Éducation, Élections, Lieux, Politique, Sports

Six maires sur 10 des Pays-d’en-Haut accusent le préfet Gilles Boucher de désinformation à propos du futur centre sportif à Sainte-Adèle

Nous publions ici une lettre ouverte envoyée le 12 octobre signée conjointement par six maires de la MRC des Pays-d’en-Haut qui dénoncent ce qu’ils qualifient de pratiques de blocage et de désinformation de la part de Gilles Boucher, préfet par intérim et maire de Sainte-Marguerite.

Suite aux différents reportages diffusés ces derniers jours, la majorité des maires, soit six sur dix, de la municipalité régionale de comté(MRC) des Pays-d’en-Haut dénoncent les propos du préfet par intérim concernant le choix du site et ses propos à l’effet que le projet dans son état d’avancement actuel, serait «mal ficelé». Dans le cadre de ces reportages, il tente de justifier le report à plus tard de l’adoption de la résolution sur le choix définitif du site, bien qu’un vote majoritaire de six contre quatre soit venu entériner la résolution lors de la même séance.

«Assez c’est assez; les propos et les agissements du préfet par intérim lors de la séance tenue la semaine dernière mais aussi lors des séances précédentes, la présence active d’un propriétaire immobilier souhaitant la vente d’un de ses terrains pour accueillir le futur complexe, et maintenant, les propos du préfet par intérim en entrevue, le tout laisse planer de  sérieux doutes sur la compétence et la probité de ce dernier dans ce dossier. Nous avons fait nos devoirs, le dossier a été étudié sous toutes ses coutures autant par le gouvernement du Québec que fédéral et bien entendu, lors des étapes de son développement par la MRC avec l’appui d’experts-conseils. Aujourd’hui, venir prétendre le contraire, c’est faire preuve, à tout le moins, de mauvaise foi», déclare Robert Milot, maire de Sainte-Adèle.

Les six maires somment le préfet par intérim Gilles Boucher de répondre, sans faux-fuyants, à la question suivante: « En vertu de quelle logique, de quel principe de bonne gestion et tout simplement, de gros bon sens, qu’en tant qu’élus responsables, nous devrions payer 1 M$ pour un terrain privé alors que nous pourrons obtenir de la commission scolaire, le terrain requis gratuitement? De plus, ce terrain dont nous serons l’unique propriétaire, offre toutes les caractéristiques d’accès routier optimales, serait situé à deux pas de la polyvalente et non pas à quelques kilomètres de là. C’est aussi là où se trouve une importante partie de sa clientèle éventuelle et ce, dix mois par année, cinq jours par semaine, garantissant ainsi non seulement son utilisation optimale, mais aussi sa plus grande accessibilité au profit de l’ensemble de la population des Laurentides. Alors comment peut-il justifier ses démarches et son blocage systématique et expliquer dans quel intérêt il agit ainsi? »

Services locaux

La majorité des maires de la MRC qui ont déjà voté en faveur du site dans le passé dénoncent l’attitude du préfet par intérim, s’inquiètent des retards ainsi causés et surtout du risque réel de voir le financement des gouvernements provincial et fédéral être retiré. Rappelons que la région des Laurentides demeure la seule ne disposant pas d’une telle infrastructure sportive sur son territoire. Les maires majoritairement en faveur de l’emplacement adjacent à la polyvalente désirent voir cesser toutes manœuvres allant à l’encontre du bon cheminement du projet et du respect de l’enveloppe budgétaire déjà prévue.

Robert Milot, maire de Sainte-Adèle

Jacques Gariépy, maire de Saint-Sauveur

Tim Watchorn, maire de Morin-Heights

Publicité

Jean-Pierre Nepveu, maire d’Estérel

André Genest, maire de Wentworth-Nord

Lisette Lapointe, mairesse de Saint-Adolphe-d’Howard

>

Send this to a friend