Lieux, Politique

La nouvelle taxe de Maher gonfle la facture moyenne de 6% à Saint-Jérôme

Le maire Stéphane Maher lors de l'assemblée du conseil municipal de Saint-Jérôme le 20 novembre 2018.

Le compte de taxes du propriétaire d’une maison moyenne à Saint-Jérôme sera 6% plus élevé en 2019 qu’en 2018. Le taux de la taxe foncière générale est en hausse de 2%, mais l’administration Maher ajoute cette année une ligne supplémentaire dans le but évident de faire porter au service de police l’odieux d’une augmentation de la taxe municipale.

Le service des communications de la Ville va jusqu’à faire comme si la nouvelle taxe n’existait pas. Il affirme effectivement que «le compte de taxes moyen sera haussé de 2%». C’est faux, si on s’intéresse aux tarifs qui s’y ajoutent.

Pourtant, devant public le soir du 18 décembre, le maire Maher a affirmé que le compte de taxes d’une maison «moyenne» exigera six versements de 420$ en 2019, comparativement à quatre versements de 594$ en 2018. Il suffit de faire les multiplications pour arriver à 2376$ en 2018 et 2520$ en 2019, une hausse de précisément 6% !

Reprochant au gouvernement de ne pas subventionner les coûts de la police municipale, le maire blâme Québec pour la hausse. Là encore, le site internet de la ville accompagne la présentation budgétaire 2019 d’une photo… d’une auto-patrouille.

Mais la situation n’est pas nouvelle. Depuis cinq ans, l’administration Maher a toujours absorbé les coûts qu’elle dénonce maintenant, tout en alignant cinq quasi-gels de taxes consécutifs, les attribuant à chaque fois à son «excellente gestion».

Une ligne sur le compte de taxes pour la police

Le maire Maher introduira donc en 2019 un tarif de 95$ par unité de logement pour les services de police. De nombreux citoyens jugent inéquitable cette façon de facturer. Quelques pétitions en ligne circulent pour s’y opposer, dont celle-ci, la qualifiant de «taxe police» ou de «taxe Maher» et appelant les citoyens à se rendre à l’assemblée du conseil du mardi 15 janvier pour faire connaître leur insatisfaction.

Habituellement, le coût de la police est inclus dans la taxe foncière générale, tout comme celui de beaucoup d’autres services qui profitent à tous les citoyens. La tarification par logement ou par adresse est habituellement réservée à la taxe d’eau, l’assainissement des eaux usées, et la gestion des matières résiduelles.

Pour plusieurs, les propos de Maher, les communications officielles de la Ville, de même que la présentation du compte de taxes sont orchestrés pour brouiller les cartes et surtout pour exercer des pressions politiques.

Les dépenses en hausse de 4,4%

Une révision détaillée de la présentation budgétaire permet de calculer que le budget de dépenses de Saint-Jérôme s’est gonflé de 4,4% entre 2018 et 2019. Et la plus forte hausse, autant en dollars absolus qu’en proportion, n’est pas dans l’item sécurité publique.

C’est plutôt sous l’item administration générale qu’on remarque la hausse la plus importante. Cet item du budget passe de 17,1M$ à 19,7M$, une hausse de 2,5M$ qui représente une augmentation de près de 15% par rapport à 2018.

La seconde hausse la plus importante se trouve effectivement à la sécurité publique. Cet élément du budget passe de 29,7M$ à 31,6M$, une hausse de 1,9M$ qui représente une augmentation de 6% par rapport à 2018.

L’item Transport passe de 22,8M$ à 23,7M$, une hausse de 900 000$ qui représente une augmentation de 4% par rapport à 2018.

Des réductions de coûts

Parmi les coupures, l’administration Maher a coupé de 800 000$ son budget Loisirs et Culture, et prévoit consacrer 250 000$ de moins à l’urbanisme.

La nouvelle politique de déneigement qui soulève des plaintes de toutes parts quant à elle, aurait comme cible d’économiser autour de 600 000$. Cette économie, qui déplaît à beaucoup de citoyens, est comprise dans le budget tel que présenté.

D’où provient la hausse ?

En bref, si on exclut les frais de financement et les amortissements, les dépenses d’opération de la ville en 2019 sont prévues à 112,1M$ en 2019, ce chiffre était de 107,4M$ en 2018.

On budgète donc 4,7M$ de plus en 2019, une hausse de dépenses de 4,4%.

[spreaker type=player resource=”episode_id=16709835″ theme=”light” autoplay=”false” playlist=”false” cover=”https://d3wo5wojvuv7l.cloudfront.net/images.spreaker.com/original/3eb1b91bbb5be8c279fddc40f891d2b2.jpg” width=”100%” height=”300px”]

>

Send this to a friend