fbpx
Causes, Sports

Francine Chaput raconte son parcours à vélo de 4800 kilomètres à travers le Canada

4800 kilomètres à vélo en 24 jours, c’est ce qu’a réalisé Francine Chaput, de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, l’été dernier. Elle était la seule femme d’un groupe de 16 pompiers qui ont traversé le Canada de Vancouver à Lanoraie.

Cette grand-maman d’apparence délicate a des nerfs d’acier et une détermination à toute épreuve. Elle n’a pas peur des combats et du risque. Elle a réalisé cet exploit avec de la détermination et du courage même si, «pendant 4800 kilomètres, elle a eu mal partout», comme elle le dit elle-même.

Tout comme dans les douze travaux d’Astérix, Francine a su relever une à une les épreuves inhérentes à un tel projet. Même avec un entraînement adéquat, il y a toujours de la rivalité et de la compétition qui s’installent dans un groupe…

Les gars désiraient toujours performer, ce qui l’obligeait à pousser la machine. Chaque jour, ils voulaient arriver le plus tôt possible. Une journée, ils ont même gardé une moyenne de 38,5 km/h sur une distance de 250 kilomètres. Juste à y penser, je suis moi-même essoufflé!

Une habituée de la montagne

Cependant, elle avait une arme cachée. Elle s’entraîne dans les Laurentides et c’est ce qui lui a permis de toujours faire partie du peloton.

Cette arme: sa force dans les montées. «Le seul moment où j’étais un peu tranquille c’est quand on montait. Dans les côtes c’est une autre énergie, c’est d’autres muscles et j’étais réellement bien.» C’est dans ces moments qu’elle dépassait tous ceux qui l’avaient clanchée, ce qui contribuait à augmenter la frustration masculine!

Elle nous a confié que des gens du peloton disaient que Francine demandait de ralentir un peu le rythme, alors qu’elle n’avait jamais fait cette demande.

Graduellement, Francine a dû utiliser de plus en plus son mental afin de combattre son corps qui lui disait d’arrêter. «Pendant 4800 kilomètres, ta tête et ton corps se battent!»

Ses meilleurs souvenirs

Les paysages de partout au Canada sont ses plus beaux souvenirs. Lorsqu’elle en voit un, elle se remémore facilement les moments où elle a pédalé dans cette région.

Le long du parcours, elle a fait la rencontre de plusieurs pompiers dans certaines petites villes. Ils avaient rénové leur salle sachant qu’ils auraient de la visite, ou avaient fait asphalter une partie de la route pour rendre leur passage dans la région plus agréable.

Puis les soupers gastronomiques préparés chaque soir par les pompiers affectés à cette tâche. Ils devaient bien manger et beaucoup en fonction de l’énergie dépensée. À son retour, Francine a même dû réapprendre à manger plus normalement.

Et enfin, elle est très fière d’avoir contribué à amasser un montant de 300 000$ pour la Fondation des pompiers du Québec pour les grands brulés.

On recommence?

«C’est certain que je veux faire d’autres folies comme celle-là», dit spontanément Francine avec son grand sourire.

Ce qu’il y a de plus intéressant dans tout cela c’est la préparation. Pour cette traversée pan-canadienne, elle s’est entraînée durant un an et demi. 18 mois à garder l’oeil sur le même objectif. Selon Francine, c’est la meilleure façon de «mettre de la vie dans notre quotidien».

Lieutenant chez les pompiers de Sainte-Marguerite-Estérel, Francine Chaput est prête pour un défi vélo de 5000 kilomètres
Lieutenant chez les pompiers de Sainte-Marguerite-Estérel, Francine Chaput est prête pour autre défi vélo.
Photographe depuis plus de 25 ans, Michel a fait connaître les faits et gestes des gens des Pays d'en Haut et des Laurentides sur TopoLocal de janvier 2016 à juin 2017.
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend