Élections, Personnes, Politique

Xavier-Antoine Lalande somme Jean Dumais de rembourser tous les frais de cour

Muni d’un enregistrement d’une session du conseil municipal, Xavier-Antoine Lalande somme le maire Jean Dumais de respecter ses engagements et de rembourser les frais de cour résultant d’un conflit entre les deux hommes qui a débuté en 2014.

Le 8 septembre, Dumais a été condamné à verser 12 500$ à Xavier-Antoine Lalande pour atteinte à sa réputation. Ce nouveau revers du maire Dumais est le deuxième verdict en sa défaveur lié aux mêmes événements. En février 2016, la commission municipale avait mis en doute la crédibilité du maire Dumais dans une décision liée à la même affaire.

Une facture d’environ 75 000$

Le conseiller municipal Xavier-Antoine Lalande estime que  les frais totalisent environ 75 000$. Il dit que Jean Dumais devrait payer tous les frais de cour liés à tout ce conflit, d’autant plus que lors d’une séance du conseil tenue le 10 février 2015, Dumais affirmait ce qui suit:

«..les gens ici du conseil ont déposé…ont fait une action en lien avec les engagements qu’ils avaient pris face aux agissements du conseiller Lalande. On a fait ce qu’on avait à faire, on a déposé une plainte, une plainte qui sera entendue, quand la plainte sera entendue, on aura un jugement» NDLR: M. Dumais fait allusion à la plainte de la Ville devant la commission municipale.

Services locaux

«quand M Lalande lui a choisi de me poursuivre – de poursuivre le maire- ….alors dans cette cause là y’aura aussi un jugement, quand le jugement sera  entendu, on verra ce qui en sortira.  Je peux aussi vous dire une chose qui est bien importante…moi ce que je peux vous dire c’est que quand cette saga-là – et je l’ai jamais souhaitée – arrivera… sera terminée, s’il y a des frais juridiques qui peuvent être remboursés par celui qui les aura initiés je vous garantis que tout sera mis en oeuvre pour qu’ils soient remboursés»

Pour M. Lalande, il est évident que le maire Dumais envisageait alors des recours pour faire payer au conseiller les frais associés à ses démarches. «Donc, j’en conclus que Jean Dumais doit respecter sa parole et rembourser les frais encourus dans les plus brefs délais.»

De son côté, Jean Dumais a signifié qu’il voulait passer à autre chose.

Dany Beauséjour

Dany Beauséjour, candidat à titre de conseiller municipal au sein de l’équipe de Xavier-Antoine Lalnde, en rajoute. «Je pense qu’à la lumière de ces faits, Jean Dumais devrait immédiatement se retirer de la course à la mairie. Je ne vois pas comment il peut légitimement se présenter devant la population. Je comprends que ses acolytes qui sont des conseillers sortants se présentent à ses côtés, mais comment les nouveaux candidats qui se sont joints à son équipe peuvent-ils accepter de s’associer à un tel candidat? Celle-là, je ne la comprends pas.»

Publicité

Une querelle qui remonte à 2014

Le désaccord entre les deux hommes, élus au sein de la même équipe en 2013, remonte à 2014, alors que le conseiller Lalande avait demandé au maire de réduire de 30% la rémunération d’une conseillère aux communications qui venait d’être embauchée.  M. Lalande avait formulé cette requête parce qu’il estimait que la personne en question était surpayée pour les exigences de son poste.

Le maire Dumais a alors prétendu que la requête du conseiller Lalande était une façon détournée d’obtenir une augmentation de salaire pour sa mère, alors directrice de la bibliothèque à Saint-Colomban, un poste de niveau similaire. Dumais avait alors convoqué une conférence de presse pour demander la démission du conseiller Lalande pour motif de conflit d’intérêts.

Xavier-Antoine Lalande a réfuté toute question de conflit d’intérêts, affirmant que son intervention portait plutôt sur une question d’équité salariale entre la nouvelle directrice des communications et l’ensemble des cadres de la Ville. Il affirme que tout le débat entourant sa mère est un prétexte inventé par le maire Dumais pour discréditer ses arguments et le faire taire.  Il a refusé de démissionner, et a mis en demeure la ville de Saint-Colomban de soumettre le litige à la Commission municipale.

La réponse de la Commission municipale a été particulièrement cinglante à l’endroit du maire Dumais. La Commission rejette la plainte du maire Dumais en affirmant que le conseiller Lalande n’a commis aucun impair à l’éthique.

La Commission va plus loin, exprimant l’avis que la plainte a été déposée uniquement pour des raisons politiques. «M. Dumais en tant que maire, n’acceptait pas qu’un conseiller membre de son parti ne partage pas sa vision des choses.»

Publicité
>

Send this to a friend