fbpx
Politique

Des élections à Saint-Jérôme le 5 décembre

Le chef du Parti québécois Jean-François Lisée lançait vendredi soir la campagne de Marc Bourcier.

En période de campagne électorale, TopoLocal publiera de temps à autre un résumé des activités politiques jusqu’à l’élection du 5 décembre.

C’est ici que nous suivons les activités des candidats, leurs déplacements significatifs, leurs déclarations et les prises de position des partis.

Les informations présentées ici ne sont pas dans un ordre pré-déterminé. Elles s’ajoutent au fur et à mesure de notre connaissance des événements.

La vraie campagne est commencée

Les candidats sont annoncés depuis plusieurs mois déjà, dans certains cas, et l’été a passé sans que l’on sache quand aurait lieu le vote.

Le décret déclenchant l’élection du successeur de Pierre Karl Péladeau comme député de Saint-Jérôme est finalement tombé le 2 novembre, soit la date la plus lointaine permise par la loi.

Quand le résultat de l’élection sera connu, les électeurs de Saint-Jérôme auront finalement passé 7 mois sans député. Pierre Karl Péladeau était député de Saint-Jérôme depuis 25 mois avant sa démission, le 2 mai 2016, pour des raisons personnelles.

Le Parti québécois revient sur l’urgence

Le Parti québécois(PQ) a redemandé au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de désengorger l’urgence de l’Hôpital régional de Saint‑Jérôme.

Le parti d’opposition affirme que les gens qui se rendent à l’urgence de l’hôpital de Saint-Jérôme y attendent plus de 26 heures en moyenne, ce qui, avec Gatineau, serait la pire performance au Québec.

Selon le député péquiste de Labelle Sylvain Pagé, certains citoyens finissent par prendre leur voiture et rouler 250 kilomètres aller-retour pour se rendre à l’urgence de Rivière-Rouge. À la source du problème, le PQ affirme qu’il manque toujours de médecins de famille accessibles et que le gouvernement manque d’écoute face à la situation.

Marc Bourcier en vidéoconférence avec la porte-parole du PQ en matière de santé, Diane Lamarre.

marc-bourcier-diane-lamarre-engagement-sante

Pour mesurer la performance de l’hôpital de Saint-Jérôme par rapport aux autres hôpitaux, on peut consulter les données en temps réel sur indexsanté.ca.

Marc Bourcier veut que l’on recycle Youville

Marc Bourcier n’a pas attendu le début officiel de la campagne électorale pour faire connaître son premier engagement politique. Le candidat du PQ dans Saint-Jérôme a décidé de faire du Centre hospitalier Youville son cheval de bataille.

hopital-youville

Avec la construction à venir de lits de soins prolongés déjà annoncée dans la région, le sort de l’hôpital Youville reste incertain. Chose certaine, dans l’état actuel des plans, l’édifice, qui a quand même un certain âge, n’a pas encore de vocation précise après le déménagement des patients vers les hôpitaux en construction.

Marc Bourcier propose d’en faire une unité de débordement de l’hôpital de Saint-Jérôme, ayant pour mission de soulager l’encombrement de l’urgence et des autres départements de l’hôpital de la rue de Montigny.

Bruno Laroche et la CAQ veulent limiter les machines à sous

Le candidat de la Coalition avenir Québec(CAQ) dans Saint-Jérôme a annoncé qu’il appuyait fortement les efforts du maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher pour réduire le nombre d’appareils de loterie vidéo de Loto-Québec.

20161002-bruno-laroche-francois-legault-coalition-avenir-quebec

La CAQ estime que le gouvernement Couillard «improvise» dans ce dossier. Alors que Loto-Québec souhaite maximiser la rentabilité des appareils, la CAQ estime que le gouvernement tente «en catimini» de retirer des mains de Loto-Québec les critères socioéconomiques d’emplacements des appareils.

Selon la CAQ, il faut réduire le nombre d’appareils, mais le gouvernement n’est pas pressé de le faire parce que c’est très payant pour ses coffres. Le parti de François Legault affirme qu’il y a tellement d’enjeux avec les appareils de loterie vidéo que ça prend un «grand ménage».

Le candidat de la CAQ a aussi pris la parole devant plusieurs personnes réunies à la résidence La Noblesse le lundi 17 octobre, pour présenter l’animateur radiophonique et militant caquiste Gilles Proulx. Ce dernier a dénoncé le gouvernement libéral et défendu les positions de la CAQ notamment en matière d’immigration, d’éducation et de budget.

caq-gilles-proulx-bruno-laroche-la-noblesse

Entre autres, M. Proulx croit que le Québec devrait diminuer le nombre d’immigrants pour mieux s’en occuper, mieux les encadrer, et mieux les franciser. Il a aussi fait allusion au fait que les institutions d’enseignement du Québec distribuent des diplômes «accordés trop facilement» et s’est inquiété de ce qu’il appelle «l’analphabétisme» d’une large part de la population.

Faisant un bilan négatif du gouvernement Couillard dont il déplore l’absence de courage politique, M. Proulx a incité les personnes présentes à donner une «chance valable» à la CAQ car, a-t-il ajouté, «on est à risque avec le gouvernement d’un parti composé de lâches».

Marcel Gosselin: 15$ l’heure, minimum!

Le candidat de Québec Solidaire Marcel Gosselin a annoncé que le salaire minimum à 15$ l’heure sera au centre de la campagne de son parti en vue de l’élection partielle à venir.

qs-marcel-gosselin-elections-quebec-solidaire

Outre la question du salaire minimum, Marcel Gosselin entend revendiquer une plus grande disponibilité de logements sociaux à Saint-Jérôme, ajoutant qu’il est inacceptable que les personnes vivant dans la pauvreté soient obligées de consacrer parfois 40% et même dans certains cas 50% de leurs revenus à se loger.

Le candidat estime aussi que le gouvernement étouffe les organismes communautaires en ne ne leur donnant pas le financement dont ils ont besoin pour jouer leur rôle de façon énergique et surtout indépendante.

Enfin, il entend proposer des mesures concrètes pour mettre l’environnement à l’avant-plan des projets de la collectivité et accélérer les efforts d’innovation en matière de transport électrique.

Bruno Laroche et la CAQ parlent de fierté et «d’argent propre»

Le candidat de la CAQ dans Saint-Jérôme, Bruno Laroche, s’est dit très enthousiaste et heureux du déclenchement de l’élection partielle. Il entend faire une campagne axée sur la fierté de Saint-Jérôme. Selon lui, Saint-Jérôme est prête à être la capitale des Laurentides.

« Le maire Stéphane Maher et moi sommes d’accord sur un point crucial: on doit attirer des investissements dans le secteur manufacturier, où les emplois sont payants, explique-t-il. Il y a des projets à Saint-Jérôme, mais on a besoin de l’aide de Québec pour les convaincre de réaliser plus rapidement ces projets-là. »

Bruno Laroche rappelle que la CAQ réclame une baisse d’impôt immédiate de 1000 $ par famille, afin de redonner un pouvoir d’achat accru aux citoyens de Saint-Jérôme.

Une campagne propre

Selon Bruno Laroche, son adversaire péquiste Marc Bourcier n’a pas justifié que son parti n’a toujours pas remboursé les sommes qui ont été collectées illégalement au cours des dernières années, un montant qui s’élève à près de 300 000$.

«Qu’attend son parti pour rembourser ces sommes? Un des défis lors de cette élection sera de surmonter le cynisme de la population à l’égard de la classe politique. Il faut que les partis politiques donnent l’exemple. Une élection, ça doit se gagner proprement, pas avec de l’argent sale», a-t-il conclu.

M. Laroche soutient que Marc Bourcier et Naömie Goyette doivent assurer aux citoyens de Saint-Jérôme qu’ils ne feront pas campagne avec de l’argent collecté illégalement.

Marc Bourcier s’en prend à une photo

Le candidat du PQ Marc Bourcier n’a pas aimé que le CAQ utilise une photo qui, selon lui, «s’attaquait à son apparence physique au moyen d’une photo qui était loin de m’avantager».

La photo a été utilisée dans une publicité parue dans le journal Le Nord du 26 octobre 2016.

caq

Marc Bourcier dit ne pas vouloir de cette forme de message publicitaire. Par voie de communiqué, il affirme que cette forme de politique est dépassée. «C’est faire de la petite politique à l’américaine et cela ne peut que décourager la population qui déjà prend ses distances face la classe politique.»

Le candidat péquiste estime que ce sont «des solutions pratiques et efficaces pour améliorer la condition de vie des citoyens» qui doivent prédominer dans la campagne.

La candidate libérale: se donner «une voix forte» au gouvernement

Pour sa part la candidate libérale Naömie Goyette continue de faire campagne au ras du sol et maintient le cap sur deux thèmes principaux depuis le début: prendre le pari du pouvoir, ainsi que son désir de bien représenter ses concitoyens.

«Le Parti libéral est au pouvoir pour encore au moins deux ans, rappelle-t-elle souvent, c’est le moment de se donner une voix forte à Québec.» Elle tente ainsi de convaincre les électeurs de Saint-Jérome qu’en présence d’un gouvernement libéral, il serait avantageux d’avoir une députée libérale.

20161028-naomie-goyette-parti-liberal-elections

Par ailleurs, Naömie Goyette mise aussi sur sa jeunesse, son statut d’entrepreneure (elle est restauratrice) et de jeune mère de famille pour convaincre les électeurs qu’elle est à même de comprendre leurs besoins.

Elle a aussi fait valoir son implication sociale, notamment auprès de l’organisme charitable Le Book humanitaire, fondé par sa mère, où elle a été active.

Les nouvelles idées et la jeunesse

Le Parti vert est seul dans la course à véritablement mettre l’environnement au-dessus de tout. Âgée de 19 ans, la candidate Émilianne Lépine serait la plus jeune députée jamais élue à l’Assemblée nationale si elle remporte l’élection du 5 décembre.

emilianne-lepine-parti-vert-saint-jerome

«Nouvelle génération, nouvelles idées» dit l’affichage électoral du parti, la candidate Émilianne Lépine, une jeune militante écologiste de Saint-Jérôme, incarne bien le message.

Elle se lance en politique sous la bannière du Parti vert du Québec avec trois grands objectifs. Contribuer à une plus grande implication des jeunes. Mettre en place la gratuité du transport en commun. Et finalement, réformer le mode de scrutin.

Elle affirme qu’il est capital de prendre des actions concrètes dès maintenant afin de respecter les limites naturelles de notre planète, notamment en éliminant la surconsommation.

Elle est co-fondatrice d’un nouveau groupe écologiste, le Comité Action Sociale et Environnementale de la rivière du Nord(CASERN), qui lutte contre la destruction de nos écosystèmes.

Le CASERN a déjà fait des vagues sur la scène municipale en présentant, entre autres, une pétition en soutien à la gratuité du transport en commun avec près de 2500 signatures. Cette idée a été reçue favorablement par le maire Stéphane Maher, qui souhaiterait abolir les tarifs «le plus tôt possible». La gratuité du transport en commun figure parmi les plus grandes priorités du Parti vert du Québec.

Option nationale aura un candidat

Olivier Lamanque-Galarneau, un étudiant de la région des Laurentides, veut ajouter son nom à la liste des candidats au titre de député de Saint-Jérôme. Il représentera le parti Option nationale.

Rencontré vendredi par TopoLocal, le candidat en devenir travaillait à obtenir les signatures requises pour officialiser sa candidature.

annonce-candidat-option-nationale-saint-jerome

«Seul vrai parti indépendantiste»

«Je suis candidat pour Option nationale parce qu’aucun autre parti ne parle vraiment d’indépendance, dit-il. Le PQ se limite à vouloir quitter le Canada. Il n’incarne aucun véritable changement et n’a pas de projet autre que de prendre le pouvoir et de continuer ce qui se fait présentement.»

«Pour nous, l’indépendance n’est pas une fin mais un moyen. Nous croyons que les Québécois doivent d’abord se donner une constitution qui reflète notre désir de créer une société démocratique et égalitaire.»

L’indépendance serait alors, selon lui, un moyen d’y arriver, mais à partir d’un consensus social et politique.

Une démocratie plus efficace

«Le Québec doit se donner des mécanismes démocratiques plus efficaces qu’une élection à tous les quatre ans», ajoute-t-il. Et il croit que le peuple devrait avoir le pouvoir de ramener à l’ordre un gouvernement qui ne respecte pas ses engagements, en demandant un référendum sur sa destitution.

Des ressources qui profitent à la collectivité

Olivier Lamanque-Galarneau affirme qu’il est indispensable de nationaliser les ressources naturelles du Québec, autant les mines que l’eau, l’hydroélectricité et le parc éolien. Présentement, il affirme que le Québec les abandonne lâchement aux multinationales qui en font une exploitation sauvage.

Le nationalisme identitaire dépassé

«On dit que les jeunes ne sont pas intéressés par la politique. Ce n’est pas vrai. Non, ils ne sont pas intéressés par la vieille politique que leur propose les vieux partis, mais ils ont des valeurs et des idées qui peuvent être canalisées par des vrais moyens démocratiques.»

Le candidat rejette ce qu’il qualifie de «nationalisme identitaire de droite». Le Québec, soutient-il, aurait avantage à être inclusif et s’enrichir des ethnies et cultures qui y vivent.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend