fbpx
Affaires, Causes, Personnes

Caisse Desjardins Rivière-du-Nord: Une fusion en voie de répondre aux promesses

Après seulement quatre mois d’exercice, la nouvelle Caisse Desjardins de la Rivière-du-Nord est en bonne voie de répondre aux objectifs que s’étaient fixés les anciennes caisses de Saint-Jérôme et de Saint-Antoine pour motiver leur regroupement.

Réunis lundi soir au Théâtre Gilles-Vigneault, quelque 200 membres (sur les 68 000 que compte la caisse) ont eu droit à un rassurant « bilan d’ouverture ». Celui-ci laisse présager une excellente première année pour l’institution financière qui, avec un actif de 2,1 milliards $, se retrouve parmi les plus importantes du Mouvement Desjardins.

Au rythme où vont les choses, la fusion engendrera des économies d’exploitation d’environ 300 000$ dès cette année, montant qui devrait s’accroître dans les années suivantes, selon le directeur général Patrice Mainville.

Quant à la rentabilité, la direction s’attend vraisemblablement à dépasser son objectif d’un excédent de 20,5 M$ en 2018, soit sensiblement le même montant que les excédents consolidés des deux anciennes caisses pour 2017.

Les ultimes ristournes de Saint-Jérôme et Saint-Antoine

La rencontre de lundi ne constituait pas une assemblée générale formelle, puisque la première AGA n’aura lieu qu’au printemps 2019, au terme de la première année d’exercice de la nouvelle caisse. Ses dirigeants trouvaient néanmoins important de présenter dès maintenant aux membres une mise à jour de la situation.

Rappelons que les deux anciennes caisses avaient approuvé leur regroupement en septembre dernier. Lors de leurs assemblées générales respectives, les membres avaient du même coup entériné les propositions de ristournes soumises par leurs administrateurs : un exercice qui aurait pu s’avérer périlleux puisque l’année n’était pas terminée. Finalement, la bonne performance des deux institutions dans leur sprint final aura permis de répondre sans problème à ces engagements.

C’est ainsi que les membres toucheront d’ici la fin de mai l’ultime ristourne de leur ancienne caisse, pour un montant global de 2,5 M$ (1,5 M$ pour Saint-Jérôme et 1 M$ pour Saint-Antoine).

Quant à la nouvelle Caisse de la Rivière-du-Nord, née en janvier, «elle est venue au monde en parfaite santé», a indiqué le directeur général. Son avoir de 187 M$ (encore plus élevé que ce qu’on estimait lors des assemblées de fusion) représente un taux de capitalisation de 19%, alors que la norme minimale à respecter chez Desjardins est de 13,5%.

Si certains s’inquiétaient à l’époque des pertes d’emplois qui pourraient découler du regroupement, M. Mainville a assuré que rien de tel ne s’est produit. Au contraire, a-t-il ajouté, l’enjeu de ressources humaines auquel la caisse est confronté est plutôt le départ à la retraite du quart des employés d’ici cinq ans.

Pas moins de points de services mais bientôt de nouveaux guichets

Pour ce qui est du réseau de points de services et de guichets automatiques, un sujet qui fait couler beaucoup d’encre dans certaines régions où Desjardins procède à des fermetures, aucun changement n’est prévu à court terme sur le territoire de la Caisse de la Rivière-du-Nord. Les deux anciennes caisses avaient déjà réalisé ce travail de rationalisation, a rappelé le président Marcel Lauzon.

On doit par contre s’attendre, au printemps 2019, au remplacement des guichets automatiques existants par des appareils de nouvelle génération, à la fois plus sophistiqués et moins onéreux pour la caisse.

En ce qui regarde le milieu des affaires, on a souligné le regroupement, ce mois-ci, des trois Centres Desjardins Entreprises de la région des Laurentides qui, tout en maintenant des ressources à Blainville et à Mont-Laurier, concentreront au bureau de Saint-Jérôme leurs ressources spécialisées.

La Caisse de la Rivière-du-Nord entend bien sûr continuer à s’impliquer sur le plan communautaire. Une partie de la rencontre de lundi était d’ailleurs consacrée à ce «bilan social». En consolidant les interventions des deux anciennes caisses, on a chiffré à 322 000$ l’investissement total dans différents organismes et initiatives sur le territoire de la MRC Rivière-du-Nord en 2017.

Où la caisse devrait-elle investir en priorité?

On en a d’ailleurs profité pour mener, sur un mode amusant, un sondage parmi les participants afin de connaître leur opinion sur les secteurs d’activités où la caisse devrait investir de façon prioritaire.

Parmi les résultats de cette consultation, mentionnons un accent à mettre vers les personnes en situation financière précaire et les programmes d’éducation financière chez les jeunes. La Maison de soins palliatifs, Centraide Laurentides et En Scène/Théâtre Gilles-Vigneault ont aussi recueilli la faveur des membres présents.

Cela dit, le président Marcel Lauzon a insisté sur le fait que ce sondage ne visait pas «à éliminer du monde», mais bien à mieux partager les ressources que la caisse investit dans la communauté.

La rencontre s’est conclue par une courte période de questions du public où le sujet de l’environnement a surtout été abordé. Un jeune membre, Marc-Olivier Neveu, a déploré les investissements de Desjardins dans l’industrie pétrolière(notamment le controversé projet Kinder Morgan), souhaitant que les interventions financières du Mouvement soient plutôt consacrées à des projets en énergies renouvelables.

Bernard Morin a pour sa part proposé que la caisse s’implique dans des initiatives visant la protection de la rivière du Nord. Le président Marcel Lauzon a assuré avoir pris bonne note de ces deux interventions.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend