Politique, Santé

L’hôpital de Saint-Jérôme enfin adéquat d’ici 10 ans

L’Hôpital régional de Saint-Jérôme s’est rapproché le jeudi 23 mai de devenir enfin le centre hospitalier dont rêvent ses employés et sa clientèle.

La ministre de la Santé du Québec, Danielle McCann, a annoncé une «bonification» du projet de modernisation qui avait été annoncé en août 2018 sous le gouvernement précédent, par le ministre Gaétan Barrette.

Un budget plus précis dans 20 mois

La ministre n’a pas pu cependant préciser le montants des investissements prévus, se contentant de dire que le budget serait «énormément» plus important que le montant annoncé en 2018.

La ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann

Invitée à fournir un montant approximatif, la ministre a évoqué la possibilité qu’il atteigne 400 M$ ou même un demi-milliard, mais tout cela, a-t-elle dit, ne sera pas final avant l’étude d’opportunité, un horizon de 20 mois.

Services locaux

Pressée de fournir des échéances, elle a ajouté que la première pelletée de terre pourrait être levée en 2023 et que les travaux pourraient s’échelonner sur 5 à 7 ans.

« Oh quel plaisir pour moi d’assister avec vous aujourd’hui à cette annonce », s’est exclamé le député de Saint-Jérôme Youri Chassin. Il a rappelé l’importance du rôle local et régional de l’hôpital: « Je suis heureux autant pour les usagers que pour tous les travailleurs qui auront un meilleur environnement de travail. »

Un hôpital «méconnaissable»

Chose certaine, l’hôpital, dont les plus vieilles parties ont été construites en 1950, sera «méconnaissable» après cette modernisation, de dire le président directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux(CISSS) des Laurentides, Jean-François Foisy.

Jean-François Foisy, PDG du CISSS des Laurentides.

Ces lieux que bien des gens sont habitués de fréquenter vont subir d’importante transformations. Déjà, il existait des plans pour relocaliser l’entrée principale et revoir les routes d’accès, notamment la rue Durand, qui pourrait déboucher sur le boulevard J.-B.-Rolland.

L’actuelle aile psychiatrique de l’hôpital sera démolie. Elle sera bientôt remplacée par un bâtiment tout neuf, en construction, et on y mettre un stationnement.

« L’édifice où nous sommes, par exemple, sera démoli, a dit M. Foisy en parlant de l’actuelle aile psychiatrique qui fut jadis une école pour infirmières, et remplacé par du stationnement. »

Publicité

Déjà, le nouveau pavillon de santé mentale (au coût de 100 M$) est en construction et changera l’allure du site. « Il y a fort à parier, a aussi ajouté M. Foisy, que le futur hôpital aura besoin de stationnements étagés compte tenu de l’étendue limitée des terrains. »

Le nouveau pavillon de santé mentale présentement en construction représente déjà un investissement de l’ordre de 100 M$.

Ce qui était déjà prévu

Le projet dévoilé en août 2018 devait se compléter d’ici 2024. On y prévoyait alors ces ajouts:

  • quatre salles d’opération
  • huit civières en salle de réveil
  • 22 civières additionnelles pour la chirurgie d’un jour
  • trois lits aux soins coronariens
  • huit lits aux soins intensifs

On annonçait aussi l’ajout d’une salle de chirurgie ophtalmologique pour porter le total à deux, et l’ajout de salles d’endoscopie, qui passeraient de quatre à six. Ce projet était évalué à l’époque à 200 M$.

100 lits de plus et des chambres privées

La « version bonifiée » annoncée jeudi sera réalisée en une seule phase, une mesure qui, selon Jean-François Foisy, économisera quelques dizaines de millions de dollars en plus de minimiser les inconvénients occasionnés par les travaux. Sylvie d’Amours, ministre responsable des Laurentides dans le cabinet Legault, a ajouté que ce choix en accélérerait aussi la réalisation.

La ministre McCann a précisé: « Le projet comprend maintenant, outre ce qui était déjà prévu: un centre mère-enfant, la modernisation du centre de cancérologie, et l’ajout d’unités de soins (plus d’une centaine de lits). Il n’y aura plus de chambres à quatre et à trois. Et les chambres à deux, ça va être l’exception. »

Publicité

Jean-François Foisy a ajouté que l’hôpital, à terme, va doubler en superficie: « On ne le reconnaîtra plus. »

Sylvie D’Amours, ministre responsable de la région des Laurentides, a repris les mots de François Legault: « Il est temps que ça se fasse».

Sylvie D’Amours, ministre responsable de la région des Laurentides

Faire face à la hausse de population

« En 1986, la population de la région des Laurentides était de 319 000 habitants. Elle est passée à 602 000 en 2016 et sera de près de 678 000 en 2026, qui augmente en âge », a dit Jean-François Foisy.

« Vétuste, inadéquat, sous les normes, encombré, mal ventilé, rempli à capacité, tous ces adjectifs sont appropriés pour décrire un hôpital qui n’a connu aucun agrandissement ou modernisation digne de ce nom depuis de trop nombreuses années. Aujourd’hui, c’est vrai que ça change. »

Services locaux

« Quand il faisait chaud l’été dernier il faisait tout de même 36 degrés dans les unités de soins ici. Ce qu’on annonce aujourd’hui, ça va transformer une importante partie des installations actuelles, ça va les rendre méconnaissables dans quelques années. »

Traités près de chez eux

« La mise à niveau du centre de cancérologie va dorénavant desservir un plus grand nombre de citoyens. Ces citoyens-là, actuellement, pour des traitements, doivent se rendre à Laval ou à Montréal et subir des longs temps de déplacement dans la plupart des cas. »

« Ces gens pourront d’ici quelques années recevoir ces traitements chez eux. C’est un gros plus pour la population. Pensez aux frais de déplacement, à la fatigue, aux coûts d’hébergement, à la douleur et l’inconfort que subissent ces patients-là. Pour moi, c’est cela donner des services de proximité », a-t-il conclu.

Enfin, le PDG du CISSS, qui quitte pour la retraite dans quelques mois, a conclu sur une note plus personnelle. « Je ne vous cache pas mon immense fierté de terminer comme cela ma carrière. Ces dossiers-là ont été annoncés dans un temps record pour la machine gouvernementale et je tiens à le souligner. »

Publicité
  • Yvon Robert dit :

    Bravo pour l’avenir, que fait-on demain pour dégager l’urgence et trouver un médecin de famille aux 20000 personnes en attente. En 4 ans on a créé 49 Super cliniques, aucune à Saint-Jérôme, on ne peut pas attendre 10 ans.

  • Gilles Dubreuil dit :

    On dévoile une possibilité d’investissement qui sera plus exact dans 20 mois ( 2 ans) travaux sur 5 a 7 ans , pendant ce temps les autres hopitaaux du québec ( 15 environ) ont besoin de 320 millions pour se remettre à date et offrir un meilleur service ! Bravo pour St Jerome mais pourquoi ne pas aussi régler les autres qui desservent une grande population. Lachute pourrait faire partie d’une expansion agréable eet pourrait supporter le surplus de St Jerome ou St Eustache evitons de créer des embouteillages en envoyant tout le monde au même endroit.

  • >

    Send this to a friend