Éducation, Incidents, Politique

Québec donne 75 000 $ à Saint-Jérôme pour exporter sa trousse Sexto

Saint-Jérôme recevra une aide financière de 75 000$ qui lui permettra de partager sa trousse d’intervention Sexto avec des corps de police et des écoles secondaires de Terrebonne, Joliette et Laval.

En faisant l’annonce, Geneviève Guilbault, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, a souligné l’initiative du Service de police de Saint-Jérôme, une approche « efficace et humaine » pour lutter contre le sextage.

Le corps de police avait déjà été honoré pour la création du programme, dont le but est d’intervenir pour faire cesser la distribution d’images intimes inappropriées chez les jeunes. Piloté par les policiers Serge Boivin et Robin Pouliot, le programme et sa trousse d’intervention qui l’accompagne comprend des guides d’intervention, du matériel d’information et des outils en ligne pour aider à combattre le phénomène.

« Le sextage est un problème qui prend de plus en plus d’ampleur dans notre société. Les actions entreprises à Saint-Jérôme cadrent avec l’approche de notre gouvernement pour sensibiliser les jeunes à ce fléau », a ajouté la ministre Guilbault.

Services locaux

Le député de Saint-Jérôme Youri Chasin était fier de voir cette initiative locale reconnue et partagée. « La trousse d’intervention Sexto, qui a vu le jour dans notre région, sera déployée dans d’autres corps de police et des régions voisines. L’approche collaborative proposée constitue un exemple à suivre », a-t-il souligné.

Le député de Saint-Jérôme Youri Chassin

Enfin le maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher a aussi tenu à souligner le travail du corps de police, rappelant, entre autres, que la campagne avait été lauréate du Prix national du maintien de l’ordre dans le domaine de la justice du Canada pour les jeunes de 2017.

Serge Boivin, le créateur de la trousse avec son collègue Robin Pouliot, a rappelé que le sextage demeure un fléau présent dans les écoles qui exige une vigilance continue de la part des écoles et des corps policiers. Il a aussi tenu à souligner l’appui rapide consenti par le maire Stéphane Maher au projet.

Une initiative originale

Le projet réunit la police et le milieu scolaire pour combattre le partage d’images intimes, le « sextage » assez répandu dans les milieux scolaires.

« Les parents ne se doutent pas toujours de ce qui se passe, affirme Robin Pouliot. Le cellulaire, qui permet aux jeunes de s’isoler en ligne même s’ils sont physiquement à la maison, c’est difficile à surveiller. »

Publicité
La trousse Sexto, qu’on voit à l’avant-plan, comprend des guides d’intervention ainsi que beaucoup d’informations essentielles. Elle présente clairement les étapes à suivre quand un professeur, un directeur d’école et des parents sont confrontés à du sextage.

« La trousse permet une intervention structurée et plus efficace », conclut l’agent Pouliot, qui a créé le projet avec son collègue, le lieutenant Serge Boivin.

Réunis pour la photo officielle: le maire Stéphane Maher, la ministre Geneviève Guilbault, le député Youri Chassin ainsi que Robin Pouliot et Serge Boivin, du Service de police de la Ville de Saint-Jérôme.

Pas d’annonce concernant le financement de la police municipale

Interrogée par TopoLocal, la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique a refusé de s’avancer sur le terrain du financement du corps de police de Saint-Jérôme. On sait que le maire Maher estime que le corps de police municipal de la ville est sous-financé par le gouvernement du Québec, allant même jusqu’à chiffrer cette iniquité, selon lui, à 9 M$ par an.

Geneviève Guilbault a confirmé qu’une rencontre a eu lieu il y a quelques semaines avec le maire de Saint-Jérôme et ses collègues de Granby et Saint-Jean-sur-Richelieu. Elle a ajouté, que « d’autres conversations sur le sujet » ont eu lieu depuis.

Le maire Stéphane Maher a rappelé que l’initiative Sexto a fait l’objet de reconnaissances et qu’il était fier de pouvoir en partager les bienfaits.
>

Send this to a friend