fbpx
Culture, Réflexions, Soupers confinés

Les gens d’ici et la politesse – souper confiné – jour 19, le 10 avril 2020

Voilà maintenant plusieurs jours qu’on partage un repas ensemble. Si c’est votre première fois, vous pouvez lire nos rendez-vous précédents.

Voici donc le «souper confiné» du jour, comme le dit le titre. Le vendredi, on laisse la place à un invité. Cette fois, c’est Loyola Leroux, qui a déjà sévi à quelques reprises dans nos pages.

Nous vous en présentons du lundi au vendredi en ces temps de pandémie. Si vous voulez contribuer à la réflexion, vos plats sont les bienvenus à [email protected].

À 70 ans, victime de la polio, un genou en métal, me déplaçant avec une canne, je trouve les jeunes et les gens de Saint-Jérôme et de St-Hippolyte, que je fréquentais chaque semaine, au centre d’achats, sur la rue, dans le train, très polis!!!

Mais qu’est-ce que la politesse? Pour répondre à cette question, je vais essayer de préciser le sens du mot. C’est une vertu, le contraire d’un vice.

Avertissement : si vous vivez dans un monde où « tout est relatif, toutes les valeurs sont égales, l’intelligence est émotive », vous n’apprécierez pas!

Pour le philosophe André Comte-Sponville, « la politesse n’est pas une vertu » mais une pré-vertu, une condition, un a priori à toutes les vertus comme celles qu’il nous présente dans son livre Petit traité des grandes vertus: la fidélité, la prudence, la tempérance, le courage, la justice, la compassion, la générosité, la miséricorde, la gratitude, l’humour et surtout l’amour (trois chapitres).

C’est un livre de philosophie, il est vrai, mais grand public, très facile à comprendre par mes étudiants du Cégep de St-Jérôme, en étant un peu concentré!

À l’origine, l’invention de ce mot a été influencée par le geste de polir un objet. Ainsi en frottant, on rend l’objet physiquement plus beau, propre, raffiné, lisse, etc. Par extension, le mot politesse est devenu synonyme de cultivé, civilisé, bon goût, finesse, etc.

L’étymologie, l’origine des mots français découle presqu’entièrement du grec et du latin. Politesse voulait dire : police, policé, de polis ou cité en grec. « L’homme étant un animal social », comme le disait Aristote, les gens qui vivent ensemble se doivent de pratiquer la politesse. Dans la société, la politesse c’est un ensemble de rites, qui peuvent varier légèrement d’une culture à l’autre, mais qui sont toujours présents.

La devise de la Ville de Montréal est Concordia Salus, le bonheur par la concorde. Cette dernière, selon Aristote, est une amitié sociale qui implique que l’on ne doit pas être poli qu’avec ses amis, ce qui va de soi, mais aussi avec tous ceux que nous ne connaissons pas. Tous ceux qui vivent en société, doivent comprendre qu’ils sont destinés à s’entendre.

Le caractère du jeune enfant, un peu bon sauvage selon Jean-Jacques Rousseau, doit être poli, frotté. Ce sont les parents qui sont les grands responsables de l’apprentissage des règles de la politesse, qui sont presqu’innées ! Ils ne peuvent demander à l’enfant de comprendre. Les parents éduquent, l’école instruit.

Selon Aristote, les parents doivent inculquer à l’enfant des habitudes dès les premières années de la vie, et ne pas attendre que l’école s’en charge, car il sera trop tard. « Les choses qu’il faut avoir apprises pour les faire, c’est en les faisant que nous les apprenons. »

Avant les années 1960, dans nos écoles les élèves avaient des cours de
bienséance, dans lesquels l’institutrice abordait les notions de savoir-vivre, courtoisie, affabilité, bon goût, délicatesse, etc. On associait instruction à éducation et à politesse. On s’attendait à ce que plus une personne est instruite, plus elle sera polie.

Dans la vie de tous les jours, le vouvoiement des adultes, c’est la politesse. Je
vouvoie les gens que je ne connais pas et tous ceux qui sont plus vieux que moi.

Comme l’écrit si bien Comte-Sponville: « ll reste qu’être bien élevé, dans le langage courant, c’est d’abord être poli, et cela en dit long. »

Si « la politesse n’est pas vertu », mais une condition à l’existence de toutes les vertus, ceux qui ne la pratiquent pas sont qualifiés de rustre, mal élevé, malpoli, sale, insolent, malappris, vaurien, malotru, grossier personnage, incivil.

Les Grecs les nommaient les « barbares », qui n’étaient pas civilisés… ni polis.

Bref, au temps du virus à couronne, la politesse implique de suivre les règles édictées par le gouvernement Legault. Celles de Trudeau sont plus confuses…

Je vous propose un jeu de diction pour passer le temps du « virus à couronne »

Prononcer à voix haute en groupe après un bon repas:

  • judiciaire —– judiciariser —– judiciarisation
  • constitutionnel —– constitutionnellement
  • anticonstitutionnellement
  • décrédibilisation —– inéligibilité 
  • miniature —– miniaturisation
  • abracadabrantesque —– testostérone 
  • statisticien —– phénylalanine
  • judiciaire —– judiciariser —– judiciarisation
  • déjudiciarisation  —— désindustrialisation
  • constitutionnel —– constitutionnellement
  • anticonstitutionnellement
  • décrédibilisation —– inéligibilité 
  • miniature —– miniaturisation
  • abracadabrantesque —– testostérone 
  • statisticien —– phénylalanine
  • infréquentabiliser
  • antidisestablishmentarianism

J’apprends un mot nouveau. Je suis content. Les disestablishmentarianists voulaient, au XIXe siecle, enlever à l’église anglicane d’Angleterre son rôle dirigeant. Les antidisestablishmentarianists s’opposaient à eux.

Chaque fois que mes petits-enfants viennent me voir, pas ces jours-ci mais un jour prochain, je les attends avec une série de mots nouveaux. Ils vont devoir le prononcer tant qu’ils ne pourront pas le dire d’un trait.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend