Des personnes qui n'ont rien d'ordinaire

Jacques Desjardins, accompagnateur bénévole

Devenir bénévole. «Y’a pas d’âge. Je le fais par disponibilité, je ne suis pas obligé. Je le fais pour sortir de la maison. Mais je sens que j’apporte quelque chose. Faut que tu l’essaies, pour voir. Tu verras, c’est pas fait pour une personne qui n’a pas de sentiments…»

Quelques idées qui font réfléchir longuement quand on parle de bénévolat. Parce qu’il en manque, des bénévoles. Jacques Desjardins le répète. «Y’en a pas beaucoup, et la demande est énorme!» Le constat de Jacques arrive après de nombreuses années de bénévolat en tant qu’accompagnateur de patients de CHSLD de la région de Saint-Jérôme. Il les accompagne lors de leurs rendez-vous dans différentes cliniques ou départements de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme. «Je reste avec la personne toute la journée: c’est une sortie.»

Comme de la visite

De retour au CHSLD, Jacques devient rapidement de la «visite». «Je parle avec eux-autres, ils me comptent leur vie, leur histoire.» Par sa présence attentive, Jacques remplace parfois les visites de membres de la famille. Il remplace même des ampoules dévissées ou des piles d’horloge égarées.


Malgré sa retraite anticipée suite à un accident et de nombreuses séquelles, le bénévolat lui a redonné le goût de vivre. «J’ai été chanceux. Quand j’accompagne les patients pour une chirurgie d’un jour, je sens que j’ai accompli quelque chose de ma journée au complet. C’est très valorisant. Tu as passé du temps avec d’autres, et ça t’apporte beaucoup ».

Jacques Desjardins est un des nombreux bénévoles qu’on retrouve dans le livre Des personnes qui n’ont rien d’ordinaire – Tranches de vie de bénévoles, publié par le club de Photo Passion photo Laurentides.

>

Send this to a friend