Affaires, Lieux, Santé

Le nouveau CHSLD s’installerait près de l’hôpital

Le nouveau CHSLD de 99 lits qui sera construit sur le boulevard J.-B.-Rolland, entre le boulevard Jean-Paul-Hogue et l'avenue Rolland.

Coup de théâtre dans le milieu de la santé à Saint-Jérôme: le centre d’hébergement qui devait voir le jour sur le site de l’ancien Pavillon Sainte-Marie, dans le secteur Lafontaine, se réalisera finalement près de l’hôpital.

À la suite de l’appel d’offres lancé par le Centre intégré de santé et de services sociaux(CISSS) des Laurentides, pour construire et exploiter cet établissement de 99 lits durant 20 ans, c’est le Groupe Sedna qui avait initialement été choisi.

Déjà propriétaire du Pavillon Sainte-Marie, un centre de réadaptation pour personnes lourdement handicapées qui avait fermé ses portes le printemps dernier, Sedna prévoyait démolir cet immeuble et construire le nouveau CHSLD sur son emplacement.

Une décision du CISSS qui pourrait être contestée

Or, l’entreprise devait obtenir des autorités municipales certaines autorisations relatives au zonage du terrain, et cela au plus tard le 15 décembre. Elle n’a finalement pas réussi à respecter cette échéance.

Le CISSS a confirmé à TopoLocal que Sedna ne lui a pas fourni à temps le certificat de conformité de son terrain et que le contrat a ainsi été réassigné au second des trois soumissionnaires.

Le Groupe Sedna envisage de contester la décision du CISSS des Laurentides de lui retirer ce mandat pour le confier à un autre promoteur, le Groupe Santé Arbec.

«Nous sommes déçus de la décision du CISSS et en désaccord avec celle-ci», a indiqué un porte-parole de Sedna, Claude Dallaire, ajoutant que le Groupe est en discussion avec ses «aviseurs légaux» pour la suite des choses.

Dans les circonstances, M. Dallaire, qui rappelait TopoLocal au retour du congé des Fêtes, a préféré n’émettre aucun autre commentaire.

Le second soumissionnaire, Arbec, obtient le contrat

Le Groupe Santé Arbec exploite déjà une dizaine de résidences et centres d’hébergement privés dans Lanaudière, ainsi qu’à Sainte-Adèle.

Elle avait aussi créé le Manoir de la Seigneurie en 2012 à Saint-Jérôme, un établissement qui a depuis changé de mains et de nom.

Fait à noter, le changement de contractant porte à 166 M$ le coût de l’entente sur 20 ans conclue par le CISSS, soit 15 M$ de plus que ce qui était prévu avec le Groupe Sedna.

 

Le coup d’envoi à un nouveau pôle santé

Pour réaliser son nouveau projet jérômien, le Groupe Arbec est associé à la compagnie immobilière Médifice de Boisbriand, avec laquelle elle a d’ailleurs déjà construit deux autres CHSLD semblables, qu’elle exploite à Terrebonne et à Repentigny, également dans le cadre d’ententes avec le réseau public de santé. Le président de Médifice, Marcel Landry, est connu à Saint-Jérôme entre autres pour le développement du domaine résidentiel L’Eau Vive.

La réalisation de ce CHSLD donnera le coup d’envoi à un nouveau pôle santé voisin de l’hôpital, sur les terrains que possédait la compagnie Cascades et que Médifice vient d’acquérir.

Outre le CHSLD, le promoteur y prévoit la construction d’une clinique médicale comprenant un centre de radiologie et d’imagerie médicale, un service très en demande mais jusqu’à présent disponible à l’hôpital uniquement.

Travaux dès le début de janvier

La construction du centre d’hébergement, un bâtiment de quatre étages qui se trouvera près de l’avenue Rolland longeant la rivière, commencera dès le début de janvier puisque Médifice doit le livrer au plus tard le 31 décembre 2017. Il s’agira d’un investissement de 20 M$.

Il faut dire que Médifice avait pressenti que l’entente initiale entre le CISSS et le Groupe Sedna ne pourrait se concrétiser. L’entreprise de Marcel Landry demeurait donc fin prête à aller de l’avant.

Rappelons que le projet de CHSLD et de pôle santé de Médifice avait fait l’objet d’une consultation publique municipale en septembre, au terme de laquelle la Ville avait imposé au promoteur une dizaine de conditions liées à l’environnement et à l’aménagement du site.

L’autre nouveau CHSLD, de 212 lits, est presque terminé

Il est construit entre la rue Rolland et la rue Durand, face à l’urgence de l’hôpital. Il vise à remplacer à la fois L’Auberge et Youville.

Le nouveau CHSLD déjà en construction sur la rue Rolland.

Des conditions à respecter sur le terrain

Le caractère patrimonial et écologique de ces vastes terrains, où l’on trouve un magnifique boisé ainsi que trois bâtiments reliés à l’histoire de la papeterie Roland, avait notamment été soulevé lors de la consultation.

Aujourd’hui, M. Landry entend toujours respecter ces conditions et ne prévoit aucune difficulté à livrer le CHSLD dans un an, d’autant plus qu’il s’agira d’un immeuble très semblable à ceux de Terrebonne et Repentigny.

La maison de M. Rolland sera démolie

L’ancienne maison d’accueil de la compagnie Rolland, et la résidence de Lucien G. Rolland, sera démolie pour faire place au nouveau CHSLD. Le bâtiment a subi trop de transformations au fil des ans pour pouvoir être reconnu d’intérêt patrimonial.

L’entente finale pour l’acquisition des terrains par le promoteur aurait été signée le 21 décembre, soit exactement le jour où feu Lucien Rolland aurait eu 100 ans.

L’ancienne maison d’accueil de la compagnie Rolland, et la résidence de Lucien G. Rolland, sera démolie pour faire place au nouveau CHSLD. Le bâtiment a subi trop de transformations au fil des ans pour pouvoir être reconnu d’intérêt patrimonial. L’entente finale pour l’acquisition des terrains par le promoteur aurait été signée le 21 décembre, soit exactement le jour où feu Lucien Rolland aurait eu 100 ans.

Quant à la clinique médicale, il demeure confiant que Québec octroie rapidement le permis de radiologie. «La construction pourrait même commencer simultanément avec celle du CHSLD», croit M. Landry. Un nouvel investissement de 10 à 15 M$ s’ajouterait ainsi à court terme.

Lors de la dernière campagne électorale, le ministre de la Santé Gaétan Barrette avait dit ceci lors de son passage à Saint-Jérôme: «Le projet de super-clinique est prêt. Si des médecins se regroupent et sont prêts à démarrer le projet, je signe demain matin.»

Deux autres maisons seront préservées

Celle des retraités de la Rolland, dont le terrain était toujours propriété de Cascades, alors que l’entreprise avait vendu l’usine de papier. Elle est protégée pendant trois ans selon les conditions du projet.

Cette maison, construite par les retraités de la Rolland sur des terrains appartenant à Cascades, est protégée pendant trois ans selon les conditions du projet.

 

Cette maison, reconnue patrimoniale, a logé les directeurs de l'usine Rolland jusqu'en 1982. L'entente avec le promoteur vise à ce qu'elle soit conservée.
Cette maison, reconnue patrimoniale, a logé les directeurs de l’usine Rolland jusqu’en 1982. L’entente avec le promoteur vise qu’elle soit conservée.
>

Send this to a friend