Élections, Lieux, Politique

Le St-Colombus transporte des promesses électorales

L’équipe du maire sortant Jean Dumais, Option citoyenne, s’engage à poursuivre au moins jusqu’en mai 2018 le service du St-Colombus si elle est réélue. Le parti Ensemble Saint-Colomban de Xavier-Antoine Lalande croit que c’est une bonne idée mais veut revoir les chiffres. Avenir Saint-Colomban, l’autre parti dans la course, n’y voit que de la poudre aux yeux.

Implanté comme projet pilote pour trois mois à la rentrée scolaire, le système de navette par autobus Saint-Colomban-Saint-Jérôme assure trois allers-retours du lundi au vendredi.

«Depuis le 21 août, entre 40 et 50 citoyens de Saint-Colomban utilisent chaque jour le bus qui les mène vers la gare intermodale de Saint-Jérôme. Certains y prennent ensuite le train vers Montréal, d’autres se rendent ensuite à pied vers le cégep ou l’université tout à côté, ou encore au travail. Le succès de ce projet est indéniable et nous ne voyons pas comment il pourrait être abandonné alors que la démonstration de son utilité est évidente», affirme M. Dumais.

«Pour nous, c’est un des moyens, en plus du taxi collectif, pour désengorger notre réseau routier. On enlève des dizaines de voitures sur nos principales routes vers Saint-Jérôme et ce sont autant de véhicules qui n’ont pas à se stationner dans le centre-ville», de dire le maire sortant.

Services locaux

Un coût projeté de 60 000$ par an

Le projet initial a été financé à même un surplus de 70 000$ dans le budget de transport collectif que Saint-Colomban verse à la MRC Rivière-du-Nord, selon le maire.  «On n’a pas utilisé tout le surplus, mais plutôt une somme d’environ 35 000$» a-t-il précisé. Le service actuel, prévu de septembre à mai avec une pause pour la période des Fêtes, exigera une dépense additionnelle de 60 000$ annuellement, selon Dumais.

Saint-Colomban débourse déjà 125 000$ par an en transport collectif et devra donc, dans l’avenir, en débourser 185 000$ pour réaliser cet engagement d’Option citoyenne.

Dumais s’engage aussi à bonifier le service dès l’hiver prochain. Le maire sortant soulève la possibilité de nouveaux arrêts, l’instauration de stationnements incitatifs et l’utilisation éventuelle d’un autobus électrique.

Le programme de l’équipe Dumais inclut aussi le prolongement des heures de service pour le système de taxi collectif ainsi qu’une modernisation du système de réservation.

Publicité

«Une annonce électoraliste» – Xavier-Antoine Lalande

Pour le candidat Xavier-Antoine Lalande, autant le projet-pilote que la promesse de sa poursuite ont une saveur nettement électoraliste.

«Nous sommes d’accord que Saint-Colomban a des besoins de transport et à première vue le St-Colombus répond, du moins en partie, au besoin de desservir les étudiants de Saint-Colomban, leurs parents, et l’ensemble des citoyens. Mais il faut regarder combien ça coûte. Je suis conseiller municipal et je n’ai pas eu accès aux données sur l’achalandage et les coûts. Le St-Colombus ne va pas partout et certains citoyens nous ont suggéré des changements à l’horaire et à la fréquence du service.»

«Bien sûr que c’est une bonne idée, mais je pense qu’il faudra prendre une décision éclairée après avoir vu les chiffres d’achalandage et examiné l’efficacité du service», a conclu M. Lalande.

«De la poudre aux yeux» – Johanne Tardy

«Franchement, c’est un projet pilote, qui ne dessert pas la population au complet et qui a besoin d’être revu», dit la candidate à la mairie d’Avenir Saint-Colomban, Johanne Tardy.

«Il y a beaucoup de choses à regarder, autant pour les horaires que le trajet. Présentement, avec le trajet dans une direction à la fois, le trajet est très long pour certains usagers et ne dessert qu’une partie du territoire.»

Publicité

«C’est sûr que la population en veut, et il faut regarder comment on pourrait l’implanter, mais lancer un projet comme ça, en pensant que ça coûtera presque rien, ce n’est pas réaliste. Il faut se rappeler que Saint-Colomban a une dette de 14 millions de dollars, et que nous avons pour 9 millions de dollars en litige, sans compter la condamnation à verser 5 millions au golf Bonniebrook qui est présentement en appel. Moi j’appelle ça de la poudre aux yeux», a-t-elle conclu.

Lors du lancement du service à l’automne, on retrouvait Stéphanie Tremblay, conseillère municipale à Saint-Colomban, Jean-Pierre Brunet, président chez Autobus Brunet, François Boyer, conseiller à Saint-Colomban, Bruno Laroche, préfet de la MRC Rivière-du-Nord et maire de Saint-Hippolyte, Jean Dumais, maire de Saint-Colomban, Jean Desroches, propriétaire d’Allo-Taxi, mandataire du Transport Adapté Collectif (TAC), Germain Richer, président du TAC et maire de Prévost, Steve Gagnon, conseiller à Saint-Colomban, Jonathan Lauzon et Pierre-Alexandre Brunet, respectivement directeur général et vice-président chez Autobus Brunet, et la chauffeuse du St-Colombus, Louise Perreault.
>

Send this to a friend