Politique

Rhéal Fortin et ses collègues qui ont quitté le Bloc québécois formeront un nouveau parti

Rhéal Fortin a été élu député de Rivière-du-Nord, le 19 octobre 2015.

Rhéal Fortin, le député de Rivière-du-Nord et six de ses collègues élus sous la bannière du Bloc québécois en 2015 ne feront plus partie de cette formation politique et pourraient en former une nouvelle d’ici les élections fédérales prévues à l’automne 2019.

À travers les tempêtes et les creux de vague qui secouent présentement la barque souverainiste, le député Rhéal Fortin avoue qu’il tente de maintenir le cap qu’il s’est fixé.
Le 27 avril, en entrevue avec TopoLocal, sans connaître l’avenir du Bloc québécois, il avait déjà en quelque sorte tracé sa propre ligne.

«Je demeure convaincu qu’un Québec souverain ferait mieux qu’un Québec sous la tutelle du gouvernement d’Ottawa. C’est une idée pour laquelle je continuerai de me battre, mais il faut être réaliste.»

«Je pense que si on veut faire avancer la souveraineté, on doit travailler sur trois fronts, en respectant le champ d’action de chacun: celui de la société civile, celui de l’état québécois, et celui de notre présence actuelle au sein de la fédération canadienne. Les mouvements citoyens favorables à la souveraineté doivent continuer, peut-être même reprendre à la base, le travail de faire connaître le projet d’un Québec souverain.»

Services locaux

«Il appartient aussi au Parti québécois de continuer de définir l’idée de la société du Québec indépendant et de mettre en place les moyens pour y accéder. C’est à Québec, par un parti politique dûment élu, que l’indépendance du Québec doit se faire un jour.»

«Enfin, dans l’intervalle, il est essentiel que les intérêts du Québec soient défendus auprès du gouvernement d’Ottawa par des élus qui représentent le modèle québécois et ne partagent pas le modèle canadien, qui nous a trop souvent rendu des mauvais services. C’est le sens de mon engagement politique.»

Nous reproduisons ci-bas un texte qui porte le titre Les intérêts du Québec d’abord et avant tout qui annonce l’intention des sept députés élus sous la bannière du Bloc québécois de consulter la population dans le but possible de fonder un nouveau parti à la suite de la décision de Martine Ouellet de rester à la tête de leur ancienne organisation politique.

Rhéal Fortin lors d'un point de presse à Ottawa, le 1er mai 2018. Photo fournie par le bureau du député
Rhéal Fortin lors d’un point de presse à Ottawa, le 1er mai 2018. Photo fournie par le bureau du député

Voici la déclaration intégrale des sept députés formant le Groupe parlementaire québécois, qui existe depuis la fin février. Ils y confirment leur départ définitif du Bloc Québécois et leur intention de travailler à la conception d’une nouvelle offre politique fédérale:

Publicité

«Mesdames, messieurs,

Nous annonçons aujourd’hui que nous coupons définitivement nos liens avec le Bloc Québécois et que nous travaillerons désormais à une nouvelle offre politique.

Le Bloc Québécois a fait œuvre utile pour le Québec. De Lucien Bouchard à Gilles Duceppe, ce grand parti a toujours défendu avec acharnement et sans compromis les intérêts, la culture et les aspirations de notre nation. Et le travail de ses députés a permis de nombreuses victoires pour le Québec. Mais tout cela est hélas terminé, le Bloc Québécois que vous avez connu et auquel nous avons adhéré et consacré tant d’énergie n’existe plus.

Pourtant, dans la défense des intérêts de la population québécoise, le travail n’est pas terminé et reste toujours essentiel.

Peut-être plus qu’il ne l’a jamais été.

Publicité

Le Québec est mal défendu à Ottawa.

Au sein du gouvernement, il n’a jamais été aussi faible. Et nous ne pouvons tolérer une telle situation. Nous ne tolèrerons pas que le Québec soit négligé par qui que ce soit.

S’il n’y a pas des députés à Ottawa strictement dévoués aux intérêts des Québécois…

S’il n’y a pas à Ottawa des hommes et des femmes qui n’ont à cœur que les intérêts du Québec, eh bien, nos intérêts sont invariablement sacrifiés.

Services locaux

Et sacrifiés pour des votes dans l’Ouest, en Ontario ou dans les Maritimes comme on l’a vu si souvent.

La nation québécoise ne se fera pas à Ottawa, mais c’est à tous les jours qu’elle doit être défendue à Ottawa.

C’est ce que nous faisons et c’est ce que nous voulons continuer de faire.

Les Québécoises et les Québécois méritent des députés à Ottawa qui servent exclusivement leurs intérêts.

Publicité

Les intérêts du Québec d’abord et avant tout.

Toujours et sans compromis.

C’est la raison pour laquelle nous nous sommes investis en politique, la raison pour laquelle nos concitoyens nous ont accordé leur confiance et la raison pour laquelle nous travaillerons dès aujourd’hui à la formation d’un nouveau parti politique strictement dévoué aux intérêts des Québécois.

Nous sommes des indépendantistes rassembleurs : nous voulons rallier. Et rallier toutes celles et tous ceux qui veulent se tenir debout pour défendre les intérêts du Québec à Ottawa.

Publicité

Dans les prochaines semaines, nous irons à la rencontre des Québécois pour leur présenter une proposition répondant, j’en suis sûr, aux besoins et aux aspirations du Québec.

Dès maintenant, nous invitons tous ceux et toutes celles qui ont à cœur les intérêts des Québécois à se joindre à nous.

C’est une invitation.

Merci.»

>

Send this to a friend