fbpx
Incidents, Santé

Un premier décès de la COVID-19 dans les Laurentides

Dès le 10 février 2015, c'est dans l'ancien Des Laurentides Ford que sera situé le centre de prélèvements de l'Hôpital régional de Saint-Jérôme. © Depositphotos.com/angellodeco

C’est un homme de 91 ans qui est mort dans la nuit de mardi à mercredi à l’hôpital d’une pneumonie sévère, à la suite d’une infection causée par la COVID-19.

Il habitait dans une résidence de Saint-Jérôme qui n’a pas été identifiée par la Direction de santé publique des Laurentides. Selon nos informations, l’homme habitait la résidence Chartwell Manoir Saint-Jérôme, située au bout de la rue des Pins.

Quelques heures plus tard, des directives ont été émises à cette résidence de plus de 300 logements pour limiter au maximum les contacts entre les résidents.

«Au cours des prochaines heures, la suite de notre enquête devrait nous permettre de retracer les circonstances exactes de cette propagation mais pour l’instant, on ne prend aucune chance et on applique toutes les mesures de sécurité, autant pour les résidents que pour les employés de l’endroit», a dit le Dr Éric Goyer, directeur de santé publique des Laurentides.

Les résidents sont donc isolés dans leur appartement pour 14 jours et l’espace commun des repas a été fermé. Les premiers éléments de l’enquête d’épidémiologie laissent toutefois croire que la victime était déjà dans un secteur isolé de la résidence, ce qui aurait limité une possible propagation du virus, a dit le Dr Goyer.

Pas de foyer spécifique dans la région

Au 26 mars, on compte huit personnes hospitalisées pour 61 personnes infectées de ce coronavirus dans les Laurentides.

La moyenne d’âge pour l’ensemble des cas reconnus est de 49 ans. Elle augmente rapidement quand il s’agit de personnes hospitalisées ou aux soins intensifs. Elles sont 5 actuellement.

Pour l’ensemble de la région, le Dr Goyer a aussi fait remarquer que le nombre de cas est proportionnel à la population dans chacun des territoires. «Les cas suivent la distribution géographique des personnes. S’ils devaient augmenter rapidement dans une ville ou un territoire plus précis, on prendrait des mesures très rapidement afin de limiter la propagation, mais ce n’est pas la situation à ce moment-ci», dit-il.

Notre suivi de l’ensemble de l’information disponible à propos de la pandémie de COVID-19

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend