fbpx
Affaires, Lieux, Personnes, Politique

Baisse de taxes à Saint-Jérôme

Benoît Beaulieu, président de la Commission des finances publiques de Saint-Jérôme et le maire Stéphane Maher.

Le maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher a annoncé que les contribuables verront une baisse de taxes moyenne de 1% pour 2017. L’an dernier, la hausse moyenne était d’un peu moins de 1%. Au net, après deux ans, la maison moyenne paiera donc légèrement moins de taxes qu’en 2015.

Tout sera officialisé le mercredi 13 décembre prochain, lors du dépôt du budget pour l’année à venir. Mais on sait déjà que Saint-Jérôme projette une très modeste hausse de ses dépenses de 0,6% en 2017.

Continuant dans la direction amorcée depuis son arrivée au pouvoir, le parti du maire, Vision Saint-Jérôme, respecte donc son engagement d’assainir les finances municipales en réduisant les taxes mais aussi en contrôlant de façon très serrée la croissance des dépenses.

Vision Saint-Jérôme estime que cette gestion donne à Saint-Jérôme la marge de manoeuvre pour travailler à son développement, créer un environnement fiscal propice à attirer des investissements, et soulager les fardeau fiscal des payeurs de taxes.

Stéphane Maher «très fier» des résultats

Le maire de Saint-Jérôme attribue cette performance à une «gestion efficace et rigoureuse des fonds publics de la Ville» depuis l’élection de Vision Saint-Jérôme.

Le budget de la ville restera donc stable aux environs de 130M$, ce qui est le cas depuis 2013 alors que le maire et son groupe prenaient le pouvoir.

Auparavant, le budget de Saint-Jérôme avait augmenté de 30M$ entre 2008 et 2013, croissant à un rythme moyen de plus de 6% par année.

«Mon équipe et moi avions un désir lorsque nous avons été élus: redonner aux Jérômiens la fierté de leur ville par une gestion efficace et dynamique. Nous poursuivons dès maintenant nos efforts pour laisser à la prochaine administration des finances publiques saines et équilibrées», a conclu Stéphane Maher.

Quelques éléments clé à retenir

Les nouveaux investissements. Avec 150M$ de nouveaux investissements immobiliers en 2016, la Ville peut compter sur environ 1M$ de nouvel argent ce qui, grosso modo, couvre la hausse de sa masse salariale.

«C’est pas compliqué, les investissements nouveaux nous permettent d’absorber le coût des hausses de salaires et de ne pas avoir à envisager de coupures de personnel, dit Stéphane Maher. Après cela, c’est aux directeurs de services de maintenir la qualité des services sans augmenter les autres coûts d’opération. C’est exigeant, mais avec l’équipe que nous avons, on y arrive. Ils font un excellent travail.»

Le maire a ajouté que sa cible pour les nouveaux investissements se situe autour de 200M$, ce qui permettrait des marges de manoeuvre supplémentaires. «On n’est pas encore là, mais avec les investissements publics et institutionnels qui s’en viennent en 2017, on est déjà pas mal assurés de maintenir notre rythme actuel.»

Évidemment, rappelle le maire, plus les taux de taxes de Saint-Jérôme sont concurrentiels par rapport aux municipalités comparables, «plus on a de chances d’attirer des investisseurs».

Les chutes de neige. Ces lignes sont écrites le 7 décembre. Les chutes de neige cette année ont été relativement faibles, ce qui limite les sorties des équipes de déneigement, donc les coûts en main-d’oeuvre et équipement.

Saint-Jérôme dispose d’une réserve budgétaire d’un peu plus d’un million de dollars par année budgétaire expressément pour le déneigement. Comme une grosse tempête ou deux pourraient affecter cette réserve, le budget 2017 n’en tient pas compte. Bref, la hauteur des bancs de neige n’affectera pas vos taxes en 2017…

Des rôles d’évaluation modernisés. Comme tout le Québec, les taxes à Saint-Jérôme seront basées dès 2017 sur des rôles d’évaluation modernisés. Cette nouvelle façon d’évaluer les propriétés vise à corriger des écarts en utilisant de nouveaux critères.

Alors que les transactions immobilières dans le secteur immédiat faisaient monter en flèche la valeur des bâtiments sous l’ancienne méthode, les rôles modernes reflèteront davantage les valeurs associées aux constructions récentes et aux quartiers attrayants.

On aura beau dire que les propriétaires qui subissent des hausses seront heureux de voir la valeur de leur propriété augmenter, il n’en demeure pas moins que les premiers résultats des nouveaux rôles, qui affichaient des fortes variations de valeur, auraient eu un impact majeur sur la facture de certains contribuables.

Saint-Jérôme a donc décidé, comme la loi le lui permet, d’atténuer l’impact des nouveaux rôles sur une période de trois ans. Ceux qui sont malgré tout mécontents pourront toujours se consoler en constatant que la nouvelle mesure affecte tout le Québec de façon égale.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend