fbpx
Affaires

La Maison Trudel est vendue à la famille Goyer mais garde son nom

La Maison funéraire Trudel, véritable institution familiale de Saint-Jérôme dont l’origine remonte à 1880, poursuivra son histoire sous la gouverne de nouveaux propriétaires.

L’entreprise a été acquise par les Résidences Goyer, basées à Saint-Eustache et possédant déjà sept autres salons funéraires dans les Basses-Laurentides. Réalisée au début de l’été et déjà connue de bien des Jérômiens, la transaction a été officialisée vendredi par voie de communiqué de presse. Elle inclut les deux salons Trudel de Saint-Jérôme, au centre-ville et dans le secteur Saint-Antoine, ainsi que celui de Saint-Sauveur.

Contrairement aux autres résidences de la famille Goyer, les trois salons continueront d’être exploités sous le nom Trudel, une façon de perpétuer le caractère patrimonial de cette entreprise. D’ailleurs, Catherine Trudel, qui assumait déjà la gestion quotidienne des salons depuis que son père Michel s’était à peu près retiré, continuera d’en assurer la supervision, à titre de directrice générale adjointe.

Avouant avoir parfois été sollicité pour vendre son entreprise à des sociétés funéraires de grande envergure, Michel Trudel explique qu’il souhaitait plutôt s’entendre avec une organisation familiale comme la sienne. Les pourparlers se sont échelonnés sur environ un an.

À gauche: Catherine et Michel Trudel, avec René Goyer, son épouse Diane et leurs trois enfants Jonathan, Geneviève et Benoît.
À gauche: Catherine et Michel Trudel, avec René Goyer, son épouse Diane et leurs trois enfants Jonathan, Geneviève et Benoît.

Maintenant 10 résidences Goyer, dont trois Trudel

Président des Résidences Goyer, René Goyer assure pour sa part que son objectif est de procéder à une transition en douceur et de conserver l’équipe en place. «Les deux familles ont tout naturellement vu une occasion de perpétuer leur engagement envers la communauté», peut-on lire dans le communiqué.

Fortement impliquée dans la communauté des Basses-Laurentides, Résidences Goyer a été fondée en 1969 par Roméo Goyer, père de l’actuel président. Une troisième génération de Goyer, Jonathan, Benoît et Geneviève, assurera la relève et participe déjà au développement de l’entreprise

À la suite de cette acquisition, la famille Goyer se retrouve à la tête de dix salons funéraires. Outre les trois résidences Trudel, les autres sont situées à Saint-Eustache, Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Mirabel (Saint-Augustin et Saint-Benoît), Laval (Laval Ouest et Fabreville), ainsi que Sainte-Thérèse.

Dans cette dernière ville, son complexe funéraire inauguré en 2014 est l’un des plus vastes et modernes au Québec, avec quatre salons pour les familles, une grande chapelle, un columbarium, un crématorium et des salles de réception.

Les Résidences Goyer comptent désormais sur une équipe de 85 professionnels pour répondre aux besoins des familles endeuillées.

L’entreprise est également un important centre de formation qui accueille chaque année plusieurs stagiaires en thanatologie du Collège Rosemont.

Cinq générations de Trudel

Si le nom Trudel est maintenu pour les trois nouveaux salons de la famille Goyer, c’est quand même la fin d’une entreprise familiale plus que centenaire à Saint-Jérôme.

C’est l’arrière-grand-père de Michel Trudel, Joseph, qui avait lancé l’aventure en 1880. Commerçant et menuisier, il avait commencé à fabriquer des cercueils et à offrir ses services aux familles en deuil.

L’entreprise naissante avait ensuite été dirigée par les fils du fondateur, Bruno et Hervé, grand-oncle et grand-père de Michel Trudel. Ce dernier avait lui-même succédé à son père Arthur. Tout en continuant à y travailler, sa fille Catherine, représentant la cinquième génération, ne souhaitait visiblement pas poursuivre la tradition en tant que propriétaire.

Après avoir occupé différents locaux, la maison funéraire Trudel s’est établie en 1959 sur son site actuel du centre-ville, dans une superbe maison patrimoniale ayant appartenu à une autre famille jérômienne bien connue, les Nantel. Bruno Nantel, qui fut maire et député fédéral au début du 20e siècle, puis son fils Léopold, qui occupa également la mairie dans les années 1930 et 1940, y habitèrent.

 

Michel Trudel, dont l’arrière-grand-père Joseph est à l’origine de l’entreprise funéraire jérômienne, et René Goyer, président des Résidences funéraire Goyer.
Michel Trudel, dont l’arrière-grand-père Joseph est à l’origine de l’entreprise funéraire jérômienne, et René Goyer, président des Résidences funéraires Goyer.
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend