveraient du vice-président Hockey. Claude Léonard a répliqué en mentionnant que «les décisions se prenaient en comité et qu’un vote c’est un vote».

Des ouï-dire laissaient entendre que ça allait brasser pendant la soirée, comme le dit l’expression. La foule a, en effet, montré son désaccord et ses opinions à plusieurs reprises lors de la période de questions. Certains ont même demandé à ceux qui filmaient d’arrêter et de baisser leurs cellulaires.

Le tout est finalement revenu à l’ordre lorsque des membres ont souligné qu’ils étaient présents tous pour le bien de leurs enfants.

«On est en train de partir en guerre là, si vous n’êtes pas ici pour vos enfants et bien, rentrez chez vous», avait lancé un citoyen visiblement lassé par la tournure des événements.

La suite mercredi soir à l’aréna Melançon…

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend