Culture, Incidents, Spectacles

Un jeune autiste prend le contrôle du TGV cet été

C’est un bien singulier personnage qui s’est installé pour tout l’été dans le TGV. Non, pas le Train à Grande Vitesse, mais le Théâtre Gilles-Vigneault, qui propose jusqu’au 10 août la pièce de théâtre Le bizarre incident du chien pendant la nuit.

C’est tout de même un train imaginaire qu’emprunte Christopher Boone, un jeune autiste de « 15 ans, trois mois et deux jours », pour aller retrouver sa mère qu’il croyait d’abord morte, dans cette pièce qui a remporté un vif succès l’an dernier chez Duceppe, après sa création en Angleterre en 2010.

Écrite par Simon Stephens et basée sur un roman de Mark Haddon, elle amène le spectateur à poser un regard neuf sur la différence, ici évoquée avec brio par Sébastien René, dans la peau de l’attachant mais déstabilisant Christopher.

Avec son allure juvénile (malgré ses 37 ans!), le comédien (l’inoubliable Maître Martin de la série télévisée Série Noire) est particulièrement touchant dans l’interprétation de cet adolescent autiste. Un exercice difficile qui aurait pourtant pu sombrer dans la caricature. Sur scène du début à la fin, Sébastien René livre une performance magistrale qui lui a d’ailleurs valu plusieurs prix.

Catherine Proulx-Lemay, Sébastien René et Stéphane Breton sur la scène du Théâtre GIlles-Vigneault.

Loin du théâtre d’été conventionnel

Bien sûr, avec un tel sujet, on est loin du théâtre d’été conventionnel. Si l’humour pointe son nez à quelques occasions, on rit jaune la plupart du temps. Car la quête de Christopher et sa difficile communication avec les personnages qui l’entourent, dont ses parents dépassés mais aimants, nous confrontent à la réalité des gens qui gravitent autour de l’autisme.

À défaut d’être drôle, la pièce suscite à coup sûr émotion et réflexion chez l’auditoire. L’inventive mise en scène et les superbes effets visuels y contribuent aussi. « Une très bonne pièce qui permet une meilleure compréhension de ce qui se passe dans la tête des personnes autistes », confirmait la Jérômienne Guylaine Robert à l’issue de la première, mercredi soir.

Elle-même maman d’un jeune adulte souffrant de ce trouble envahissant du développement, elle s’est consacrée pendant des années à la mise en place dans la région de services destinés aux personnes autistes et à leurs proches.

N’en disons pas plus. Allez plutôt voir la pièce!

Le directeur du Théâtre Gilles-Vigneault, David Laferrière, en compagnie des architectes de la magnifique salle, Manon Asselin et Katsuhiro Yamazaki, de Guylaine Robert, longtemps impliquée à la Fondation de l’autisme des Laurentides, et de représentants de la Fondation Véro et Louis, qui appuie la cause de l’hébergement chez les adultes autistes.

Sortir des sentiers battus

C’est tout à l’honneur de Diffusion En Scène/Théâtre Gilles-Vigneault d’avoir fait le pari de présenter une oeuvre aussi dense en formule estivale. « C’est sûr qu’on veut sortir des sentiers battus », explique le directeur du TGV, David Laferière, soucieux d’offrir aux gens de la région, mais aussi de l’extérieur, une programmation originale.

Après un bon succès l’été dernier avec Le concierge, une pièce plus conventionnelle dont les 29 représentations ont affiché un taux d’occupation de 84 %, le TGV souhaitait gravir une marche de plus sur l’escalier de l’innovation cette année en présentant Le bizarre incident.

« On ne vise pas le même type de clientèle», admet David Laferrière, « mais ça correspond à ce qu’on veut offrir. Si cette mission n’est pas sans risque, le directeur du TGV affirme ne pas être inquiet. « Je suis sûr que les gens qui viendront voir la pièce vont apprécier », dit-il. Le défi, c’est d’attirer le public aux 25 représentations annoncées. Vive le bouche à oreille!

Prometteuse collaboration avec Duceppe

Pour ce projet, le diffuseur jérômien s’est associé à la réputée compagnie de théâtre Duceppe. L’entente de codiffusion permet à cette pièce, dont l’ampleur de la production ne permettait pas une tournée, de vivre plus longtemps en s’installant tout l’été au même endroit. L’imposant décor a d’ailleurs été entreposé durant un an à Saint-Jérôme!

Il s’agit du premier jalon d’une prometteuse collaboration artistique qui se poursuivra pour les deux prochaines années au moins. Déjà, on sait que le TGV présentera à l’été 2020 la pièce Fun Home – Album de famille avec Ève Landry, actuellement sur scène au Théâtre Jean-Duceppe.

Un « tapis rouge » sans prétention!

Question d’ajouter une touche de « glamour », la première jérômienne du Bizarre incident était précédée d’un tapis rouge… sans prétention. Plusieurs membres de la colonie artistique et collègues des artisans de la pièce étaient en effet présents à cette occasion.

Pierrette Robitaille sur le tapis rouge du Théâtre Gilles-Vigneault le soir de la première.

On y a notamment vu les comédiens et comédiennes Renaud Paradis, Pierrette Robitaille, Jean-Pierre Chartrand, Andrée Métivier, Louise Dionne, Éric Paulhus et Éric Bernier, de même que la chanteuse et imitatrice Véronic Dicaire. Les architectes du magnifique Théâtre Gilles-Vigneault, Manon Asselin et Katsuhiro Yamazaki de l’Atelier TAG, étaient également de la fête.

Extraits de la pièce et vox pop tournés au sortir de la première de mercredi
>

Send this to a friend