Lieux, Politique

Les policiers se sont entendus avec la Ville de Saint-Jérôme jusqu’en 2021

Mise à jour au 13 avril 2018: Les policiers et policières de Saint-Jérôme ont accepté l’entente de principe menant à une nouvelle convention collective lors d’un vote tenu le 12 avril. L’entente, qui satisfait 85% des objectifs syndicaux selon nos informations, sera valide jusqu’à la fin de 2021.

Une entente de principe était intervenue entre la Ville de Saint-Jérôme et l’Association des policiers et policières de Saint-Jérôme, le 29 mars.

Une offre avait été faite la semaine précédente par la partie patronale, qui avait été rejetée par le syndicat qui avait décidé de quitter la table des négociations.

Une nouvelle offre faite jeudi serait à l’origine de cette entente possible.

Services locaux

Les détails, qui n’ont pas été dévoilés, doivent être soumis au vote lors d’une assemblée prochaine du syndicat.

Les policiers de Saint-Jérôme étaient sans convention collective depuis le 31 décembre 2016, soit 15 mois.

À l’automne, les voitures de patrouille avaient été décorées de X sur les armoiries de la Ville de Saint-Jérôme et certains services d’enquête avaient été suspendus.

Les policiers affirmaient être le service de police le moins bien payé au Québec et utilisaient la formule de police à rabais, jusque sur l’édifice du poste de police.

Publicité

Le maire de Saint-Jérôme a affirmé au début de l’année qu’il ferait des démarches pour obtenir une compensation financière de la part du gouvernement du Québec, qui assume une part de la facture quand une municipalité choisit la Sûreté du Québec au lieu de gérer son propre service de police. Il constatait là une forme d’iniquité qu’il souhaitait voir reconnue et rétablie par le ministre de la Sécurité publique.

Le ministre a depuis confirmé aux maires des villes de Saint-Jean-sur-Richelieu, Granby et Saint-Jérôme, qu’il prendrait une décision après les élections prévues le 1er octobre.

>

Send this to a friend