Éducation, Santé

30 nouveaux postes pour détecter et accompagner les enfants qui ont un retard de développement dans les Laurentides

Trop souvent, les enfants qui ont un retard de développement, une déficience physique, une déficience intellectuelle ou encore un trouble du spectre de l’autisme se retrouvent sur des listes d’attente. Les services à leur intention répondent mal aux besoins.

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux Lionel Carmant a annoncé le 26 juillet à Saint-Jérôme que Québec investira 3 146 200 $ pour bonifier les services d’intervention et améliorer les services de dépistage dans la région des Laurentides.

En langage clair, cet argent servira à recruter une trentaine de nouvelles personnes qui auront la responsabilité d’accélérer le dépistage et raccourcir les listes d’attente pour donner des services aux enfants de 0 à 5 ans.

« Je suis fier de faire partie d’un gouvernement qui place le développement du potentiel de chacun au coeur de ses priorités et qui le fait aussi tôt dans son mandat », a insisté le député de Saint-Jérôme Youri Chassin.

Yves St-Onge, pdg adjoint du Centre intégré de sante et de services sociaux(CISSS) des Laurentides, a précisé que la somme de 3M$ permettra le déploiement d’une trentaine de personnes supplémentaires affectées directement à intervenir auprès des jeunes et de leurs familles. Il a ajouté que le CISSS est « déjà en action » pour le recrutement et l’embauche des nouvelles équipes.

Qu’est-ce que le programme « Agir tôt »?

Agir tôt, que le gouvernement de la Coalition avenir Québec qualifie « d’engagement-phare » de son action politique prévoit dans l’ensemble du Québec des investissements de 48 M$ dès cette année, pour atteindre progressivement 88 M$ par an en 2024.

Le but est d’identifier le plus tôt possible les difficultés chez les enfants et d’évaluer le profil de développement de chacun. Ensuite les jeunes seront orientés vers le bon service, pour qu’ensuite lui et sa famille reçoivent le soutien dont ils ont besoin.

Le déploiement du programme passe par le déploiement de plus de travailleurs sur le terrain pour accélérer le dépistage, ainsi que le déploiement d’une plateforme informatique à laquelle la population aura accès et qui regroupe des questionnaires de dépistage sur le développement de l’enfant 0-5 ans.

Pour les enfants en difficulté, le dépistage précoce fait toute la différence, a rappelé le député de Deux-Montagnes et ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette.

Le gouvernement entend faire travailler ensemble le réseau de la santé et des services sociaux, le réseau des services de garde et le monde scolaire pour améliorer le dépistage précoce.

Les avantages que le gouvernement espère en tirer sont multiples. Il espère entre autres une meilleure orientation de l’enfant vers les services requis, grâce à un portrait plus précis de son développement, ensuite de plus courts délais d’orientation ainsi que la participation de la famille dès le début du processus.

Agir tôt vise aussi offrir aux enfants visés les services de stimulation précoce dont ils ont besoin avant même la confirmation d’un éventuel diagnostic.

« Nous voulons que chaque enfant puisse grandir et évoluer en développant son plein potentiel. Le déploiement d’Agir tôt est un engagement qui me tient beaucoup à cœur », a conclu Lionel Carmant.

  • Julie dit :

    Venez faire un tour dans les cpe de st-jérôme

  • >

    Send this to a friend