Affaires, Politique, Santé

Le futur CHSLD sur le site du Pavillon Ste-Marie

Un nouveau CHSLD de 99 places devait être construit sur les lieux mêmes du Pavillon Sainte-Marie, fermé au printemps 2016.

C’est sur l’emplacement de l’ancien Pavillon Sainte-Marie, dans Lafontaine, que sera érigé à Saint-Jérôme le nouveau centre d’hébergement de soins de longue durée(CHSLD) de 99 lits, annoncé cet été par Québec.

Ce projet se réalisera sous forme de partenariat public-privé. Trois promoteurs avaient soumis des propositions à la suite de l’appel d’offres lancé par le Centre intégré de santé et services sociaux(CISSS) des Laurentides. C’est celle du Groupe Santé Sedna qui a été retenue, au montant de 151,5 M$ pour construire le bâtiment et y dispenser les services d’hébergement durant 20 ans.

L’établissement hébergera, en chambres individuelles, des personnes en lourde perte d’autonomie désignées par le CISSS. On estime à 115 le nombre d’emplois qui y seront créés. L’échéancier établi par Québec prévoit une ouverture au cours de l’année 2018.

Fermeture controversée le printemps dernier

Surtout connue pour sa filiale Groupe Champlain, qui possède entre autres le CHSLD Villa Soleil à Saint-Jérôme, Sedna est aussi déjà propriétaire de l’ancien Pavillon Ste-Marie. Ce centre de réadaptation, où résidaient une soixantaine de personnes lourdement handicapées, a fermé ses portes le printemps dernier.

Le CISSS et Champlain ont motivé cette décision par la vétusté du bâtiment datant d’une cinquantaine d’années. Cette fermeture imprévue, forçant la relocalisation des résidents dans quatre autres centres de la région, avait soulevé un tollé, d’autant plus qu’un projet de rénovation avait déjà été évoqué.

L’actuel bâtiment sera démoli pour faire place au nouvel établissement. Le Groupe Sedna est actuellement en démarches auprès de la Ville pour obtenir les autorisations nécessaires à la réalisation du projet.

Les 99 lits du futur CHSLD représenteront un ajout net de places d’hébergement pour les personnes âgées dans la région jérômienne, qui en a bien besoin. On sait qu’un autre centre d’hébergement de 212 lits est en cours de construction rue Durand près de l’hôpital, mais celui-ci ne vise qu’à remplacer les actuels CHSLD d’Youville et L’Auberge, dont les installations ne répondent plus aux besoins.

Projet d’un pôle santé remis en question

Le choix du Groupe Sedna vient compromettre la réalisation d’un projet d’envergure qui s’annonçait sur les terrains résiduels de la compagnie Cascades, près de l’hôpital, du côté Est de la rivière.

En partenariat avec la société Médifice, qui a réalisé plusieurs complexes semblables dans les Basses-Laurentides et Lanaudière, le Groupe Santé Arbec avait soumis une offre pour le futur CHSLD.

L’établissement aurait fait partie d’un vaste pôle santé comprenant une clinique où l’on espérait implanter un centre de radiologie et d’imagerie médicale, un service actuellement inexistant à Saint-Jérôme hors de l’hôpital.

Consultation municipale

Ce projet estimé à 30 M$ avait fait l’objet d’une consultation municipale en septembre, puisqu’il nécessitait l’adoption par la Ville d’une modification au zonage et d’une procédure de projet particulier de construction dite PPCMOI.

Plusieurs retraités de la papeterie Rolland s’étaient alors manifestés parce que le projet semblait donner le coup de grâce à leur centre de loisirs, qui se trouve sur les terrains en question. Déjà, il faut le dire, Cascades avait averti les retraités qu’ils ne pourraient indéfiniment maintenir leur «maison» à cet endroit. La compagnie était prête à leur céder, mais ils devaient la déménager, une option de toute évidence irréalisable.

Lors de la consultation publique, le président de Médifice, Marcel Landry (un constructeur bien connu à qui l’on doit entre autre le domaine résidentiel L’Eau Vive), s’était engagé à accorder un certain délai aux retraités pour trouver une solution.

Des représentantes de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord avaient pour leur part rappelé la valeur patrimoniale du site visé, liée à la présence de l’ancienne maison d’accueil et de l’ancien siège social de la papeterie Rolland, de même que du boisé mature environnant.

Le promoteur s’était engagé à trouver éventuellement une vocation pour le second bâtiment, mais il prévoyait démolir le premier, invoquant son mauvais état. Une issue que déplorait la société d’histoire.

La Ville imposait des conditions

Pour aller de l’avant avec le changement de zonage, la Ville avait par ailleurs imposé à Médifice une dizaine de conditions liées à l’environnement et à l’aménagement du site, dans le cadre du PCCMOI que le conseil adopté en octobre.

Maintenant que la proposition Médifice/Arbec pour le CHSLD n’a pas été retenue, il faudra voir ce qui adviendra du projet de pôle santé et du changement de zonage.

«Je ne m’avoue pas vaincu !», a confié Marcel Landry à TopoLocal, laissant entendre que la clinique médicale pourrait tout de même voir le jour.

Arbec avait réalisé le Manoir de la Seigneurie

En ce qui regarde le Groupe Santé Arbec, soulignons que cette entreprise avait construit et exploité le Manoir de la Seigneurie, un autre centre pour personnes en perte d’autonomie, ouvert en 2012 rue Globensky à Saint-Jérôme. Une partie de ses 93 lits était alors utilisée comme ressource intermédiaire par le réseau public de santé.

À la suite de relations de travail difficiles et de la syndicalisation de ses employés, l’établissement a changé de mains en 2014. Il est désormais connu sous le nom Résidence La Volière. L’ensemble de ses lits servent aujourd’hui de ressource intermédiaire ou d’unités transitoires de récupération fonctionnelle pour le réseau public.

>

Send this to a friend