Alerte rouge de 28 jours pour Saint-Jérôme, Sainte-Sophie, Saint-Colomban, Prévost, Saint-Hippolyte, Mirabel et les Basses-Laurentides à partir du 1er octobre

Louis-Xavier Michaud 20 commentaires

Le premier ministre du Québec François Legault a annoncé en fin de journée lundi que le palier d’alerte passerait au rouge, le niveau maximal, à partir du 1er octobre pour une période de 28 jours.

Le niveau d’alerte rouge s’applique aux régions de Montréal, Québec et Chaudière-Appalaches, incluant la Communauté métropolitaine de Montréal, ou le grand Montréal. Cette définition a été élargie la semaine dernière à la MRC de la Rivière-du-Nord qui inclut les villes de Saint-Jérôme et les environs, soit Prévost, Saint-Hippolyte, Sainte-Sophie et Saint-Colomban.

On demande à tous ceux qui habitent ces territoires de ne plus s’inviter d’une maison à l’autre et de rester chez eux, autant dans les domiciles que d’autres milieux de vie, comme les résidences de personnes âgées, par exemple. Les écoles restent ouvertes et la majorité des emplois devraient être maintenus.

Les salles à manger de restaurants seront fermées, avec la possibilité de livrer et de prendre des commandes pour emporter. Les bars, cinémas, bibliothèques, salles de spectacles, musées et salons de jeux doivent être fermés.

Les salons de soins personnels et les centres de conditionnement physique, comme la grande majorité des commerces de détail, peuvent continuer leurs affaires.

Les territoires qui restent en zone orange dans les Laurentides, soit Lachute et le nord de la région à partir de Piedmont, doivent limiter leurs visites à six personnes. Les établissements fermés en zone rouge restent ouverts, en zone orange.

Les détails du gouvernement du Québec à propos des paliers: zone rouge (Palier 4) et zone orange (Palier 3)

Prêts pour la deuxième vague, le moment le plus important pour faire attention

En conférence téléphonique mercredi, Dre Marie-Ève Thériault, adjointe au directeur de santé publique des Laurentides, a indiqué que ce changement de palier est fait de façon préventive. « Le mot d’ordre est de garder les enfants à l’école et les parents au travail, en plus de protéger les personnes vulnérables. »

Le directeur de santé publique des Laurentides, Dr Éric Goyer, est confiant dans les moyens à sa disposition pour prévenir et contenir les éclosions de COVID-19 actuelles.

« En termes de mécanique, de notre capacité à débarquer dans un milieu et tester tout le monde, on est mieux équipés qu’on ne l’était au printemps », dit-il.

« Mais on sent une fatigue chez les gens, l’importance pour eux d’avoir des liens sociaux. En ce moment, on a vraiment la capacité de prévenir des hospitalisations et des décès, en continuant de respecter les règles: porter un couvre-visage, rester à distance et limiter nos contacts. C’est peut-être le moment le plus important », dit-il.

La région des Laurentides comptait un total de 224 cas actifs de COVID-19 pour 620 000 habitants, le gros de sa population étant concentré au sud, là où on dénombre aussi le plus de cas. Depuis le début de la pandémie, ce sont 4707 personnes qui ont officiellement contracté le virus.

À ce sujet, le Dr Goyer a tracé un portrait générique des éclosions de l’automne, comparée à celles du printemps. «Les contacts sont plus nombreux. On a de petites éclosions dans des situations de soins personnels, de socialisation avant ou après des tournois sportifs, ou dans des écoles. Il s’agit de personnes positives à la COVID-19 qui ont finalement été en contact avec bien plus qu’une dizaine de personnes. Au printemps, les contacts étaient très limités, cela facilitait le travail d’enquête. »

Dans les écoles, on estime que la situation est sous contrôle. On dénombrait mercredi matin 9 éclosions, d’un minimum de 2 à jamais plus que 10 cas, sur 171 écoles du territoire des Laurentides. Dans la MRC de Rivière-du-Nord, l’école primaire du Grand-Héron à Sainte-Sophie, la semaine dernière, et l’école secondaire Saint-Stanislas à Saint-Jérôme, ont toutes deux fait l’objet de dépistages massifs, afin de contrôler la situation.

Et si on vous envoyait nos nouvelles le samedi matin?

On est là pour vous informer.

Vous pourrez vous désinscrire quand vous voudrez, ou changer la fréquence de vos envois.

Vous voyez de l'information inexacte dans cette page? Dites-le nous!

20 réflexions à propos de <i>Alerte rouge de 28 jours pour Saint-Jérôme, Sainte-Sophie, Saint-Colomban, Prévost, Saint-Hippolyte, Mirabel et les Basses-Laurentides à partir du 1er octobre</i>

  1. Pas Vari Covid-19 Bravo Trump
    Pas 2 m 🔙🔙🔙🔙🔙🔙 des amies Handicapes Centre Joie de Vivre pabos qc
    Ferme Beaucoup dans Maison Newport Qc
    Pas Portez Masque 😷😷😷

    Répondre
  2. On demande a nos médecins québecois, de sortir et de rassurer leurs patients et de dénoncer cette fausse pandémie , que ce qui est véhiculé par les médias et politiciens est erroné . On a demandé. a répétition qu’il y est des débats télévisés avec les médecins, psychologues, psychiatres, chercheurs scientifiques virologues, afin d’informer la population., Il y a en France des spécialistes de la santé qui se lèvent pour dénoncer et on espère que tout le corps médicale se lèvent a leur tour. Nous avons besoin d’eux

    Répondre
  3. C’est n’importe quoi, j’étais à l’hôpital St Jérome aujourd’hui pour une radio ….c’est le désert total, y a presque pas de patients… Pandémie??? Où ça???

    Répondre
  4. Blablabla toutte le monde se crise bient de toutte ca le gouvernement c est pareille c est juste une aparence comme une image de la sint vierge je jour ou le monde von comprend il va i ya voir plus que quelques mord et sur tous quent il va avoir des riche et des politiciens la il vont agire de mille mots…..

    Répondre
  5. Le gouvernement Legault va trop loin je pense,a force de forcer les commerce a fermer,et le port du mask obligatoire, l’économie vas totalement s’écrouler,on s’en va dans cette direction c’est sur,ce n’est que une question de temp,le gouvernement Legault a instaurer la peur,lanxieter,la paranoïa dans la population…rien de bon.

    Répondre
  6. J ai une question pour le premier ministre et le ministre de la santé ! jJ ai mon mari et mon fils qui se retrouvent à travailler dans les secteur rouge.
    Mon mari voyage matin et soir, car il est mécanicien sur la route. Et notre fils travaille pour le cn à poser des rails. Voici ma question: comment doit faire notre fils pour travailler si vous fermer les motels et hôtels ? Il commence à 5h du matin et demeure à 2h de son travail. Mon mari peut aussi bien me ramener votre cher virus chez nous , on reste en campagne et on n y a pas de cas. Et vous dites que c est dans les rassemblements dans les maisons que c est dangereux Ben voyons.

    Répondre
  7. À la SAAQ, il faut attendre 28 jours avant de repasser un examen échoué. Voilà l’imaginaire d’un PM de nous faire croire que tout sera correct après 28 jours.

    Cet astuce sert à manipuler la population d’une fausse pandémie en recrutant que des CAS alors que le taux décès est à 0.008 %.

    Je me souviens….

    Répondre
    • La tu pouce vraiment boucoup a tu du monde autour de toi qui son asse age si oui pence tu quil son invincible pas sur de ca moi fait a ta tete et tu va les tué ou quel qun dautre pourais sen meme le vouloire. C pas une question de manipulation c la vie ou la mort c tellement simple me semble a comprendre c un crisss de verus si tu pogne la gastro va tu dire que c ton cul qui manigance bonne soire

      Répondre
    • Le problème avec le COVID-19 n’est pas seulement le pourcentage de décès, mais surtout les problèmes irréversibles causés par le coronavirus. Les cas sont encore moindre et peu étudiés par rapport à, par exemple, la grippe, ce qui nous amène à poser le plus d’actions possibles afin d’éviter ces dits effets. Les effets à long terme peuvent être de la fatigue constante, de l’essouflement, etc et ce même plusieurs mois après le traitement, et sont complètement intraitables. Donc, la prochaine que vous trouverez ces mesures excessives, ne voyez pas seulement le pourcentage de décès, mais aussi les cas qui auront des séquelles à vie.

      Répondre
    • Bonjour Normand, la pandémie n’est pas fausse. Quelques définitions pour le bénéfice de tous:

      épidémie : Développement et propagation rapide d’une maladie contagieuse, le plus souvent d’origine infectieuse, dans une population.

      pandémie : Épidémie étendue à toute la population d’un continent, voire au monde entier.

      Ce n’est pas le taux de décès ou la gravité d’un virus qui détermine si c’est une pandémie ou pas, c’est sa propagation.

      Si vous pensez qu’il y a un complot, je vous invite à rester sur Facebook et d’en parler avec les autres croyants.

      Répondre
  8. Moi je travaille pour service travail maison es ce que je peux continuer à travailler même si c’est rouge ma mère est mal et âgée je veux pas attrapé le covid

    Répondre
  9. Le fait de laisser les ecoles ouvertes est une grosse cause de contamination a st jerome une ecole secondaire est deja fermée nos enfants sont des cobayes l economie est plus importante que la sante de nos professeurs et de nos enfants faites donc un examen de conscience nos enfants ne peuvent crier aussi fort que les gros bonces de la finance bravo pour vos priorités 6

    Répondre

Envie d'ajouter quelque chose? Les commentaires sont bienvenus ici, mais ils sont modérés.

TopoLocal