fbpx
Culture, Lieux, Réflexions, Soupers confinés, Spectacles

On peut faire mieux que la « Place des festivités » – souper confiné – jour 39, le 8 mai 2020

On peut faire nettement mieux que la Place des festivités.

Je vous parle de cette place publique située à Saint-Jérôme. Autour il y a la Vieille-Gare, l’Hôtel de ville, le Théâtre Gilles-Vigneault, et un hôtel patrimonial qui vivote en attente de projets.

À noter que l’endroit s’est beaucoup amélioré depuis quelques années, son environnement aussi. Il reste encore à lui donner une âme et une identité capable de frapper l’imaginaire.

Je ne veux pas me plaindre de l’état des lieux, loin de là. Durant quelques décennies, c’était un parking laid, ( en fait, des «beaux» parkings, vous en avez déjà vus? ) bordé d’une gare abandonnée et d’un terminus d’autobus trop petit qui faisait dur.

De temps à autre, même en ces temps difficiles, un guitariste s’y installe, ou des skaters, ou des parents qui regardent leurs jeunes donner leurs premiers coups de pédale à l’abri de la circulation. On entend des accords, parfois des airs connus. Parfois on entend: « Regarde maman! Je vais viiiite! »

Je sais que ces jours-ci, il y a des bancs qu’on ne sait pas trop si on devrait désinfecter avant de s’asseoir. Des tables qui reviendront peut-être. Des parasols même. L’hiver dernier, on a un un beau gros sapin illuminé et une patinoire. Petite petite, mais quand même.

Grâce au Théâtre Gilles-Vigneault, il y a aussi ce bel éclairage multicolore.

Bref, une place publique bien correcte, qu’il sera possible, avec de l’imagination et un peu d’effort, de rendre excellente. On ne sait jamais, peut-être que quelqu’un à la Ville de Saint-Jérôme se réveillera un bon matin avec un peu de véritable audace et qu’on en fera un lieu marquant. Peut-être, j’ai dit.

Un jour, Saint-Jérôme finira bien par avoir un vrai conseil municipal et un vrai maire. C’est extraordinaire comme un conseil peut être rassembleur quand il est respecté et qu’il respecte ses citoyens.

Un lieu qui mérite un nom

Mais pour l’instant, ce qui me heurte, à chaque fois que je le dis ou que je l’écris, c’est ce nom qui sort tout droit d’un organigramme: Place des festivités.

Dans mes pires cauchemars, je me dis qu’on aura une proclamation officielle un de ces jours, style un mot sur la page Facebook du maire, annonçant que désormais les trottoirs de Saint-Jérôme seront les Trottoirs des marcheurs. Longeant, pourquoi pas la Rangée des parcomètres.

Évidemment, je caricature. Mais il n’en demeure pas moins que les lieux publics qui évoquent des faits, des personnages ou des éléments de notre culture contribuent à nous rappeler qui nous sommes et à forger notre identité

Le parc Labelle, on sait c’est qui. Saint-Jérôme, on sait c’est qui. Honorine Melançon, on sait c’est qui. L’amphithéâtre Rolland, on sait pourquoi. Gilles-Vigneault, on connaît. Le P’tit train du nord, c’est notre histoire.

Mais on n’a toujours pas d’aréna Yves Nadon, et on a démoli celui du parc Jacques-Locas, où il reste, semble-t-il, une modeste affiche à son nom.

Il ne manque pourtant pas de noms intéressants et évocateurs qu’on pourrait donner à ce lieu public qui, un jour ou l’autre, redeviendra le lieu des rassemlements pour lesquels il a été construit.

Absalon Legault, Conrad Kirouac, André Prévost…

On pourrait, par exemple, rester dans une filière très jérômienne et, compte tenu que la place avoisine l’hôtel de ville, l’appeler Place Absalon-Legault. Asbalon Legault a été le premie maire de Saint-Jérôme. Il y a longtemps eu une rue Legault. Mais on a effacé le nom de cette rue, qui aujourd’hui s’appelle rue de la Gare. ( On ne s’en vantera pas, mais un temps, nous à Saint-Jérôme, on a construit une tour au bout de la rue de la Gare et on a ensuite construit une gare sur la rue Latour. )

Ou encore, puisqu’on est dans le Quartier des arts et du savoir ( c’est écrit sur un mur quelque part… ) on pourrait saluer l’oeuvre du premier grand botaniste québécois, le frère Marie-Victorin en la baptisant Place Conrad-Kirouac, puisque c’était son nom. Malgré son court passage à Saint-Jérôme, on dit que c’est chez nous qu’il a développé son intérêt pour la botanique. Bien sur, il est né à Kingsey Falls. Mais le monsieur du Théâtre Gilles-Vigneault à coté, lui, est né à Natashquan, et la salle porte très bien son nom. Alors…

Ou même la Place André-Prévost, puisque l’auditorium de l’École polyvalente de Saint-Jérôme ( le mot polyvalente en soi est déjà un monument…) est de moins en moins un espace public et de plus en plus, une partie intégrante de l’espace-école, une composante du cocon éducatif. Chose certaine, le nom du compositeur serait dans le bon quartier.

Voilà. Vos réflexions valent bien les miennes, et je suis convaincu que bien d’autres noms conviendraient. Probablement mieux que mes modestes suggestions.

Vous pouvez m’écrire et en suggérer. Pensez-y, la prochaine fois que vous circulerez, rue du Tour-de-char, ou Terrasse bungalow, coin du Dépanneur.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>
Send this to a friend