Éducation, Politique

«Trop chères et superflues» disent des opposants aux maternelles 4 ans

« Les maternelles 4 ans sont un projet trop coûteux et complètement superflu. Le gouvernement Legault doit changer de cap et investir dans le réseau des Centres de petite enfance(CPE), déjà bien implanté au Québec, s’il veut dépister de façon précoce les troubles d’apprentissage. Une majorité très claire de parents préfèrent d’ailleurs les CPE au projet des maternelles 4 ans. »

C’est ce qu’affirment ensemble un important regroupement d’employeurs et de travailleuses de la petite enfance, c’est-à-dire le Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance(CQSEPE) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec(FIPEQ-CSQ),

« Si François Legault croit qu’il a été élu pour réaliser les maternelles 4 ans il se trompe, il a été élu parce que la population voulait changer de gouvernement », affirment les porte-parole des deux organisations.

Francine Lessard, directrice du CQSEPE et Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ-CSQ étaient à Saint-Jérôme vendredi le 15 février lors d’une tournée qui va les mener dans toutes les régions du Québec afin de rencontrer des responsables de CPE et des parents pour faire valoir leur point de vue. Un groupe de porte-parole des CPE de Saint-Jérôme doit d’ailleurs rencontrer le député de Saint-Jérôme Youri Chassin, le 25 février.

Services locaux
Valérie Grenon et Francine Lessard, respectivement présidente de la FIPEQ-CSQ et directrice de la CQSEPE.

« Non seulement y voit-on un entêtement de la part de Legault, mais les travailleuses en CPE sont irritées du discours du chef caquiste, qui défend son projet en s’en prenant à leurs compétences. Le premier ministre aime bien faire valoir que son projet de maternelles permettra aux enfants de profiter des services de professionnels plutôt que de techniciens, une allusion que les techniciennes n’acceptent tout simplement pas. Le dépistage de troubles d’apprentissage, ça commence dès le jour un quand un enfant entre dans un CPE », rappelle Valérie Grenon.

Les parents préfèreraient clairement les CPE

Armée d’un sondage Léger qui constate que 68% des parents au Québec préfèrent les CPE et les milieux familiaux publics, Valérie Grenon interpelle les députés de la région.  « Comment les dix députés de la CAQ dans les Laurentides peuvent-ils cautionner l’implantation des maternelles 4 ans mur à mur alors que ce n’est pas une volonté de leurs concitoyens? Plutôt que de s’entêter, on les interpelle pour qu’ils demandent des investissements pour nos tout-petits dans notre réseau public de la petite enfance! », dit-elle.

« Les intervenantes en petite enfance et les employeurs du secteur font front commun pour faire cesser le développement de nouvelles maternelles 4 ans pour tous. Sur le terrain, le message est clair autant des acteurs du réseau et des parents : il faut prioriser et renforcer les milieux existants qui offrent des services de qualité aux tout-petits », ajoute Francine Lessard.

Le sondage, réalisé pour le compte de la FIPEQ-CSQ démontrait qu’à peine 23% des répondants disaient préférer la maternelle 4 ans pour leur enfant par rapport à 68% pour les CPE et les milieux familiaux publics.

Publicité

Une pétition à l’Assemblée Nationale

La pétition lancée en décembre dernier par le CQSEPE et marrainée par la députée de Joliette, Véronique Hivon, suscite déjà un fort appui dans la population. On dénombrait plus de 18 000 signatures en date du 15 février.

« Pas de bataille de clientèle ici : les services éducatifs publics ne fermeront pas si les 4 ans migrent vers l’école. Le respect des besoins réels de l’enfant de 4 ans, voilà l’important. Nous nous battons pour assurer le maintien d’une offre de services éducatifs qui répond en tous points aux besoins développementaux de l’enfant et qui permet d’assurer le dépistage précoce dès le jour 1 de fréquentation », explique Francine Lessard.

Le CQSEPE se donne la mission de représenter les intérêts collectifs de ses membres, soit les centres de la petite enfance (CPE) et les bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial (BC), ainsi que promouvoir et soutenir l’amélioration continue de la qualité des services éducatifs.

La FIPEQ-CSQ représente plus de 10 000 responsables de services éducatifs en milieu familial et 2500 éducatrices dans les installations des CPE. Elle est l’organisation syndicale la plus représentative en petite enfance au Québec.

>

Send this to a friend