fbpx
Éducation, Politique, Sports

Le futur complexe sportif de Saint-Jérôme coûtera la moitié de son prix, selon le maire

Le maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher n’a pas du tout l’intention de revoir son projet de complexe sportif comportant un terrain de soccer synthétique intérieur, comme le lui demandait l’ex-député et ancien conseiller municipal Marc Bourcier, le 16 septembre.

Le maire affirmait plutôt le lendemain que son projet coûtera seulement 13 M$ à la Ville. Il ajoute que le projet est « un des meilleurs projets que Saint-Jérôme a pas vu » et que la construction du complexe « va emmener énormément d’argent à Saint-Jérôme ».

Lors de sa sortie, M. Bourcier, ancien membre de l’équipe politique du maire Maher, demandait un nouveau projet à plus petite échelle, au lieu de celui qui a déjà été approuvé pour un financement de 25 M$ à rembourser sur 20 ans par l’actuel conseil municipal.

« J’exige qu’on suspende ce dangereux projet, une catastrophe annoncée, afin de plancher sur un autre projet qui sera à la mesure de nos moyens ainsi que de nos besoins et qui se concrétisera seulement au moment où nous serons en mesure de nous l’offrir », dit M. Bourcier.

Le Complexe Multisport, ajout important au Quartier des sports, et voisin prévu de l’Aréna régional Rivière-du-Nord, tel que dévoilé en août 2018 par la Ville de Saint-Jérôme.

Faire plus petit: la « risée du Québec »

En réponse à cette demande de son ancien collègue, le maire Stéphane Maher a écarté d’emblée l’idée d’un terrain de soccer plus petit, pour du soccer à 7 par exemple, comme celui de l’Académie Lafontaine.

« Et les stades de soccer, de poursuivre Maher, c’est des stades à 11, c’est pas des 3/4 de stade ou des demi-stades. Des stades à 11 comme Saint-Eustache, comme fait Rosemère, comme fait Laval, comme fait Terrebonne, comme fait Châteauguay.

« On ne peut pas faire un demi-terrain. Imaginez, on serait la risée du Québec. »

La surface intérieure de l’Académie Lafontaine, le Stade Desjardins, lors de son inauguration en 2014.

Comment un stade de 26 M$ peut en coûter 13?

Pour arriver à un coût de 13 M$, M. Maher prend pour acquis que le projet respectera le budget prévu, qui est de 26 M$. Première divergence entre les deux hommes: Marc Bourcier croit plutôt qu’il faut déjà prévoir des dépassements de coûts et avance un chiffre de 28M$.

« En fait, il en coûte seulement 13 ( millions ) parce que le coût, c’est 26 et il s’autofinance à 50% ! » affirmait Stéphane Maher le 17 septembre. Appelé à s’expliquer, voici comment le maire Maher évalue « l’autofinancement » de 13M$.

« C’est d’abord 7,5M$ de Québec, dit-il en parlant d’une subvention annoncée en 2018 par Québec pour ce projet dont la construction était prévue en 2019, et le reste ( c’est-à-dire 5,5M$ ) s’autofinance avec des revenus supplémentaires qu’on a. »

« Présentement, on loue les locaux du club Zénith, la gymnastique, la palestre, nous on verse 125 000$ par année. En plus, on va recevoir un autre 125 000$ par an, donc l’équivalent de 250 000$ sur 20 ans c’est 5 millions. »

Est-ce que ce financement de Québec ainsi que les présumés revenus de 250 000$ par an seraient réalisés quand même dans un projet plus modeste? Le maire n’a pas fourni d’indication à cet effet.

Stéphane Maher s’est plutôt attardé à défendre son calcul. « Donc probablement le meilleur rendement qu’on peut offrir. Moi, donnez-moi une place où je peux mettre une piastre, pis je reçois une piastre, j’investis tout de suite. Meilleur meilleur meilleur rendement qu’on peut faire pour les citoyens. Cette bâtisse-là va coûter 13 millions, c’est extraordinaire! » a-t-il poursuivi.

De l’autre côté des terrains extérieurs, c’est un terrain intérieur qui est prévu pour compléter le projet du Quartier des sports à Saint-Jérôme.

Déjà des demandes et un projet pour accueillir les programmes scolaires

« Y’a une palestre de gymnastique, y’a un stade de soccer, les grands gymnases… c’est un centre qui va être multi-fonctionnel. Et lorsque le ministère de l’Éducation nous donne une subvention pour ça là, ça va être solide! Et là, on parle de tous les programmes de sports-études qui vont aller là. On est en attente de la Commission scolaire… C’est probablement un des meilleurs projets que Saint-Jérôme a pas vu. »

« On a beaucoup de joueurs de soccer à Saint-Jérôme, mille! On a déjà même des demandes d’autres fédérations qui veulent déjà louer le terrain. Après ça y’a le football, après ça le baseball, après ça les autres sports pour les aînés, les jeunes là, le frisbee extrême… C’est un projet qui va emmener énormément d’argent à Saint-Jérôme. »

Son adjoint Simon Geraghty ajoute: « Faut voir aussi qu’il y a un espace gymnase qui va pouvoir être utilisé pour bien d’autres choses, exemple le pickleball. »

Pensez-vous que les coûts annoncés du Complexe multisport seront respectés?
  • Ajouter votre réponse

Bourcier sort de sa réserve un an plus tard

Marc Bourcier, lors de sa première sortie «politique» depuis plusieurs mois, le 16 septembre 2019.

M. Bourcier a estimé qu’il devait sortir de la réserve qu’il a choisi de s’imposer après sa défaite à l’élection du 1er octobre 2018 pour dénoncer ce qu’il appelle une « lubie » du maire de Saint-Jérôme, et un projet « pharaonique », qui, selon lui, coûtera 28 M$ à Saint-Jérôme.

« Il ne dit pas toute la vérité concernant le projet de complexe sportif de la Ville de Saint-Jérôme, dit Marc Bourcier. Les frais de fonctionnement, juste en salaires, dans d’autres villes où ils ont des complexes comme ça, ça peut aller jusqu’à 300 000$. Ajoutez les autres coûts et on atteint facilement un demi-million par an. » Pour lui, Saint-Jérôme n’a pas besoin d’un tel terrain de soccer.

Les chiffres qu’il avance s’appuient sur une étude préparée par la firme BC2 en 2015, spécialisée dans ce type d’évaluation, qui avait conclu que Saint-Jérôme n’a aucunement besoin d’une telle infrastructure sportive, compte tenu de tous ses terrains de soccer actuels, synthétiques et naturels. Sans oublier le terrain de l’Académie Lafontaine qui est aussi offert en location.

« J’ai laissé tout le temps à monsieur le maire pour dévoiler les renseignements que je rends publics aujourd’hui. Silence radio de sa part depuis l’annonce! Mon silence aurait été inacceptable, contre mes valeurs. Je sais de quoi je parle, car j’ai travaillé à l’analyse de ce projet du temps que j’étais conseiller municipal et je peux vous certifier qu’on s’en va dans le mur! Où est l’étude de faisabilité indispensable à tout projet de ce genre? Pourquoi on ne nous la montre pas? », dit Marc Bourcier.

Une autre « taxe de porte? »

Sur un ton dérisoire, Marc Bourcier s’est demandé si le maire n’inventera pas une nouvelle « taxe de porte » pour ce projet, en faisant référence à la taxe pour compenser les dépenses qui devraient être subventionnées par Québec pour le service de police local, selon le maire. Ces frais ont été ajoutés au compte de taxes pour chaque adresse déclarée à Saint-Jérôme en 2019. « Comme vous le savez, notre bas de laine qu’on avait, c’est-à-dire notre surplus de 20M$, est épuisé depuis longtemps. Faudra-t-il s’attendre à une autre taxe de porte, la taxe Soccerplex? » ironise M. Bourcier.

« Il est impératif de stopper immédiatement cette lubie, que les propriétaires, les locataires et tous les utilisateurs de services comme les joueurs de hockey, de baseball, etc. devront tous payer d’une façon ou d’une autre pendant plusieurs décennies », ajoute-t-il.

« Même avec la subvention de 7,5 M$ obtenue de Québec à l’automne 2018, le montant qui restera à débourser, environ 20 M$, sera envoyé sur la dette de la Ville. Ce sera un montant plus gros que Saint-Jérôme a déboursé pour l’aréna régional! »

« Le pire dans tout ça, c’est qu’on a estimé que ce méga complexe sportif, géré par la Ville, ne sera utilisé qu’à 22% de sa capacité. L’été, c’est 5%! C’est comme acheter à crédit un immeuble à logements, et de ne pouvoir louer qu’un logement sur cinq. C’est un non-sens! »

>

Send this to a friend