fbpx
Femmes

Anne Léger

Anne Léger est la directrice générale de Conseil régional de l’environnement(CRE) des Laurentides. Elle y est impliquée depuis 2005 et l’organisme existe depuis 23 ans. Le CRE sensibilise les décideurs locaux à accorder la même importance à l’environnement qu’à l’économie et au social.

Mme Léger a répondu à notre questionnaire à l’occasion de la Journée internationale des femmes 2018, produit en collaboration avec Nestor Stratégie.


Quel pouvoir pensez-vous avoir sur le monde, sur votre communauté?

Je pense que c’est d’abord un pouvoir d’influence, le pouvoir de donner envie de faire autrement, de changer de comportement, de changer les choses. Peut-être aussi de démontrer qu’avec de la passion et de la persévérance, on peut faire un monde meilleur, avoir une qualité de vie.

Je pense que c’est à travers mes valeurs d’intégrité, d’honnêteté, de non-jugement et de respect des autres, même ceux qui ne partagent pas les mêmes opinions que moi. C’est peut-être ce qui me démarque le plus et qui fait aussi en sorte que j’ai une bonne écoute.

Avez-vous déjà souhaité être un homme pour quoi que ce soit dans la vie?

Tellement pas, non, pas du tout! Est-ce que cela aurait été plus facile si j’en avais été un? Pas au point de souhaiter être un homme, mais ça m’est arrivé de sentir que le regard aurait été différent. Mais ça s’estompe beaucoup avec le temps, l’expérience, la confiance en soi aussi. Ça fait quand même 12 ans que je fais ça.

Au début, j’ai eu à me battre contre les préjugés. Les idées d’une certaine époque où les femmes sont des subalternes ou des exécutantes des projets des hommes. Heureusement, ce temps-là est passé. Il y avait des visions d’un autre siècle, même dans notre conseil d’administration. Heureusement cela a changé, mais j’ai dû me battre pour ça.

Je pense qu’on a avancé à ce niveau et c’est très réjouissant. Souvent, les gens disent que le milieu de l’environnement est un milieu de femmes, parce que les salaires ne sont pas élevés, il y a peut-être de ça aussi. Mais je constate que le regard sur les jeunes professionnelles est bien différent aujourd’hui qu’il y a un vigntaine d’années. Et les hommes plus jeunes ont aussi participé à cette révolution-là.

Y a-t-il des avantages à être une femme?

Je vais citer quelqu’un que j’aime beaucoup, la psychanalyste Françoise Dolto Pour paraphraser, elle disait que c’est parce qu’elles portent la vie que les femmes lui accordent une plus grande valeur. Les petits garçons sont portés sur les films de comboys qui se tirent dessus et ils trouvent ça drôle, alors que nous on est rebutées par ça. Cela nous donne un regard différent, je pense.

C’est peut-être aussi pour ça qu’il y a beaucoup de femmes en environnement, parce qu’on sait que la vie est précieuse. Tout ce qui est vivant, la faune et la flore, on a ça en nous parce qu’on la porte la vie et on sait à quel point elle est fragile.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend