fbpx
Michaud en liberté, Politique, Réflexions

Pas facile de voir son salaire étalé en public

La question du salaire des élus est toujours délicate.

Nous vivons dans une période de grand cynisme. En une fraction de seconde, plusieurs personnes vous diront tout de go que les politiciens sont trop payés. D’autres vous diront qu’ils sont là pour s’enrichir ou s’occuper de leurs intérêts, quand ce n’est pas ceux de leur amis, de leurs associés, et dans certains cas, des bailleurs de fonds de leurs partis. L’actualité ne manque pas d’exemples.

D’autres diront que les politiciens devraient être mieux payés afin d’en attirer des meilleurs.

Des responsabilités exigeantes

Mais la réalité, c’est que dans bien des cas, et à bien des niveaux, les élus sont des gens sincères et dévoués, aux motifs honnêtes, qui méritent largement les sommes qui leur sont versées. Encore davantage dans les gouvernements de proximité que sont les villes.

Être un élu municipal, c’est accepter d’être disponible pour ses concitoyens. Cela implique des sorties, des rencontres, des démarches, et du travail en comité. Ils ont aussi le devoir d’être à l’écoute de plusieurs points de vue qui sont souvent divergents quand ils ne sont pas carrément opposés. C’est aussi accepter la responsabilité de prendre des décisions qui touchent tous les citoyens en tentant d’établir des consensus.

Les élus municipaux sont particulièrement mis à l’épreuve sur ce plan. Ils sont interpellés dès qu’un citoyen éprouve la moindre insatisfaction. Pour un banc de neige, une contravention, la hauteur d’une clôture, la permission d’arroser, promener son chien, agrandir son cabanon, etc.

De plus, ils doivent accepter le caractère public de leur tâche. Cela implique qu’ils acceptent de voir leurs décisions remises en question, de voir leurs points de vue sur la place publique, de voir leurs salaires publiés, et d’être appelés à prendre position sur diverses questions. Voilà l’ensemble des responsabilités qu’acceptent les élus municipaux à tous les niveaux.

Plus de 500 000$

Dans le cas de Saint-Jérôme, par exemple, l’ensemble des salaires versés aux conseillers municipaux dépasse un demi-million de dollars. C’est le prix à payer pour obtenir 13 points de vue qui sont présumés représenter toute une population.

Évidemment, si toutes les voix se fondent en une seule, si une administration municipale limite le droit de parole de ses conseillers, c’est probablement trop cher payé.

>

Send this to a friend