fbpx
Affaires, Santé, Soupers confinés

L’information locale à l’heure de la COVID-19 – souper confiné – jour 8, le 26 mars 2020

Voilà maintenant quelques jours qu’on soupe ensemble. Si c’est votre première fois, vous pouvez même aller lire nos rendez-vous précédents, maintenant regroupés dans la catégorie des soupers confinés. Comme d’habitude, on va faire comme si on soupait ensemble, chers lecteurs. Vous vous occupez de votre repas. Je vous donne même la permission de faire semblant. Pour ma part, je ferai la conversation.

Si vous voulez contribuer à la conversation, TopoLocal invite toujours ses usagers à commenter. Vos idées sont les bienvenues dans la mesure où elles s’inscrivent dans la conversation. Il faut être cohérent, utiliser un français correct, et être respectueux. Nous faisons la modération des commentaires.

Je continue donc de partager mon vécu et mes réflexions de jours d’intériorité. Je vous propose des «soupers confinés» comme le dit le titre, du lundi au vendredi. Aujourd’hui, je vous parle d’information en temps de confinement.

La crise de la COVID-19 frappe les médias très fort, comme tous les autres secteurs d’activités. Présentement, la plupart des médias font des mises à pied importantes pour essayer de passer à travers. Certains réduisent les salaires. Certains journaux régionaux réduisent le nombre de journalistes. La plupart font moins de pages.

On ne saurait les blâmer. Leurs revenus varient directement en fonction de la publicité, et les commerces fermés n’annoncent évidemment pas. Pour eux, encore plus que pour certains autres, la quarantaine accentue la pression sur un modèle d’affaires qui s’essoufflait déjà, frappé par des pressions environnementales, l’évolution du commerce au détail, et des habitudes de lecture transformées. 

C’est regrettable parce que dans les circonstances actuelles les gens ont besoin d’information plus qu’à l’habitude. Le rôle des journalistes est plus important que jamais, puisque non seulement la population a le temps et le besoin de s’informer, mais, comme jamais auparavant dans notre histoire, les rumeurs, les faussetés, les inventions et les arnaques circulent librement.

La faiblesse de la télé en continu

Au niveau national, ce n’est guère mieux.

Trop de bulletins de nouvelles télévisées qui nous alimentent utilisent une mise en scène tapageuse, des visages-vedette pour alimenter le spectacle et ne vont sur le terrain que pour ramener des images et les impressions.

L’information en continu se traduit malheureusement par les mêmes informations et les mêmes analyses qui tournent en boucle. Des éléments qui sont beaucoup plus faciles à consulter par internet, à son propre rythme.

C’est pour cette raison que pour ma part, à part des médias web connus et crédibles, je me contente de mon bulletin de nouvelles télévisées habituel et du point de presse quotidien du premier ministre.

Le journalisme sérieux et rigoureux peine déjà à faire contrepoids aux innombrables idioties qui circulent en ligne, en temps normal, voilà qu’en temps de crise il est essentiel que les gens puissent consulter des sources d’information dignes de confiance et sans sensation.

Je suis de ceux qui défendent depuis longtemps la nécessité d’une presse écrite forte et vigoureuse. Je dis bien écrite, et non imprimée. Je persiste à croire que les lecteurs doivent faire partie du modèle économique. TopoLocal s’était déjà tourné vers ses abonnés bien avant la crise de la COVID-19, et vous êtes de plus en plus nombreux à répondre.

Et l’information locale?

Quant à l’information locale, ça tombe mal pour la majorité des journaux régionaux, parce que juste au moment où l’information est à son plus important, les annonces qui les font vivre sont à leur plus bas.

L’information, qu’elle soit locale ou nationale, ce n’est pas gratuit. La Presse, TopoLocal et des milliers d’autres le répètent depuis des lunes.

Depuis 5 ans que TopoLocal existe, nous recevons beaucoup de remerciements et de chaleureuses félicitations pour notre média. Je vous en remercie sincèrement. Vos bons mots sont du carburant. Je suis à chaque fois rassuré quand vous soulignez la qualité de notre français, la précision de nos analyses, le soin que nous prenons pour chacune de nos photos. Votre gentillesse et votre attention sont réconfortantes et, par moments, touchantes. Et vos critiques nous stimulent au plus haut point. Ce métier, pour nous, c’est une mission.

Nous nous employons à rapporter les faits. Là où nous voyons des événements, heureux ou malheureux, nous les rapportons avec intégrité. Là où nous voyons de la solidarité et de la compassion, nous tentons de la transmettre. Et là où nous voyons de l’imposture, nous tentons de faire la lumière et de laisser paraître la vérité.

Nous publions de temps à autre des commentaires et des prises de position. Cela toujours dans l’intérêt public, sans détour, sans prétendre avoir raison.  Car tout ce que fait et rapporte TopoLocal se passe ici. Devant vous, chers lecteurs, sur la place publique.

La meilleure façon pour vous de nous encourager à continuer?

Devenez des abonnés de TopoLocal. Plus vous serez nombreux, plus notre journal sera dynamique. Et indépendant.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend