fbpx
Politique

Stéphane Maher n’appuie aucun candidat

Stéphane Maher n’appuie aucun candidat dans la présente course au titre de député de Saint-Jérôme.

Le maire de Saint-Jérôme a réitéré cette position à TopoLocal le mercredi 30 novembre.

Nous lui avons demandé comment interpréter sa présence lors du bilan de campagne de Bruno Laroche, qui se tenait lundi. Une présence qui a soulevé des interrogations, d’autant plus que le chef de la Coalition avenir Québec(CAQ), François Legault, se joignait au candidat pour rappeler l’ensemble des engagements de son parti.

«Je suis allé à l’événement de la CAQ parce qu’on m’avait invité, a dit le maire. Peut-être que si c’était à recommencer, je n’irais pas, mais au-delà de la politique partisane, j’y suis allé parce que j’ai des affinités pour le discours économique de François Legault, qui sont d’ailleurs les mêmes affinités que j’avais avec Pierre Karl Péladeau. Je ne m’en suis jamais caché.»

«Il faut dire qu’une campagne de six mois, c’est long. Vous comprendrez qu’avec le préfet de la MRC[Bruno Laroche] et un conseiller municipal[Marc Bourcier] parmi les candidats, on fait parfois du patin de fantaisie.»

«Mais je répète que je n’appuie aucun candidat. En fait, s’il y a des gens que j’ai vus plus que les autres depuis le début de la campagne, ce sont les libéraux, entre autres lors de visites du premier ministre et, plus récemment, aux funérailles de Jacques Grand’Maison.»

Le maire, qui répète qu’il s’intéresse surtout au développement économique de Saint-Jérôme, a par ailleurs fait remarquer qu’il y a «plusieurs bons candidats» à l’élection du 5 décembre.

Revenant sur les deux qu’il a côtoyés davantage dans ses fonctions, il a mentionné que Bruno Laroche ainsi que Marc Bourcier étaient tous les deux d’«excellents candidats».

Des symboles de l’anarchie et un débat

Mercredi, le candidat de la Coalition avenir Québec a fait les manchettes parce que des vitrines de son local de campagne ont été marquées d’un A cerclé, qui désigne généralement l’anarchie, ce mode de vie théorique où chaque sujet ne peut prétendre à un pouvoir sur l’autre.

Il a été fait mention de la situation à Radio-Canada et TVA Nouvelles. Une affiche de la candidate libérale a aussi été marquée d’un A cerclé, mercredi matin au coin des rues Saint-Georges et de Martigny.

La démocratie devrait toutefois être préservée, au moins jusqu’au débat organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Jérôme métropolitain, qui sera aussi diffusé en direct dès 19h30 à partir de la page Facebook de l’organisation.

Afin de mieux connaître les candidats à cette élection partielle prévue le lundi 5 décembre, TopoLocal a aussi demandé aux candidats de répondre à cinq questions pour mieux les connaître.

Bruno Laroche veut une voie réservée

Pour Bruno Laroche, il est grand temps que Transports Québec sorte de ses cartons les plans d’aménagement d’une voie réservée sur l’autoroute 15 Nord et passe à l’action.

Invoquant «l’enfer quotidien» que subissent les automobilistes qui se rendent à Montréal aux heures de pointe, Laroche affirme que le gouvernement délaisse la région des Laurentides.

Bruno Laroche veut une voie réservée plus longue sur la 15.

Le candidat caquiste, qui était accompagné du député de Groulx Claude Surprenant, affirme que l’étude nécessaire a été faite en 2012, et somme le gouvernement de prolonger la voie réservée sur 11 kilomètres, soit entre le kilomètre 8, à la hauteur du boulevard Saint-Martin à Laval et le kilomètre 19, à Rosemère.

Le député de Groulx Claude Surprenant a rappelé que 180 000 véhicules par jour empruntent l'autoroute 15.

Bruno Laroche s’est engagé à oeuvrer de concert avec le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, pour que ce projet se réalise, afin que les Jérômiens aient enfin une qualité de vie digne de ce qu’ils méritent: «C’est pour changer le quotidien des Jérômiens que je me suis lancé en politique.»

Le bilan de la CAQ

À Saint-Jérôme pour faire le bilan de campagne de Bruno Laroche, le chef de la CAQ François Legault a demandé aux électeurs de Saint-Jérôme d’élire le candidat de son équipe, qu’il voudrait bien voir au sein du caucus de son parti à Québec.

Le chef de la CAQ est revenu sur quelques enjeux qui reflètent les thèmes de la campagne. Il a rappelé l’engagement de son parti  à baisser l’impôt de 1000$ par famille afin de donner un coup de pouce au portefeuille des familles et de stimuler l’activité économique, du même coup.

Le chef de la CAQ François Legault était à Saint-Jérôme le mardi 29 novembre.

La Coalition Avenir Québec juge aussi qu’il est possible de réduire les taxes tout en augmentant les services. Dans la région, les priorités identifiées par François Legault sont la construction d’une nouvelle aile psychiatrique à l’hôpital de Saint-Jérôme et l’ajout de places d’hébergement pour les aînés.

Bruno Laroche est aussi revenu sur son appui à l’agrandissement de l’UQO à Saint-Jérôme, afin que l’université puisse accueillir adéquatement ses étudiants actuels et ouvrir de nouveaux programmes afin de permettre aux jeunes de compléter leurs études dans la région.

Enfin, François Legault s’est attaqué à la position identitaire de Jean-François Lisée. «Pendant que Jean-François Lisée et toute se troupe ont consenti au projet de loi 62 qui ouvre la porte au tchador dans nos écoles, tous les députés de la CAQ se sont levés pour défendre nos valeurs, dont l’égalité hommes-femmes. Quand ça compte, le PQ vote pour le tchador, mais quand les sondages sont mauvais, il change de position.»

Protéger et augmenter les espaces verts

Mercel Gosselin veut protéger les espaces verts… et multiplier les jardins.

«Nos espaces verts sont de plus en plus menacés par les nombreux projets domiciliaires et commerciaux», affirmait par voie de communiqué Marcel Gosselin, candidat de Québec solidaire.

Le candidat de Québec Solidaire Marcel Gosselin.

«Il faut développer notre territoire de façon intelligente en préservant ces espaces verts dans notre ville-comté, dit le candidat de Québec solidaire. Cela signifie limiter l’étalement urbain, protéger les milieux humides et les boisés. Il faut évidemment protéger nos cours d’eau, comme la rivière du Nord, notre principale source d’approvisionnement.»

Mais la protection ne suffit pas. Le candidat de Québec solidaire s’engage à travailler en collaboration avec les élus municipaux pour encourager la création de potagers urbains. Il parle de mettre en valeur certains espaces verts pour y aménager des jardins collectifs qui pourraient servir à augmenter la sécurité alimentaire de la population.

Marcel Gosselin souhaite également que l’on incite les citoyens qui le peuvent à faire chez eux des jardins de façade, en plus de solliciter les propriétaires de terrains vacants à y mettre de la végétation.

«Saint-Jérôme est une ville-comté. Il est important que les élus municipaux et provinciaux travaillent en collaboration. Comme député de Québec solidaire, c’est ce à quoi je m’engage».

Un «heureux problème» qui exige plus d’argent

Marc Bourcier veut que le gouvernement du Québec injecte plus d’argent en éducation pour agrandir le cégep et l’UQO, offrir plus de services aux élèves et soulager le fardeau des taxes scolaires.

Il estime que la situation du cégep et de l’UQO à Saint-Jérôme pose un «heureux problème». La population étudiante augmente de façon importante ce qui témoigne de la qualité des deux établissements, selon le candidat du Parti québécois.

Emboîtant le pas sur une question qui fait l’objet d’un large consensus à Saint-Jérôme, Marc Bourcier s’engage à presser le gouvernement d’agir pour agrandir l’UQO. Il ajoute que le cégep est dans la même situation.

Selon M. Bourcier, malgré les agrandissements en cours, le cégep aura toujours besoin de maintenir ses locaux temporaires même quand les travaux d’agrandissement en cours seront achevés.

Il s’est également engagé à exiger que les sommes allouées au collège soient augmentées et reflètent la clientèle actuelle de 5500 étudiants plutôt que la clientèle officielle reconnue, qui est de 4300.

Dans les écoles primaires et secondaires, il s’est aussi engagé à faire pression pour faire augmenter les services spécialisés aux élèves par le biais d’une augmentation des budgets là aussi.

Il se range aussi du côté de ceux qui souhaitent la construction de nouvelles écoles primaire et secondaire à l’ouest de l’autoroute 15. Marc Bourcier dit «condamner sans réserve» les accusations d’insalubrité de nos écoles faites par le représentant de la CAQ, qui témoigne selon lui de sa «méconnaissance du milieu».

Marc Bourcier veut voir plus d'argent investi dans l'éducation.

M. Bourcier a aussi abordé la question des taxes scolaires, qui sont nettement plus élevées à Saint-Jérôme qu’ailleurs dans les Laurentides. Il faut selon lui blâmer les règles budgétaires imposées par Québec, en ajoutant que ce n’est pas la faute des commissions scolaires.

Il s’engage à travailler à redresser la situation s’il est élu à l’Assemblée nationale. «Ça fait deux ans que le ministère a en main un rapport qui recommande de corriger la chose et il n’a toujours rien fait. »

Enfin le député Claude Cousineau a rendu hommage aux qualités humaines du candidat péquiste dans Saint-Jérôme. M. Cousineau a affirmé que jamais il n’avait vu un candidat aussi vrai, chaleureux, populaire et aussi près des gens. Qualifiant Marc Bourcier de candidat nouveau genre, le député de Bertrand affirme avoir bien hâte de le voir à Québec.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend