Causes, Éducation, Lieux, Personnes, Politique, Santé, Transport

Retour sur la marche du climat de Saint-Jérôme

Il y a deux semaines, des centaines de personnes sont sorties dans les rues du centre-ville de Saint-Jérôme, par un beau vendredi après-midi.

Alors qu’on déclarait une foule d’un maximum de 500 000 personnes pour une marche organisée à Montréal en présence de Greta Thunberg, ce sont peut-être 1500 personnes qui sont sorties dans les rues de Saint-Jérôme pour faire leur grève locale pour le climat, le 27 septembre 2019.

L’organisation de cet événement prend sa source au Cégep de Saint-Jérôme, alors que les syndicats de professeurs, du personnel professionnel et de soutien ainsi que l’administration du Collège avaient planifié de longue date une «Journée institutionnelle pour le climat».

En plus de la marche organisée en après-midi, quelques centaines de personnes ont assisté à une conférence et d’autres activités en matinée, dont la plantation d’un gingko biloba, un arbre reconnu pour sa résilience, sur le terrain du Cégep de Saint-Jérôme, et un atelier qui a mené à la «naissance» de quatre projets écoresponsables.

Avant de partir

Autour de 13h, la foule se rassemblait sur la Place des festivités pour prendre le départ de la Marche mondiale pour le climat au centre-ville de Saint-Jérôme.

Élyse Dupras, enseignante au Cégep de Saint-Jérôme, a harangué la foule avant le départ à propos de l’urgence de protéger la biodiversité.

Député sortant et candidat du Bloc québécois dans Rivière-du-Nord, Rhéal Fortin discutait avec de jeunes manifestants dont les messages étaient colorés.

Au pied du Théâtre Gilles-Vigneault, il faisait beau!

Et c’est un départ…

C’est le Conseil central des syndicats nationaux des Laurentides(CCSNL) qui ouvrait la marche avec une grande bannière La planète s’invite dans les Laurentides.

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, a aussi marché en compagnie des conseillères municipales Sophie St-Gelais et Mylène Laframboise. Il a fait savoir dans un communiqué qu’il demandait au prochain député fédéral de faire des efforts pour protéger la rivière du Nord, principale source d’eau potable de la ville, après les récents efforts de Gym-X pour la nettoyer, et que le développement durable serait une priorité dans la planification stratégique des cinq prochaines années à Saint-Jérôme.

Mylène Laframboise a promis une commission spéciale sur les changements climatiques, en ajoutant que cela n’empêchait pas la Ville d’agir au niveau des politiques ou des habitudes, entretemps.

Votre avis

Croyez-vous qu'une catastrophe est nécessaire pour mobiliser tout le monde afin d'influencer le cours des changements climatiques?
  • Ajouter votre réponse

Un arrêt devant le bureau du député provincial

En l’absence du député de Saint-Jérôme Youri Chassin, C’est son adjoint Robert Carrière, qui a aussi été conseiller municipal à Saint-Jérôme, qui a reçu les revendications climatiques des marcheurs.

L’obsolescence programmée ne s’explique pas en trois mots

Make the World Greta Again

Une réincarnation d’Atlas portant la planète côtoyait les marcheurs

Les gestes qui seront posés visent nos prochains

Cette jeune princesse a marché avec ses collègues du service de garde

Sur la rue Saint-Georges, il y avait foule

Ici, on s’inquiète pour la neige et les oiseaux

Le global revient toujours au local…

La ligne 101 mérite plus d’autobus, même sur André-Prévost, affirme cette affiche.

Une affiche à l’effigie de lui-même

Le candidat du Parti vert Joey Leckman portait son visage en guise de revendication, une affiche recyclée de la campagne qu’il a menée en 2015.

Il y avait aussi beaucoup de monde à Mont-Tremblant

À Mont-Tremblant, la foule a été estimée à 1500 personnes. Les élèves des écoles primaires et de l’école secondaire ainsi que des citoyens se sont joints à la communauté du Campus collégial de Mont-Tremblant du Cégep de Saint-Jérôme. Photo fournie par le CSTJ

Un côté vert et de l’ail de Chine

Les ramasseurs de déchets étaient là

Derrière la marche, un groupe ramassait tout ce qui aurait pu témoigner du passage du serpentin humain.

Et tout revient à l’ordre

Moins de deux heures après la marche, la Place des festivités n’était plus aussi festive.

Il n’en restait plus que deux…

>

Send this to a friend