fbpx
Politique, Santé

«Un TEP scan à Laval ne répond pas aux besoins des Laurentides» -Dr Daniel Picard

La population des Laurentides mérite un meilleur accès à un TEP scan, un appareil de pointe qui sert au dépistage et au suivi du cancer. L’hôpital de Saint-Jérôme ne possède pas ce type d’appareil. Le CISSS confirme que près de 1400 patients ont dû se rendre à Laval pour subir un tel examen en 2016, la tendance pour 2017 annonce un total de 1700.

C’est l’avis exprimé par le docteur Daniel Picard, nucléiste à l’hôpital de Saint-Jérôme. «Les chiffres sont clairs, dit-il, il se fait au moins 40 000 TEP scans au Québec chaque année, pour une population de 8 millions de personnes. Faites la règle de trois et on pourrait conclure que les quelques 600 000 résidents des Laurentides devraient en subir environ 3000 par an. Le chiffre de 1400 révèle que l’accès de la  population des Laurentides à ce test est insuffisant.»

Pour les patients qui subissent malgré tout le test, l’aller-retour à Laval, sur une autoroute congestionnée, avec les délais occasionnés, est un désagrément de plus qui s’ajoute à leur état de santé.

Pire encore, il y a la perte de compétences. «Environ 20% des tests faits par les spécialistes en médecine nucléaire sont des TEP scan. Les jeunes spécialistes dans le domaine ne seront pas attirés chez nous s’ils n’ont pas accès à des équipements de pointe.» Moins de tests, moins de spécialistes. Moins de spécialistes, moins de tests. C’est une spirale perdante pour la région, croit Dr Picard.

Le docteur Daniel Picard en compagnie du député de Saint-Jérôme Marc Bourcier.
Le docteur Daniel Picard en compagnie du député de Saint-Jérôme Marc Bourcier.

Bourcier blâme Barrette pour un refus inexistant

Le député de Saint-Jérôme Marc Bourcier, du Parti québécois, blâme le ministre libéral Gaétan Barrette. Par voie de communiqué, le député a promis de partir en croisade contre ce qu’il appelle le «refus du ministre Barrette d’accepter que l’hôpital de Saint-Jérôme se dote d’un TEP scan». Le député va plus loin, se demandant «ce qui se cache derrière ce refus».

Il y a un hic cependant, puisque le ministre Barrette n’a pas refusé de TEP scan à l’hôpital de Saint-Jérôme récemment. D’ailleurs l’hôpital n’en a jamais fait la demande. «À moyen ou long terme, c’est certain qu’un appareil TEP scan serait un plus chez nous, mais nous n’avons pas fait de demande parce que nous n’avons pas les plateaux pour en accueillir un. Nous préparons bel et bien l’installation d’un deuxième scanner, mais quant à l’installation d’un TEP scan, on n’est pas rendus là. Donc, on peut difficilement parler de refus puisqu’il n’y a pas eu de demande», d’ajouter Myriam Sabourin, porte-parole du CISSS des Laurentides.

«Il y a des appareils TEP scan dans toutes les régions du Québec sauf Lanaudière et les Laurentides, de dire Dr Picard, ajoutant que ces deux régions paient probablement le prix de leur proximité avec la métropole. De  toute évidence, le ministre de la santé juge que la présence d’un TEP scan à Laval dessert convenablement la population des Laurentides. Moi je dis que c’est faux.»

Un examen de pointe

Plus précis qu’un scanneur conventionnel, le TEP-scan permet d’obtenir une image tridimensionnelle en couleurs, facilitant d’autant plus le repérage et l’identification de tumeurs malignes.

Lors d’un TEP scan, on injecte au patient un composé à base de glucose et de fluor qui permet à l’appareil de créer une image numérique de haute précision des organes visés. Le test permet de mesurer l’évolution à long terme d’une maladie et, dans les cas de cancer, de voir les métastases à l’intérieur de l’organisme.

Habituellement, le TEP scan est prescrit dans des cas de cancer pour détecter la position exacte de l’amas cellulaire, ainsi que pour rechercher des métastases, notamment dans les cas de lymphomes(cancer du système lymphatique); les cancers broncho-pulmonaires, colo-rectaux et ORL(oto-rhino-laryngologiques). Il permet ensuite de choisir le programme thérapeutique le plus adapté.

La technologie est aussi utilisée dans d’autres domaines. En cardiologie,le TEP scan permet d’imager les tissus dégradés et de voir leur capacité de régénération, afin d’aider au choix d’un traitement particulier ou d’une intervention.

En neurologie, il permet de déterminer les centres d’épilepsie qui déclenchent les crises pour savoir si il y a une possibilité d’intervention et de guérison.

 

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend