fbpx
Incidents

Un chien perdu sauvé dans la rivière par les pompiers au centre-ville de Saint-Jérôme

Le samedi matin du 25 janvier, une personne qui entendait un chien hurler près du pont Castonguay, au centre-ville de Saint-Jérôme, a appelé les pompiers.

C’était Luna, une corgi hébergée pour quelques temps à Saint-Jérôme, qui avait quitté le domicile depuis déjà 48 heures.

Elle s’accrochait à la glace avec ses pattes avant et tentait de sortir de l’eau glacée de la rivière du Nord, juste sous le pont Castonguay, là où il y a encore la structure d’un ancien barrage.

À qui est ce chien?

«On pense que le chien était dans l’eau depuis au moins 30 minutes quand on est arrivés. On a déployé notre équipe de sauvetage nautique, avec le bateau gonflable et les habits pour les gars, et on est allés la chercher», racontait Michel Boucher, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Saint-Jérôme qui était sur les lieux ce matin-là.

N’étant pas capable d’identifier le propriétaire du chien, les pompiers ont contacté la SPCA Lanaudière Basses-Laurentides pour les aviser qu’ils avaient recueilli un animal en détresse. De retour à la caserne, ils ont emballé le chien dans des couvertures, lui ont fait un petit séchage au séchoir à cheveux. «On voulait qu’elle soit bien. Elle avait eu froid», ajoute M. Boucher.

Peu de temps après, on a retrouvé un message Facebook qui parlait d’un chien perdu deux jours plus tôt. C’est le conseiller municipal de Saint-Jérôme Érik Bak et sa famille qui hébergeaient Luna, le temps d’un voyage.

Pas de séquelles

Depuis le jeudi, ils avaient déployé tous les moyens possibles pour tenter de retrouver le petit chien. «On a appris plus tard que le chien était tatoué, ce qui aurait permis de l’identifier facilement. Mais à ce moment-là, on ne le savait pas encore!»

«Le vétérinaire nous a dit qu’elle n’aurait probablement pas de séquelles. Elle avait un peu égratigné son ventre, mais ils l’ont réchauffée, lui ont donné une pâtée super nutritive et Luna était redevenue comme avant dès le lendemain», a dit M. Bak.

Il est d’ailleurs grandement reconnaissant du travail des pompiers, qui, même s’il les a fortement encouragés à se réunir pour une photo de groupe avec l’animal rescapé et son entourage, ont refusé. «Ils m’ont dit que c’était leur travail de sauver des vies. Je les remercie grandement», termine-t-il.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend