Culture, Musique, Personnes, Spectacles

Sam T. sur scène à Saint-Jérôme Sweet Home, juste avant Loud

Sam T. prépare le plus gros spectacle de sa vie. C’est prévu le samedi 10 août, vers 20h30 à la Place des festivités de Saint-Jérôme.

C’est justement sur cette place que je lui ai donné rendez-vous. On a discuté de cet événement et, aussi, de ce qu’il a fait depuis qu’on a mangé une poutine chez Johnny, en avril 2017.

En deux ans et demi, il a fait partie d’un groupe qui s’est finalement séparé, écrit, enregistré et fait paraître ensuite un mini-album, diffusé quelques vidéoclips, fait des premières parties de Koriass et d’Alaclair Ensemble. Il développe sa carrière musicale au fil des occasions qui lui sont offertes, ou celles qu’il crée.

Depuis plusieurs semaines déjà, Sam T. consacre tout son temps libre à structurer et répéter son spectacle, qu’il donnera en première partie de Loud, un des gros noms de la programmation d’été des spectacles extérieurs gratuits à Saint-Jérôme.

Services locaux

Sam a l’expérience de la scène, mais là ce sera différent. «J’ai hâte de voir ce que ça donne, autant de personnes tournées vers moi et chez nous en plus. Même s’ils ne me connaissent pas encore et qu’ils viennent voir Loud, j’ai hâte de leur montrer ce que je peux faire», dit-il.

«Il est dégourdi, intelligent, créatif. J’espère qu’il va s’amuser et en profiter», dit David Laferrière, responsable des grands spectacles extérieurs à Saint-Jérôme cet été et directeur général du Théâtre Gilles-Vigneault(TGV), ce grand voisin de la Place des festivités. Il avait donné une première occasion à Sam T. d’être vu sur une scène à Saint-Jérôme lors du passage d’Alaclair Ensemble au TGV l’an dernier.

Une «toune d’été» sur fond de violence conjugale… sortie ces jours-ci.

«Traîne pas le soir à Saint-Jérôme»

Sam T. nous confie avoir planifié un peu de mise en scène, quelques compagnons sur scène, et, bien sûr, il a prévu un moment spécial pour sa chanson Saint-Jérôme Sweet Home.

Il devrait aussi pouvoir compter sur la présence de Jim Fortin, qu’on peut entendre sur J’récolte, sa chanson la plus populaire, si on se fie aux 20 000 écoutes récoltées sur Spotify.

Publicité

Il est assez rare que de telles collaborations soient reproduites sur scène. «Je suis content qu’il soit disponible. On n’a jamais fait la chanson en même temps au même endroit», dit Sam T. Cette collaboration avec un rappeur qu’il écoutait est arrivée parce qu’il l’a demandée, tout simplement. «Je lui ai écrit pour savoir s’il était intéressé. À ma grande surprise, il a accepté.»

Le début de quelque chose…

À force de demander et d’agir, Sam T. a obtenu un contrat pour la distribution de ses chansons et de la représentation, des premières parties avec Koriass et Alaclair Ensemble.

Il reconnaît aussi que d’avoir obtenu de la diffusion par la page Facebook du maire de Saint-Jérôme lui a permis de rejoindre un auditoire différent de celui des amateurs de rap, plus proche d’un de ses sujets de prédilection: Saint-Jérôme.

En fait, il a eu ce qu’il voulait: le début d’une carrière sur la scène du rap keb, comme on surnomme parfois le rap québécois récent.

Avec tout le travail de ces deux dernières années, ce rendez-vous du samedi 10 août, il ne l’a pas demandé. On lui a offert, tout simplement. Et là, on peut dire que c’est lui, Sam T., qui récolte.

Publicité

À propos de Saint-Jérôme Sweet Home

C’est au cours d’une conversation avec Sam T., en 2017, que j’ai dépoussièré le concept de Saint-Jérôme Sweet Home, fruit d’un effort de groupe au cours de mes études en littérature au Cégep de Saint-Jérôme, en 1998, avec un ami.

C’est cet ami qui avait alors trouvé le meilleur mot-valise pour les villes environnantes avec Saint-Jérôme Sweet Home. Il y avait aussi Saint-Antoine Man Show, Mont-Rolland 2000(c’était d’époque), et Sainte-Adèlicatessen. Enfin, vous saisissez sûrement le concept.

Vingt ans plus tard, c’est agréable d’entendre cette création dans une boutade qui témoigne d’un amour certain pour la ville où j’ai choisi de rester et d’inventer un média local différent. Je tiens à remercier publiquement Sam T. d’avoir agi à partir de cette idée qui n’était qu’une formule, née et cultivée à Saint-Jérôme en 1998.

Un extrait des mots de Sam T., qui trahissent son amour assumé pour la ville:

Services locaux

Bonhomme, pendant que je sip ma 3ème bière
St-Jérôme Sweet Home damn j’en suis fier
Pour vrai, fuck ceux qui hate, ils ne comprennent pas
Follow me si tu relate, j’men bats qu’on perce pas

Saint-Jérôme Sweet Home – Sam T., Le P’tit Prince du Nord
Sam T. au restaurant Johnny de Saint-Jérôme, le 14 avril 2017.
Le clip de Saint-Jérôme Sweet Home
>

Send this to a friend