Incidents, Lieux, Personnes, Photo

Message dans une bouteille trouvé après trois ans dans la rivière du Nord

Pierre Maillé a trouvé une bouteille au bord de la rivière du Nord à Saint-Jérôme. Elle était partie de Val-David trois ans plus tôt.

Pierre Maillé a trouvé une bouteille en bordure de la rivière du Nord, le 20 avril, en fin d’après-midi.

Publicité

La bouteille contenait un message qui disait que le 20 avril 2014, en fin d’après-midi, il avait été lancé à l’eau à la hauteur de Val-David, dans le but de voir si un jour quelqu’un le trouverait.

Trouvée en allant faire des photos

Se balader aux abords de la rivière du Nord, c’est une vieille habitude pour Pierre Maillé. Aujourd’hui à la retraite, il est photographe amateur, un passe-temps qui occupe une bonne partie de sa vie.

Derrière le condo qu’il habite sur la rue Laviolette, un peu en aval du barrage de l’ancienne usine de l’Uniroyal, on trouve plusieurs sentiers ainsi qu’un escalier que lui-même a contribué à construire. «C’est plus facile comme ça de s’approcher de la rivière, et le coup d’oeil sur le barrage et ses environs est très impressionnant.»

Services locaux

Avec la crue de ce printemps et l’imposant spectacle de la rivière, il y est descendu souvent, toujours avec son appareil photo.

«J’ai vu une bouteille d’eau par terre, sur la rive, sans doute emmenée là par le courant et la montée du niveau de l’eau. Elle était droit devant moi. Je me suis approché pour la ramasser et j’ai vu qu’il y avait un morceau de papier roulé à l’intérieur. C’était une bouteille en plastique bien ordinaire, comme on en trouve dans les supermarchés. D’ailleurs, je pense que si elle avait été en verre, elle serait probablement brisée.»

«Quand j’ai vu la date»

«J’ai emporté la bouteille chez moi et là, avec une petite pince, j’ai réussi à rouler le papier et le sortir par le goulot. Imaginez si j’étais surpris quand j’ai trouvé un message, signé par une jeune fille de 12 ans, demandant à la personne qui le découvrirait de lui donner des nouvelles!»

Publicité

«Je vous avoue que ça m’a pas mal secoué quand j’ai vu la date. Je ne suis pas du genre à croire aux histoires extraordinaires et aux contes de bonhomme sept heures, mais c’est quand même fort que j’aie trouvé le message exactement trois ans, jour pour jour et presque heure pour heure, après qu’il ait été lancé.»

Sans hésiter, il a composé le numéro de téléphone qui se trouvait dans le message et s’est retrouvé en pleine conversation avec la mère de l’auteure de la lettre. «J’étais au téléphone avec la mère et j’entendais, derrière, les cris de joie et de surprise de la jeune fille, qui était bien contente de voir que son expérience avait marché!»

Dans la conversation qui a suivi, Pierre Maillé a appris que la jeune fille a écrit le message alors que ses parents étaient en visite à Val-David. Aujourd’hui, elle est sur le point d’avoir 16 ans et habite dans la région de Sutton.

Pour le Jour de la Terre

TopoLocal a rejoint Isabelle Grégoire, la mère de le jeune fille. «Je dois dire qu’en recevant l’appel, je n’ai pas allumé tout de suite, J’avais complètement oublié cette histoire. Sauf qu’au fur et à mesure que monsieur Maillé me lisait le message, je me suis rendue compte que c’était bien ça!»

Publicité

Mme Grégoire travaille dans le domaine de l’environnement et trouve la découverte particulièrement significative.

«Les enfants, ma fille Charlotte Landry, son frère Arno et leur cousin Lévy Martel, ont lancé leur bouteille à l’eau le 20 avril, soit le Jour de la Terre. Ils étaient inspirés par un film de Frédéric Bach sur l’eau et souhaitaient que leur bouteille se rende à la mer. Juste le fait que quelqu’un l’ait trouvée, c’est déjà magique… surtout qu’il l’a retrouvée aux environs du Jour de la Terre 2017!», a-t-elle dit, ajoutant qu’elle entend bien rendre visite à Pierre Maillé au cours de l’été.

Pour commémorer sa découverte, Pierre Maillé a encadré le message de le jeune fille qu’il conserve précieusement chez lui. Sans doute qu’il sera bien fier de remettre le message à son auteure en main propre.

Toujours des photos

Quant à Pierre Maillé, ce n’est qu’une découverte de plus qui a résulté de sa passion de la photo. Il collectionne affectueusement tout ce qu’il trouve beau en le photographiant, et pose son regard unique sur les objets et endroits que l’on voit tous les jours, au hasard de promenades. Voici quelques-unes de ses images, qu’il a accepté de partager avec les lecteurs de TopoLocal.

Services locaux

>

Send this to a friend