Causes, Culture, Histoire

La Société d’histoire de la Rivière-du-Nord cherche votre appui à sa mission de préserver la petite histoire

Linda Rivest, directrice générale de la Société d'histoire de la Rivière-du-Nord(SHRN), Vincent Leclerc et Gilles Desjardins de la série Les pays d'en haut, La présidente de la SHRN Suzanne Marcotte et l'artiste Dominique Beauregard le 5 avril 2018.

La Société d’histoire de la Rivière-du-Nord(SHRN) a lancé un appel à tous les citoyens au début avril, appuyée par les créateurs de la série télé Les pays d’en haut.

Le 5 avril, l’auteur de la série Gilles Desjardins et Vincent Leclerc, celui qui incarne Séraphin dans la série, étaient dans les locaux de la société d’histoire à Saint-Jérôme. Ils étaient là en appui à un manifeste lancé par la SHRN: Ensemble, assurons le futur de notre passé.

Antoine Bertrand, qui joue le rôle du curé Labelle à la télé, avait aussi quelques mots en vidéo. Les trois ont expliqué comment les sources historiques qu’on trouve dans les centres d’archives privées agrées sont souvent différentes de celles qui sont généralement plus connues. «Des petits trésors», comme l’a mentionné la présidente de la SHRN, Suzanne Marcotte.

«On sait ce qu’on a et on est souvent capables de trouver la perle rare», ajoutait Linda Rivest, directrice générale de la SHRN. Il a aussi été question du lien de confiance que les gens ont envers leurs archivistes locales, et qu’ils n’iraient certainement pas déposer leurs souvenirs de famille à Montréal à des gens qu’ils ne connaissent pas.

Services locaux

À ce moment, on déplorait que seulement 25 services d’archives privées agrées au Québec recevraient du financement basé sur leur performance par Bibliothèque et Archives nationales du Québec(BAnQ).

Une dizaine de jours plus tard, il nous a été confirmé le vendredi 13 avril par le bureau de la ministre de la Culture et des Communications Marie Montpetit, que BAnQ recevrait une somme de 420 000$ pour assurer le financement de 32 services d’archives privées agréés. Il a aussi été demandé par la ministre de créer un comité de transition pour évaluer la façon dont ces services sont soutenus, en y incluant des membres des services d’archives en question.

Quant au mouvement démarré le 5 avril, il a recueilli plus d’un millier de signatures et au moins autant d’abonnés à sa Page Facebook. Cette réponse réjouit la directrice Linda Rivest: «De voir le support de la population, ça prouve l’importance de ce qu’on fait.»

Publicité

>

Send this to a friend